La France a créé une agence de lutte contre les fake news étrangères dans le but de porter atteinte au pays

émis en :

Le gouvernement français a annoncé son intention de créer une agence de lutte contre la désinformation étrangère et les fake news visant à « porter atteinte à l’État ». Cette décision intervient alors que la France entame les préparatifs des élections présidentielles de l’année prochaine.

L’Agence française, qui sera gérée par Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationales (SGDSN)Il emploiera 60 personnes pour rechercher des contenus en ligne, a déclaré au Parlement le président du SGDSN, Stéphane Buyon.

Boualon a déclaré à la commission de défense de l’Assemblée nationale que l’initiative “ne vise pas à corriger ou à établir la vérité” mais plutôt à identifier les attaques qui viennent “d’un État ou d’une organisation étranger visant à déstabiliser politiquement l’État”.

L’agence aidera “les politiciens, les diplomates, la justice et la presse à se rendre compte que sur les 400 000 tweets sur telle ou telle actualité, 200 000 proviennent d’une ferme de robots dans une région étrangère ou qu’une discussion particulière vient d’une ferme à trolls”. .”

Lors de la dernière élection présidentielle française en 2017, des groupes liés à la Russie ont été accusés d’une attaque massive contre le parti du président centriste Emmanuel Macron, qui a affronté la nationaliste anti-UE Marine Le Pen au second tour.

Les pirates informatiques russes sont également accusés d’avoir tenté de faire pencher les élections américaines de 2016 en faveur de l’ancien président Donald Trump et d’interférer avec le vote britannique en faveur de la sortie de l’Union européenne.

READ  L'attaquant français Giroud achève son transfert à Milan

Moscou nie avoir piraté ou s’ingérer dans les élections étrangères.

Pas une agence de renseignement

Bouillon a insisté sur le fait que la nouvelle agence française, qui sera lancée en septembre, ne fonctionnerait pas comme un service de renseignement.

Il a déclaré que ses activités seront examinées par un comité d’éthique dont les membres seront choisis parmi la magistrature, le corps diplomatique, les médias et la communauté des chercheurs.

“Notre objectif est de détecter le plus rapidement possible quelque chose qui se propage et d’identifier l’incendiaire.”

“Une fois que la forêt brûle, c’est triste, mais c’est trop tard”, a déclaré Boualon.

Il a déclaré que le SGDSN suivrait de près les élections législatives de septembre en Allemagne dans l’espoir d’en tirer des leçons.

La France surveillera également de près les médias sociaux en décembre lorsque le territoire français du Pacifique de la Nouvelle-Calédonie tiendra son troisième référendum sur l’indépendance, afin de déterminer “s’il y a des pays qui ont intérêt à voir le résultat prendre une direction qui n’est pas nécessairement le cas”. Les habitants de la Nouvelle-Calédonie voteront pour eux-mêmes.”

Les voisins en ont déjà un

La France n’est pas le premier pays à créer une agence gouvernementale de lutte contre la désinformation.

Département d’État américain Centre d’engagement mondial Sa mission est d’identifier et de combattre la propagande étrangère et la désinformation.

En 2018, le gouvernement britannique a également mis en place une unité de lutte contre la désinformation “par le gouvernement et d’autres entités”.

Il y a trois ans, l’Union européenne a créé Groupe de travail Stratcom de l’Est Avec l’intention déclarée de lutter contre les campagnes russes contre l’Union européenne.

READ  La France à nouveau à égalité avec les Pays-Bas lors des éliminatoires de la Coupe du monde

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x