Novak Djokovic, le mouvement surprenant de Covid-19 de la star du tennis a disparu, partage QuantBioRes

Novak Djokovic aurait acheté une participation majoritaire dans une société de biotechnologie danoise tentant de développer un traitement contre le Covid-19 en juin 2020.

Reuter La star mondiale du tennis masculin posséderait 80% de QuantBioRes, qui développe un peptide qui empêche le virus d’infecter les cellules humaines.

Le PDG de QuantBioRes, Ivan Lonkarvich, a déclaré Reuter Son entreprise travaille sur un traitement, pas sur un vaccin, et espère lancer des essais cliniques au Royaume-Uni plus tard cette année.

Aperçu: le favori de l’Open obtient un coup rapide à Kyrgios … mais l’histoire suggère que Nick pourrait rire une dernière fois ce soir

Reuter Il est rapporté que QuantBioRes compte une douzaine de chercheurs répartis dans plusieurs pays et Djokovic détient 40,8% de la société tandis que sa femme Jelena en détient 39,2%.

En réponse à la révélation, le journaliste de tennis serbe Sasa Ozmo a tweeté « qui a vu ça venir » avec un emoji riant.

Djokovic a refusé de se faire vacciner contre le Covid Il a été expulsé d’Australie Après que la Cour fédérale a confirmé la décision du ministre de l’Immigration Alex Hawke de révoquer son visa.

Le ministre a fait valoir que si Djokovic restait en Australie, il risquait de susciter un sentiment anti-vaccination dans le pays.

La star serbe a été un sujet brûlant à Melbourne Park malgré son interdiction de participer à l’Open d’Australie de cette année.

Mercredi, le double champion de l’Open d’Australie Victoria Azarenka a appelé la WTA à imposer une position plus dure sur les vaccins Covid-19 Après l’expulsion très médiatisée de Djokovic.

READ  L'État australien rend la vaccination contre le coronavirus obligatoire pour les athlètes

S’adressant aux journalistes après sa victoire en deux sets contre le Suisse Gilles Teichmann, l’ancienne numéro un mondiale a exprimé son soutien au mandat du vaccin, notant que la saga Djokovic aurait pu être évitée si les instances dirigeantes avaient supprimé toutes les zones grises et imposé un « jab, politique de non-jeu ».

Open d’Australie sans grand nom. (Photo de Daniel Bouquet/Getty Images)Source : Getty Images

« De mon point de vue, c’était très clair », a-t-elle déclaré mercredi après-midi.

« Je crois en la science. Je crois en la vaccination. C’est ce que j’ai fait pour moi. Je ne veux mettre mes convictions sur personne d’autre, mais nous pratiquons un sport mondial qui parcourt le monde. »

«En tant qu’entité, en tant que fédération WTA, qui voyage dans le monde, nous devons toujours respecter différents pays, pays, différents États et différentes lois juridiques du pays.

Certains États n’autoriseront pas les États. Je pense que forcer légalement quelque chose sur le circuit WTA peut être un défi. Je pense que c’est quelque chose auquel nous sommes confrontés.

« Je pense que dépenser beaucoup d’argent supplémentaire au cours des deux dernières années pour presque tous les tests, c’est un gros budget.

« Je ne dirais pas nécessairement qu’en se faisant vacciner, personne ne tombera malade, mais je pense que c’est une étape que j’espère que nous lutterons contre ce coronavirus, et j’espère que nous le réduirons au niveau mondial. »

Azarenka a admis qu’il serait difficile d’imposer un vaccin aux joueuses sur le circuit, mais il a cité la saga des visas Djokovic comme preuve que les règles doivent être modifiées.

« Je pense que cela sera bénéfique pour tout le monde dans le monde, en particulier lorsque nous voyageons à l’étranger », a-t-elle déclaré.

« Cela aurait pu être évité, et cela aurait pu être corrigé plus tôt que prévu. Ce qui s’est passé ensuite, je ne pense pas qu’il y ait eu quelqu’un qui avait l’air bien de toute façon. C’est devenu un peu un cirque. »

« Je pense qu’il faut examiner attentivement cette situation pour aller de l’avant. Je pense qu’une fois qu’il y a une zone grise dans les règles qui donne beaucoup de questions, des situations comme celle-ci se produisent. Sur certaines choses, je pense qu’un noir et blanc approche est nécessaire et, à mon avis, devrait Ce serait le cas. »

Novak est grand sur aucun fax. (Photo de Martin Kipp/AFP)Source : Agence France Presse

La superstar espagnole Rafael Nadal a soutenu les commentaires d’Azarenka après sa victoire au deuxième tour, déclarant aux journalistes: « Si tout le monde est vacciné, nous sommes autorisés à améliorer nos vies sur le circuit, et surtout nos vies en dehors du circuit. Bien sûr, je le ferai toujours soutenir des mesures de santé plus sûres qui aident à sauver des vies dans Ce monde est plus que toute autre chose. »

En attendant, le cas de la vaccination de Djokovic pourrait être ternit tout espoir de défendre son titre de Roland-Garros.

La France a approuvé lundi une nouvelle loi sur le passage des vaccins qui signifie que les gens doivent obtenir un certificat de vaccination pour entrer dans des lieux tels que les restaurants, les cafés, les cinémas et les trains longue distance.

Bien qu’il semble fermer la porte aux espoirs de Djokovic de concourir à Paris, la situation pourrait changer d’ici le coup d’envoi de l’Open de France fin mai, surtout compte tenu de l’élection présidentielle française qui aura lieu en avril.

« La règle est simple. Le ministère français des Sports a indiqué que le permis de vaccination sera imposé dès que la loi sera votée dans les établissements qui étaient déjà soumis au permis sanitaire.

« Cela s’appliquera à chaque spectateur ou athlète professionnel. Et ce jusqu’à nouvel ordre.

« Maintenant, concernant Roland Garros, c’est en mai. La situation peut changer de temps en temps et j’espère qu’elle sera plus favorable. Donc, nous verrons, mais il est clair qu’il n’y a pas d’exception. »

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x