Comment le Qatar est passé d’un paria régional à un allié clé de Biden

L’émir cheikh Tamim bin Hamad Al Thani est devenu le premier dirigeant arabe du Golfe à se rendre lundi à la Maison Blanche de Biden. C’est un voyage qui souligne l’ambition implacable du petit État de rester un acteur international clé et sa capacité à revenir en arrière cinq ans après qu’un embargo régional ait risqué de le transformer en un marigot au Moyen-Orient.

En juin 2017, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Bahreïn couper relations diplomatiques et économiques avec Doha, l’accusant de se rapprocher de leurs adversaires, dont les groupes islamistes et l’Iran. Le président de l’époque, Donald Trump, a semblé s’attribuer le mérite de cette décision, et il semblait que ce n’était qu’une question de temps avant que Doha ne cède, avec une diminution de son influence régionale.

Mais le Qatar a persévéré et sa fortune semble maintenant avoir tourné. Ce sera le troisième pays du Golfe après le Koweït et Bahreïn à recevoir le titre d’allié majeur hors OTAN, accordé à des amis proches qui entretiennent des relations de travail stratégiques avec l’armée américaine. « Je pense que c’est attendu depuis longtemps », a déclaré Biden.

Ironiquement, les politiques mêmes pour lesquelles le Qatar a été diabolisé par ses voisins ont peut-être été ce qui l’a catapulté à nouveau sous les projecteurs internationaux.

En 2020, le Qatar a négocié les pourparlers de Washington avec les talibans, fruit des liens longs et souvent controversés qu’il a entretenus avec le groupe extrémiste. Ces pourparlers ont servi de précurseur à la Retrait américain d’Afghanistan. Doha a également amorti la sortie bâclée de l’année dernière en facilitant les évacuations et est devenue une plaque tournante pour les voyages vers Kaboul.
Les liens cordiaux de Doha avec Téhéran semblent également avoir porté leurs fruits. Alors que l’Iran et les États-Unis arrivent à un moment critique des négociations pour relancer l’accord nucléaire de 2015, Doha semble s’engager dans une diplomatie de la navette. La visite de Cheikh Tamim à Washington intervient quelques jours seulement après la visite de son haut diplomate à Téhéran. On ne sait pas si l’émir était porteur d’un message.
Le Qatar, le plus grand exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, joue également un rôle dans un autre point chaud mondial en proposant d’aider à la planification d’urgence en cas de perturbations fournitures d’énergie en Europe si la Russie envahissait l’Ukraine.
Le contraste entre la vision des administrations Biden et Trump sur le Golfe ne pourrait pas être plus frappant. Trump est entré dans l’histoire en choisissant l’Arabie saoudite pour son premier voyage à l’étranger et sa famille a noué des liens étroits avec le prince héritier de facto, le prince héritier Mohammed Bin Salman. Un an après le début de sa présidence, Biden n’a pas encore eu d’appel téléphonique avec le prince.

Le résumé

Les Émirats arabes unis vont introduire un taux d’imposition des sociétés

READ  Macron dit que la France aidera l'Afrique à produire plus de vaccins COVID-19 au niveau national

Les Émirats arabes unis instaurent leur tout premier impôt fédéral sur les bénéfices des entreprises en juin 2023, alors que le pays cherche à se réaligner sur les nouvelles normes fiscales mondiales. Le taux d’imposition statutaire standard sera de 9 %, mais de 0 % sur les bénéfices jusqu’à 375 000 Dh (102 000 $) « pour soutenir les petites entreprises et les startups ».

  • Fond: L’exportateur de pétrole du Golfe n’avait auparavant imposé l’impôt sur les sociétés qu’aux sociétés pétrolières et aux banques. En octobre 2021, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a présenté un accord, conclu par 136 pays – dont les Émirats arabes unis – qui garantissait que les entreprises multinationales du monde entier seraient soumises à un taux d’imposition minimum de 15 % à partir de 2023.
  • Pourquoi est-ce important: Les Émirats arabes unis ont longtemps profité de leur statut d’exonération fiscale pour se tailler un rôle de plaque tournante internationale du commerce, de l’énergie et du tourisme. Cette décision sera considérée comme la première étape vers un engagement envers l’objectif de l’OCDE.

