Un Autrichien laisse la fortune de sa volonté à un village français qui a caché sa famille aux nazis

Eric Schuam, un réfugié juif arrivé dans le village avec sa mère et son père en 1943, a laissé un montant estimé à au moins quelques centaines de milliers d’euros pour la commune du centre-sud de la France, selon le notaire chargé de son testament. .

“Nous sommes très fiers et nous utiliserons le montant selon la volonté de M. Shawam”, a déclaré samedi à CNN le maire adjoint de la ville, Denis Vallat.

Dans le testament, daté du 9 novembre 2020, Shawam a écrit qu’il voulait «les remercier [the village residents] Accueillir de nombreux civils dans le domaine de l’éducation. »Il a demandé de l’argent pour financer des bourses et des écoles dans le village.

Des contributions importantes seront également apportées à trois fondations qui soutiennent les agents de santé, les enfants atteints de leucémie et les droits des animaux, selon un communiqué de presse de la mairie.

Le Chambon et les villages environnants ont accueilli des réfugiés juifs, pour la plupart des enfants, après 1940, selon le site de la mairie. Barack Obama a évoqué le village dans ses remarques lors de la cérémonie de commémoration de l’Holocauste en avril 2009, et Yad Vashem, le Centre mondial de commémoration de l’Holocauste, a décerné à la municipalité le titre juste en 1990.

Le père de Shwam était médecin et sa mère a aidé à ouvrir une bibliothèque au Camp Rivesalt, l’une des nombreuses établies par le système carcéral juif de Vichy. Des milliers ont été transférés de là à Auschwitz, selon La bibliothèque virtuelle juive.

Friedel Reiter, un jeune travailleur social suisse qui a volontairement aidé les réfugiés à l’époque, a enregistré des informations familiales et a peut-être aidé à les transporter au Chambon lorsque le camp de Rivesaltes a fermé en 1942, a déclaré le conseil municipal.

READ  Le Mexique abandonne une zone sans pêche à cause des marsouins en voie de disparition

Alors qu’il n’avait que 12 ans, Shuam a été transféré aux soins du Secours Suisse, une sous-division de la Croix-Rouge suisse spécialisée dans l’aide aux enfants pendant la guerre, où sa mère travaillait également. Shoam s’inscrit à un cours de pharmacie à l’Université de Lyon en 1950 et obtient son diplôme en 1957.

Le conseil municipal ne sait pas s’il retourne régulièrement au Chambon et lui demande plus d’informations sur le “jeune garçon juif viennois” qui a été si généreux après plus de 75 ans.

“Nous ne connaissions pas M. Shawam, nous essayons maintenant de déterminer qui il est et ce qui lui est arrivé ici”, a déclaré Valat.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x