Le Qatar cherche-t-il à exclure Bahreïn de la réconciliation du Golfe? |

Manama – Le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid Al-Zayani n’a pas caché la déception de son pays face à la décision du Qatar de faire obstacle aux décisions prises lors du sommet d’Al-Ula pour la réconciliation entre les deux pays.

Les observateurs du Golfe affirment que ses déclarations semblent viser à montrer que Manama n’est pas responsable des efforts obstructifs de Doha, qui comprennent des plans visant à exclure Bahreïn du processus de réconciliation.

Le ministre bahreïni des Affaires étrangères a déclaré jeudi lors d’une session parlementaire que les autorités qatariennes n’avaient manifesté aucune intention de résoudre les problèmes en suspens avec son pays et n’avaient manifesté aucun intérêt à négocier directement ces dossiers depuis la fin du sommet.

Il a révélé que son ministère avait envoyé une lettre écrite au ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, appelant Doha à envoyer une délégation officielle pour entamer des discussions sur les questions en suspens entre les deux parties, mais il n’avait pas reçu de réponse du Qatar.

Il a ajouté que son pays “attend avec impatience une nouvelle voie dans les relations avec le Qatar qui prend en compte les droits et les intérêts de chaque pays à travers des mécanismes clairs pour assurer des relations plus équilibrées”.

Ses critiques contredisaient l’évaluation optimiste des relations de l’Arabie saoudite avec le Qatar exprimée par le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan Al Saud, qui a déclaré jeudi à la chaîne Al Arabiya TV basée à Dubaï que le royaume rouvrirait son ambassade à Doha “d’ici quelques jours”.

READ  L'attaquant français Giroud achève son transfert à Milan

Le Qatar a récemment choisi de poursuivre des politiques fondées sur le fait de soulever des questions litigieuses avec Bahreïn d’une manière totalement incompatible avec le processus de réconciliation annoncé après la campagne de médiation du Koweït, des États-Unis et d’Oman, avec le feu vert du Royaume d’Arabie saoudite.

Après avoir soulevé la question des pêcheurs bahreïnis accusés d’avoir pénétré dans les eaux territoriales du Qatar, Doha s’est tourné vers les Nations Unies et le Conseil de sécurité de l’ONU et a déposé une plainte contre Manama accusant les avions de combat bahreïnis de violer l’espace aérien qatari.

Les observateurs s’attendaient à ce que Doha discute de la question controversée au niveau bilatéral ou du Golfe, d’autant plus que les Qataris ont montré leur enthousiasme pour la réconciliation et un retour au giron du Golfe. Mais ce type de discussion bilatérale ou régionale n’a pas eu lieu, soulevant des questions sur les véritables intentions du Qatar.

Les initiatives du Qatar ont soulevé des doutes sur la compréhension de Doha de la réconciliation avec toutes les capitales du boycott et ont conduit à se demander si Doha veut parvenir à une forme de réconciliation limitée à Riyad. Il avait précédemment accusé le Qatar de chercher à jouer sur les différences entre les pays du Quatuor arabe, qui a conduit le mouvement de boycott contre lui.

Les observateurs des affaires du Golfe estiment que le Qatar envisage de cibler Manama et de l’exclure de la réconciliation. Ils voient que Doha envoie un message négatif selon lequel le Qatar a négocié et est parvenu à un accord pour réduire l’escalade avec Riyad, mais il n’est pas intéressé par Bahreïn. L’Arabie saoudite, en revanche, travaille et négocie par accord avec les trois autres partenaires du Quatuor.

READ  Éliminatoires asiatiques de l'AFC - En route vers le Qatar : Tomiyasu désireux d'aider le Japon à se remettre sur les rails | foot | Nouvelles

Les analystes disent que ce qui provoque le plus Manama est le discours excessif du Qatar sur un processus de réconciliation qui inclut l’Iran, car Bahreïn considère que Téhéran est déterminé à mettre en danger la sécurité de Bahreïn, et que la position politique de Manama ne changera pas quelles que soient les initiatives prises par les États du Golfe pour parvenir à des accords acceptables. .

L’absence du roi de Bahreïn Hamad bin Isa Al Khalifa au sommet d’Al-Ula a montré les limites de l’optimisme de Bahreïn à l’égard du processus de réconciliation avec le Qatar, car Manama ne pense pas que Doha soit sérieux dans la résolution de toutes les préoccupations de Bahreïn.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont convenu lors du sommet d’Al-Ula de rétablir les liens diplomatiques, commerciaux et de voyage qu’ils ont rompus avec le Qatar en 2017 en raison des accusations selon lesquelles Doha soutient l’extrémisme islamique et entretient des liens étroits avec l’Iran.

Si le ministre des Affaires étrangères bahreïnite tient à faire preuve de calme et de sobriété en appelant les Qataris à mettre en œuvre leurs engagements dans le cadre du processus de réconciliation, les observateurs estiment qu’au vu de l’ambiguïté entourant la position de Doha, Manama pourrait ne plus attendre, et pourrait même réagir en annonçant la fin de tout engagement. Avec la réconciliation, d’autant plus qu’elle se considère comme la plus touchée par les répercussions de l’agenda qatari dans la région depuis les manifestations de 2011.

En 2017, des enquêtes judiciaires bahreïnites ont conduit à des accusations contre des dirigeants de «l’opposition bahreïnite», accusés d’avoir «communiqué» avec Doha pendant les manifestations afin de «commettre des actes hostiles à l’intérieur du Royaume de Bahreïn et lui nuire militairement et politiquement». Et les intérêts économiques et nationaux, et sapent son prestige et sa position à l’étranger. “

READ  « Candidat favori » La France lance une offre pour accueillir la Coupe du monde de rugby à XV 2025

Depuis 2011, les relations entre les deux pays sont restées tendues, en particulier après que Bahreïn a accusé le Qatar d’avoir appelé les citoyens bahreïnis à renoncer à leur nationalité en échange de la citoyenneté qatari. Cela a créé une atmosphère qui a rendu Manama plus favorable à l’option de boycott à l’époque.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x