Dissoudre le Parlement thaïlandais avant les élections de mai

Dissoudre le Parlement thaïlandais avant les élections de mai
  • Écrit par Jonathan Head et Nicholas Young
  • à Bangkok et à Singapour

légende des photos,

La principale rivale du Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha sera la fille de son prédécesseur, Thaksin Shinawatra, Paetongtarn.

Le roi de Thaïlande a dissous le Parlement, ouvrant la voie à des élections générales début mai.

Le parti royaliste néo-conservateur dirigé par le premier ministre Prayuth Chan-ocha fait face à un défi de taille de la part du parti Pheu Thai, dirigé par la fille en exil de l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra Paetongtarn.

Prayuth, qui a mené un coup d’État en 2014 contre le dernier gouvernement pro-Thaksin, recule dans les sondages depuis des mois.

L’élection n’est pas prévue, mais doit avoir lieu dans les 60 jours suivant la dissolution.

Prayuth et son United Thai Nation Party espèrent qu’il y a encore suffisamment d’animosité envers Thaksin parmi les Thaïlandais conservateurs pour lui donner une chance de conserver son emploi.

La constitution thaïlandaise actuelle – rédigée par l’armée – pourrait rendre difficile la formation d’un nouveau gouvernement par l’opposition.

Des dizaines de campagnes de partis sont déjà en cours. Les trottoirs de Bangkok se cachent derrière un blizzard d’affiches de partis faisant toutes sortes de promesses aux électeurs.

En fin de compte, cependant, cette élection ne concerne vraiment qu’une seule chose : le Pheu Thai peut-il gagner avec une marge suffisamment large pour s’assurer qu’il reprend le pouvoir ? Presque tous les sondages prédisent qu’il sera à nouveau le plus grand parti, comme il l’a été à chaque élection au cours des 22 dernières années, s’appuyant sur une forte loyauté envers Thaksin dans le nord et le nord-est.

READ  L'Italie arrête deux éleveurs de moutons en Sicile pour avoir déclenché des incendies de forêt

Certains pensent que le Pheu Thai pourrait remporter une majorité absolue de sièges à la Chambre des représentants. Mais cela ne suffira peut-être pas, étant donné l’hostilité persistante envers Thaksin et ses alliés royalistes conservateurs et l’armée.

Dans le passé, des décisions de justice ou des coups d’État militaires ont empêché trois gouvernements soutenus par Thaksin, dont un dirigé par sa sœur Yingluck, de mettre fin à leur mandat. Prayuth est au pouvoir depuis qu’il a mené le coup d’État contre le gouvernement Yingluck il y a neuf ans.

M. Thaksin est en exil depuis qu’il a été renversé par un coup d’État militaire en 2006, évitant une liste d’accusations criminelles, alors même que nombre de ses collaborateurs sont désormais bannis de la politique.

Pourtant, il est toujours là, planant au-dessus de cette élection comme un fantôme, et sa fille de 36 ans est la dernière des Shinawatras à diriger le parti.

S’exprimant vendredi lors d’un événement destiné à présenter les candidats du Pheu Thai, Mme Paetongtarn a déclaré qu’elle était convaincue de remporter l’élection par une victoire écrasante.

Après le récent coup d’État, l’armée a décidé de mettre fin au problème de Thaksin une fois pour toutes en réécrivant la constitution pour s’assurer que son parti ne pourrait pas prendre le pouvoir. Et ils ont nommé 250 sénateurs, dont la plupart étaient censés être toujours fidèles aux généraux Prayuth et Prawit Ngsuwan, les hommes qui avaient dirigé le récent coup d’État.

Mais maintenant, ils dirigent leurs propres partis, au risque de diviser le vote conservateur.

En vertu de la constitution rédigée par l’armée, les sénateurs peuvent encore voter à nouveau pour choisir le prochain Premier ministre. Avec leur soutien, les généraux pourraient encore former un gouvernement même si le Pheu Thai remporte la majorité.

Mais les sénateurs ne peuvent pas voter pour des lois ou des budgets, et toute administration qui compte sur leur soutien ne peut pas fonctionner. Si le Pheu Thai obtient plus de 200 des 500 sièges en lice, il sera difficile voire impossible de les exclure du prochain gouvernement.

C’est la Thaïlande, et personne ne peut exclure un autre mouvement extra-parlementaire contre le parti ; Pas un coup d’État cette fois, mais peut-être la dissolution d’un autre parti par les tribunaux conservateurs autoritaires.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x