La France enquête sur des détaillants de mode pour recel de crimes contre l’humanité au Xinjiang

PARIS (Reuters) – Le parquet français a ouvert une enquête sur quatre détaillants de mode soupçonnés d’avoir dissimulé des crimes contre l’humanité dans la région chinoise du Xinjiang, a annoncé jeudi une source judiciaire.

La source a déclaré que l’action est liée à des accusations contre la Chine pour son traitement de la minorité musulmane ouïghoure dans la région, y compris le recours au travail forcé.

La source a déclaré à Reuters qu’Uniqlo France, une unité du japonais Fast Retailing, le propriétaire de Zara Inditex, le français SMCP et Skechers font l’objet de l’enquête, confirmant un rapport du site de médias français Mediapart.

“L’Unité des crimes contre l’humanité du parquet antiterroriste a ouvert une enquête après avoir déposé une plainte”, a indiqué la source.

Inditex a déclaré avoir rejeté les allégations contenues dans la plainte légale, ajoutant qu’il avait mis en place des contrôles de traçabilité stricts et coopérerait pleinement avec l’enquête française.

“Chez Inditex, nous avons une tolérance zéro pour toutes les formes de travail forcé et avons mis en place des politiques et des procédures pour garantir que cette pratique ne se produise pas dans notre chaîne d’approvisionnement”, a déclaré la société dans un communiqué.

SMCP a déclaré qu’il coopérerait également avec les autorités françaises pour étayer les allégations.

“SMCP travaille avec des fournisseurs situés dans le monde entier et confirme qu’il n’a pas de fournisseurs directs dans la région mentionnés dans la presse”, a déclaré SMCP, ajoutant qu’il auditait régulièrement ses fournisseurs.

Uniqlo France n’a pas pu être joint pour commenter en dehors des heures ouvrables européennes. Skechers a déclaré qu’il ne commentait pas le procès en cours. Reuters a fait référence à une déclaration de mars 2021 indiquant qu’elle maintenait un code de conduite strict pour les fournisseurs.

READ  Les forêts repoussent de la taille de la France depuis 2000 - une étude cartographique

Deux ONG ont porté plainte en France début avril contre des entreprises multinationales pour les avoir soustraites au travail forcé et aux crimes contre l’humanité.

Des experts des Nations Unies et des groupes de défense des droits de l’homme estiment que plus d’un million de personnes, principalement des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes, ont été détenues ces dernières années dans un vaste système de camps dans la région occidentale du Xinjiang en Chine.

Plusieurs anciens détenus ont déclaré avoir été soumis à un entraînement idéologique et à des abus. Les groupes de défense des droits disent que les camps ont été utilisés comme source de travail forcé peu rémunéré.

La Chine nie toutes les allégations d’abus.

Plusieurs marques occidentales, dont H&M, Burberry et Nike, ont été touchées par un boycott des consommateurs en Chine après avoir fait part de leurs inquiétudes concernant le travail forcé au Xinjiang.

En mars, les États-Unis, l’Union européenne, la Grande-Bretagne et le Canada ont imposé des sanctions à des responsables chinois pour violations des droits humains au Xinjiang. Pékin a immédiatement répondu par des mesures punitives.

(Reportage de Benoit van Overstreten à Paris ; Reportage supplémentaire de Richard Love à Paris et Jesus Aguado à Madrid ; Montage par Kristen Donovan et Matthew Lewis)

Antoinette Lefurgey

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x