Le Qatar investit 3 milliards de dollars dans l’économie pakistanaise | Actualités économiques et commerciales

La Qatar Investment Authority (QIA) a annoncé son intention de dépenser 3 milliards de dollars dans divers secteurs commerciaux et d’investissement au Pakistan, qui fait actuellement face à une grave crise économique, selon un communiqué publié par le Qatari Amiri Diwan.

L’annonce de mercredi est intervenue lors de la visite du Premier ministre pakistanais Shahbaz Sharif à Doha, où il a eu des entretiens officiels avec l’émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, après une réunion avec la Qatar Investment Authority mardi.

Dans sa déclaration, l’Amiri Diwan a déclaré que Son Altesse a souligné l’importance des relations fraternelles et stratégiques entre les deux pays et leur aspiration à renforcer le partenariat économique en augmentant les échanges commerciaux et en encourageant les investissements par le biais de la Qatar Investment Authority.

Un haut ministre pakistanais présent lors de la rencontre a confirmé à Al Jazeera que le gouvernement qatari avait manifesté son « intention d’investir au Pakistan ».

« C’est très bien et plus que ce dont nous avons besoin », a-t-il déclaré. Une fois que les Qataris auront acheté les actifs pakistanais, a ajouté le ministre, cela « augmentera nos réserves ».

« Ils s’intéressent aux aéroports, aux terminaux portuaires, au GNL et aux centrales solaires [and] Actions sur les marchés boursiers.

Le Pakistan est actuellement confronté à de graves troubles économiques et à une crise de la balance des paiements, avec des réserves de change tombant à 7,8 milliards de dollars, à peine suffisantes pour plus d’un mois d’importations.

Le pays est également aux prises avec un déficit croissant du compte courant, la dépréciation de la roupie par rapport au dollar américain et l’inflation, qui a atteint plus de 24 % en juillet.

READ  Al-Attiyah, 13 fois vainqueur, en tête du palmarès des participations au Jordan Rally

Au cours de la session, les deux présidents ont discuté des relations bilatérales entre l’État du Qatar et le Pakistan et des moyens de les soutenir et de les développer dans les « domaines de la défense, de l’économie, de l’investissement, des échanges commerciaux, de l’énergie et des sports, en plus de discuter des efforts déployés par Les deux côtés. » pays pour lutter contre le terrorisme », indique le communiqué.

Financement du FMI en préparation

Le représentant du Pakistan auprès du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré la semaine dernière que le conseil d’administration du Fonds monétaire international se réunira le 29 août pour prendre une décision sur la reprise d’une facilité de prêt suspendue de 6 milliards de dollars à Islamabad.

Le mois dernier, le Fonds monétaire international a déclaré qu’il avait conclu un accord au niveau du personnel avec le Pakistan qui ouvrirait la voie au décaissement de 1,17 milliard de dollars s’il était approuvé par le conseil d’administration du FMI.

Plus tôt cette semaine, la Banque centrale du Pakistan a également déclaré publiquement que les besoins de financement extérieur du pays étaient « entièrement satisfaits » pour l’exercice en cours, « contribuant à réduire la vulnérabilité extérieure ».

Commentant l’annonce, Uzair Yunus, directeur de l’Initiative Pakistan au Centre de l’Asie du Sud de l’Atlantic Council, a déclaré que si cet investissement peut aider à atténuer les problèmes de financement à court terme pour le Pakistan, il ne résout pas le problème central auquel est confronté l’économie du pays.

« Le principal problème pour le Pakistan est son incapacité à financer durablement ses besoins en devises », a déclaré Yunus. « Les Qataris, à travers ces investissements, s’attendent à des profits qui doivent être retournés en dollars. Il faut se demander si le Qatar pourra vraiment récupérer ses investissements avec un rendement rentable. »

READ  Ashghal achève les canalisations d'eaux usées de 3,2 km de long pour desservir le parc Al Gharafa et les espaces verts environnants

Le macroéconomiste Ammar H. Khan a déclaré que l’investissement qatari fournirait au Pakistan « de précieuses liquidités en devises » dans un environnement difficile.

Cependant, il était également d’accord avec Yunus, affirmant que l’investissement ne « résoudrait pas les problèmes structurels qui ont tourmenté le pays ».

« Si la Qatar Investment Authority est en mesure d’améliorer la gouvernance des entreprises publiques grâce à ses investissements et d’augmenter la valeur, ce sera un avantage bienvenu », a déclaré Khan.

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x