L’Espagne meurt impitoyablement un tireur emprisonné avant son procès

Les tribunaux ont autorisé l’homme à mourir après que plusieurs appels aient été rejetés par ses victimes, qui ont déclaré qu’il devrait être traduit en justice. L’affaire est parvenue à la Cour constitutionnelle, qui a refusé d’en délibérer, affirmant qu’il n’y avait pas eu violation des droits fondamentaux.

Un ex-agent de sécurité en colère, Eugene Sabo, 46 ​​ans, a tiré sur trois de ses collègues, dont une femme, dans la société de services de sécurité où il travaillait dans la ville de Tarragone, dans le nord-est du pays, puis a blessé un policier alors qu’il s’enfuyait.

Sabo est décédé mardi à 18h30, heure locale, selon une source du gouvernement régional catalan.

Les autorités pénitentiaires n’étaient pas disponibles pour commenter, et l’avocat de Sabao n’a fait aucun commentaire.

L’Espagne a légalisé l’euthanasie il y a un peu plus d’un an. Avant cela, aider quelqu’un à mettre fin à ses jours était une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans.

Après que Sabo se soit barricadé dans une maison avec un arsenal d’armes, une unité de police tactique a pris d’assaut les lieux et lui a tiré dessus à plusieurs reprises.

Le « pistolero de Tarragone », comme l’évoquent les médias espagnols, était tétraplégique et a été amputé d’une jambe. Ses blessures ont causé des douleurs chroniques qui ne pouvaient pas être traitées avec des analgésiques en raison de son état fragile, ce qui, selon lui, rendait son existence insupportable.

Un tribunal de Tarragone a jugé que c’était le droit principal de Sabo d’exiger l’euthanasie compte tenu des circonstances.

READ  Pourquoi l'Australie est-elle en hystérie à cause de la danse "marine"

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x