Israël finance le vaccin contre la Syrie pour assurer la libération d’un prisonnier: rapport

Des responsables israéliens ont secrètement accepté de financer des vaccins contre le coronavirus pour la Syrie en échange de la libération d’une Israélienne arrêtée pour être entrée illégalement en Syrie, The New York Times mentionné Dimanche.

Selon les termes de l’accord, Israël paiera la Russie, soutenant le président syrien Bashar al-Assad, pour expédier le vaccin russe produit en Syrie.

Dans une interview samedi, le Premier ministre israélien Benjamin NetanyahuBenjamin (Bibi) Netanyahu Il n’a pas nié directement cet arrangement, mais a déclaré qu’aucun vaccin israélien ne serait expédié en Syrie et qu’il était “heureux” que le citoyen israélien soit libéré.

“Je n’ajouterai rien de plus”, a déclaré Netanyahu après avoir remercié le président russe. Le président russe Vladimir PoutineLa promotion rapide de Vladimir Vladimirovitch Poutine dans les médias semble si mauvaise en ce moment, alors que le critique de Poutine Navalny perd sa peine de prison et Biden appelle à des “ règles ” en ligne et technologiques pour lutter contre les menaces de la Chine et de la Russie Plus.

Il n’y a pas de relations diplomatiques formelles entre la Syrie et Israël et les deux pays se disputent toujours le plateau du Golan, qu’Israël occupait dans les années 1960. L’annonce officielle du gouvernement israélien a déclaré que la femme avait été libérée en échange de deux bergers syriens capturés par Israël, selon le journal.

Le rapport intervient également alors qu’Israël a donné au moins une dose du vaccin à environ la moitié de sa population. Pendant ce temps, seules quelques milliers de doses ont été fournies à la Cisjordanie, où vivent environ 2,8 millions de Palestiniens.

READ  8 morts, dont un directeur de prison, après une évasion d'une prison haïtienne

L’État a fait valoir qu’il n’était pas responsable de fournir des soins de santé aux Palestiniens en vertu des accords d’Oslo, tandis que les Palestiniens ont fait valoir que la quatrième Convention de Genève définissait les soins de santé comme l’une des responsabilités de la puissance occupante, selon le Times.

Le chercheur Khaled Al-Jundi, conseiller de la direction palestinienne, a déclaré au journal: “Israël est prêt à fournir des vaccins aux Syriens en dehors de ses frontières, mais en même temps il ne les fournit pas au grand nombre de la population occupée qu’ils sont légalement responsables de. ” Cela semble envoyer le message qu’ils essaient délibérément de se soustraire à leur responsabilité légale de veiller au bien-être de la population occupée.

Hill a contacté le ministère israélien des Affaires étrangères pour commenter.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x