Jacob Desfario, guitariste qui a inventé le style de Zouk, décède à 65 ans

Jacob Desfario, guitariste qui a inventé le style de Zouk, décède à 65 ans

Cette nécrologie fait partie d’une série sur les personnes décédées lors de la pandémie de coronavirus. Lire sur les autres par ici.

Jacob Desvariaux, guitariste et chanteur qui a dirigé manioc, Un groupe de renommée mondiale originaire des Antilles françaises, est décédé le 30 juillet dans un hôpital de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, l’île où il résidait. Il avait 65 ans.

La cause était le covid 19. Agence France-Presse mentionné.

Créé par M. Desvarieux et fondateur du bassiste de Kassav Pierre-Edouard Décimus style appelé goût Fusionner les traditions afro-caribéennes des Antilles françaises avec une élégante musique de danse électronique.

Qassaf a produit près de vingt albums studio officiels, et le groupe a enregistré plus de vingt albums studio supplémentaires aux singles, ainsi que De nombreux enregistrements en direct.

Kassav a tourné dans le monde entier et s’est vendu par millions, principalement en France, dans les Caraïbes et dans les pays africains francophones. M. Desvarieux a composé la grande majorité des chansons du groupe en tant que guitariste, auteur-compositeur, arrangeur ou producteur, souvent avec sa voix rude et amicale partageant la voix principale du groupe, avec des paroles en créole antillais français.

Emmanuel MacronLe président français a salué sur Twitter : “Sainte bête du Zouk. Guitariste hors pair. Le son symbolique des Antilles. Jacob Desfario était tout cela à la fois.”

Cassaf a fait une musique douce et irrésistiblement joyeuse dans l’esprit du carnaval, restant volontairement en contact avec ses racines afro-caribéennes. Ses albums mélangeaient des chansons d’amour et des chansons de fête avec des commentaires sociaux et politiques, parfois formulés en double incitation. Le cœur de percussion du zouk est dessiné sur le gwo ka, de Guadeloupe, et le chouval bwa, de Martinique : une tradition de percussion enracinée pour les esclaves africains.

« À travers notre musique, nous remettons en question nos origines », a déclaré M. Desfario dans une interview accordée aux Français en 2016. Journal de la Libération. “Que faisions-nous, les Noirs, là-bas et parlions français ? Comme les Afro-Américains aux États-Unis, nous cherchions des réponses pour reprendre un fil conducteur qui nous a été confisqué.”

READ  Pittsburgh original Michael Keaton will play Batman in the 2022 movie - CBS Pittsburgh

Il a ajouté : « Sans que Kassaf soit un politicien ou un militant, tout l’ennuyait. De nos visages aux thèmes de nos chansons, tout était très clair : nous étions originaires des Indes occidentales, il ne faut pas s’y tromper, nous voulions définir notre différence. .”

Jacob F. est né. Desfario à Paris le 21 novembre 1955, mais s’installe bientôt en Guadeloupe, où est née sa mère Cécile Desfario. Elle l’a élevé en tant que parent seul et a travaillé dans le service domestique. Ils ont vécu en Guadeloupe et en Martinique, à Paris, et pendant deux ans au Sénégal.

Quand Jacob avait dix ans, il a demandé à sa mère un vélo. Elle lui a plutôt donné la guitare, la considérant comme moins dangereuse.

De retour en France, il rejoint des groupes de rock dans les années 1970, jouant des chansons de Chuck Berry et Jimi Hendrix, et travaille comme guitariste de studio. Sa musique s’est de plus en plus tournée vers les styles caribéens et africains, y compris la boussole d’Haïti, les sukkos congolais de ce qui était alors le Zaïre, la rumba de Cuba, la high life du Ghana et le makosa du Cameroun.

L’un de ses groupes dans les années 1970, Zulu Gang, comprenait des musiciens du Cameroun ; M. Desfario a également travaillé avec le saxophoniste camerounais Manu Dibango, qui a reçu la chanson du monde “Sol Makosa”.

En 1979 à Paris, M. Desvarieux rencontre Pierre-Edouard Decimus, un musicien guadeloupéen qui a un ambitieux concept de nouveau groupe : solidement ancré aux Antilles mais s’étendant à l’étranger. « Nous cherchions à trouver un clip audio qui rassemble toutes les traditions et sonorités antérieures, mais qui puisse être exporté partout », a déclaré M. Desfario à Libération.