Les États-Unis déclarent que les pourparlers sur l’Iran entrent dans la « dernière ligne droite »

Il est temps pour les États-Unis et l’Iran de commencer à prendre des décisions politiques difficiles alors que les pourparlers sur un accord nucléaire entrent dans la « dernière ligne droite », a déclaré lundi un haut responsable du département d’État. Certaines des décisions les plus critiques doivent encore être prises, a-t-il déclaré.

  • Pourquoi est-ce important: Cela pourrait être le plus proche que les deux parties aient été de parvenir à un nouvel accord, et il ne reste qu’une poignée de semaines à conclure, compte tenu du rythme de production nucléaire de l’Iran, a déclaré le responsable américain.

Les EAU interceptent un missile houthi lors de la visite du président israélien

Les Émirats arabes unis ont bloqué une attaque de missiles houthis, interceptant le projectile et le détruisant lundi. le troisième attaque de ce type au cours des quinze derniers jours est survenue lors de la première visite du président israélien Isaac Herzog dans l’État du Golfe.
  • Fond: La tentative de grève de lundi survient après une attaque de drone sur Abu Dhabi qui a tué trois travailleurs étrangers, ainsi qu’une autre attaque de missile déjouée. Tous trois ont été revendiqués par les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen, qui combattent une coalition dirigée par l’Arabie saoudite.
  • Pourquoi est-ce important: La vie a continué normalement aux Émirats arabes unis depuis le début des agressions, mais des grèves répétées pourraient apaiser l’appétit des expatriés pour rester dans le pays.

Ce que nous regardons

La Libye était censée organiser des élections présidentielles en décembre, mais elles ont de nouveau été reportées, soulevant des questions sur la légitimité du processus politique.

L’ambassadeur américain en Libye, Richard Noland, a déclaré vendredi à Connect The World sur CNN que « le défi est de s’assurer que vous ne fixez pas une date qui passe à nouveau et que vous perdez ensuite votre crédibilité, mais que vous n’attendiez pas si longtemps que les Libyens perdent confiance dans le processus tout à fait. »

La trame de fond

L’Iran s’est qualifié jeudi pour la Coupe du monde de football 2022. Mais ce n’est pas ce seul fait qui a fait l’actualité de la République islamique – elle s’est qualifiée pour le tournoi cinq fois auparavant. Cette fois, cependant, les spectatrices ont été autorisées à assister pour la première fois en trois ans.

Environ 2 000 femmes ont regardé le match de qualification au stade Azadi de Téhéran, ce n’est que la deuxième fois que des femmes assistent à un match majeur depuis la révolution islamique de 1979. Elles étaient assises dans une section réservée aux femmes et sont entrées par une zone désignée.

READ  Tennis: c'est l'heure de Federer, 39 ans, alors que la saison préférée des courts commence, actualité sportive

Cette décision a trouvé le soutien de nul autre qu’Ahmad Khomeiny, l’arrière-petit-fils du fondateur du régime islamique qui a interdit aux femmes spectatrices d’assister à des événements sportifs.

« C’est formidable de voir des femmes encourager l’équipe nationale. Espérons qu’il y aura plus de participation, d’égalité et de liberté pour les femmes dans notre pays », a déclaré l’ecclésiastique en devenir à plus de 900 000 abonnés sur Instagram.

Cependant, les défenseurs des droits des femmes n’encouragent pas cette décision pour l’instant. Depuis 2019, l’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, fait pression sur Téhéran pour qu’elle autorise les femmes à assister aux matches de qualification. Les femmes sont toujours interdites d’assister aux tournois nationaux et les autorités, qui affirment que la règle est en place pour « protéger les femmes », n’ont indication qu’ils ont changé d’avis.

L’Iran est le seul pays au monde à interdire aux femmes d’assister au football et à d’autres sports dans les stades, selon Human Rights Watch. La question reste un sujet brûlant dans le pays et a fait l’objet du film iranien Offside de 2006, qui suit un groupe de filles alors qu’elles s’habillent comme des garçons pour assister à des matchs de football.

En 2019, la fan de football Sahar Khodayari est décédée après s’être immolée par le feu après avoir été accusée d’avoir « apparu en public sans hijab » alors qu’elle tentait d’entrer dans le stade Azadi « habillée en homme ».

Par Adam Pourahmadi de CNN.

Image du jour

Respect entre rivaux : Après la victoire 2-1 de son équipe en quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations dimanche, l'Egyptien Mohamed Salah console le Marocain Achraf Hakimi.  L'Egypte affrontera le Cameroun en demi-finale jeudi.

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x