Kassav a sorti son premier album, “Love and Ka Dance” en 1979. “C’était un succès parce que c’était des antiquités – c’était local”, a déclaré M. Desfario. Reggae et rythme africains magazine en 1986. « Mais c’est aussi mieux fait que les autres antilles. Les instruments de musique et le chant étaient harmonieux, et il y avait plus de sons, comme des synthétiseurs et des choses comme ça, toutes choses qui n’étaient pas entendues dans les archives des Antilles.”

Au fur et à mesure que le groupe introduisait de la nouvelle musique, les premières influences disco et rock diminuaient ; Kassav a à la fois apporté son essence caribéenne et maîtrisé la programmation et les sons électroniques.

Elle a fait une percée commerciale en 1983, avec “Banzawa”, un single du single de M. Desfario et plus tard reconditionné en album Cassave. L’album de 1984 Yélélé, présenté comme un projet par M. Desvarieux et Georges Décimus (le frère de Pierre Edouard) et plus tard attribué à Kassav, comprenait le single “Zouk-La-Se Sel Medikaman Nou Ni”. Avec 100 000 exemplaires vendus, il s’agit du premier disque d’or du groupe, et Kassav est signé chez Sony Music et le distribue à l’international. À la fin des années 1980, le son du zouk influence la musique de danse dans le monde entier.

En 1988, Cassaf est nommé Groupe de l’année par les Victoires de la Musique, prix décerné par le Ministère français de la Culture.

La popularité de Zouk a culminé vers la fin des années 1980, mais Kassaf a continué à attirer un public énorme. A partir des années 1980, Kassav a régulièrement joué le long séjour dans l’arène de 8000 places du Zénith, enregistrant des albums live en 1986, 1993, 1996, 2005 et 2016 ; M. Desvarieux a estimé que le groupe s’y est produit 60 fois.

Pour célébrer le trentième anniversaire de la fondation du groupe, en 2009, Cassaf a joué au Stade national de France, Stade de France, et en 2019, il a vendu son concert des 40 ans à 40 000 spectateurs. Paris Place de la Défense.

READ  Créez des souvenirs inoubliables avec un séjour au Ritz-Carlton, Doha

Cassaf a également tourné à travers les continents et construit un public nombreux et fidèle, en particulier en Afrique, où il attire des foules de la taille d’un stade depuis les années 1980. auteur-compositeur sénégalais Youssou N’Dour Il a écrit sur Twitter : “Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de leurs plus grands ambassadeurs.”

A Luanda, la capitale de l’Angola, il y a le Musée du Goût, maison du zoukElle possède une collection de 10 000 albums. M. Desvarieux et Pierre-Édouard Décimus ont assisté à son ouverture en 2012.

M. Desfario a également été sélectionné à l’occasion pour le cinéma et la télévision. En 2016, il est apparu en tant que cardinal africain dans la série HBO « The Young Pope ».

M. Desvarieux a salué la collaboration avec des musiciens d’Afrique et des Caraïbes. Il est apparu sur l’album “The Carnival” de Wyclef Jean en 1997 et a enregistré des chansons avec un chanteur de reggae en Côte d’Ivoire. Alpha blonde et avec inonder, groupe du Togo.

« Laissez les gens parler » Le single qu’il a créé en 2003 avec la chanteuse guadeloupéenne Jocelyn Labelle, la chanteuse congolaise Sheila et le rappeur congolais Bassi, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires.

M. Desfario, dont l’immunité a été affaiblie par une greffe de rein, a été hospitalisé avec le Covid-19 le 12 juillet et placé dans un coma médical avant de mourir.

Aucune information n’était immédiatement disponible sur les survivants.

Tout au long de la carrière du groupe, même après que Kassav ait été signé avec des sociétés multinationales et encouragé à chanter en anglais, les paroles du groupe étaient toujours en créole français aux Antilles, insistant sur l’héritage de l’île. M. Desvarieux disait en 1986. “La musique est un langage plus puissant que le langage lui-même. Si la musique plaît, alors le langage n’a pas d’importance.”

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x