Avec la bénédiction de la Turquie et de l’Iran, le Qatar trouve un nouveau rôle au Liban aux dépens de l’Arabie saoudite |

Avec la bénédiction de la Turquie et de l’Iran, le Qatar trouve un nouveau rôle au Liban aux dépens de l’Arabie saoudite |

Beyrouth – Le Qatar cherche à jouer un rôle actif au Liban en aidant le pays à court d’argent avec de l’argent et des investissements, dans une démarche qui semble recevoir le feu vert de la plupart des acteurs régionaux et locaux, en particulier le Hezbollah, qui se considère comme un avantage de tout rôle qatari bénéficiant d’un soutien.

Mardi, le ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, lors de sa visite à Beyrouth, a exprimé la disponibilité de son pays à apporter son soutien au Liban à travers des projets économiques, à condition que le gouvernement soit formé. De vifs conflits politiques ont empêché le Liban de former un gouvernement pendant des mois. Le ministre qatari des Affaires étrangères a également cherché à rassurer les Français que le rôle du Qatar ne se ferait pas au détriment de leur initiative.

La Turquie encourage l’intervention qatarie, qui cherchera à bénéficier des investissements qataris pour consolider sa présence dans les régions sunnites du Liban au détriment du rôle traditionnel de l’Arabie saoudite dans ce pays. Riyad est également susceptible d’être affectée par les multiples interventions extérieures dans la crise libanaise, et les partisans de l’Arabie saoudite s’abstiendront d’exprimer leur objection aux mesures prises par le Qatar en raison de l’esprit de conciliation des États du Golfe après le sommet d’Al-Ula.

La visite du ministre qatari des Affaires étrangères a coïncidé avec le retour de l’ambassadeur saoudien au Liban, Walid Bukhari, à Beyrouth après une absence de plus de trois mois.

READ  Swatec est calme avec des questions sur ses concurrents de Roland-Garros - un sport

Entre-temps, il est devenu clair que le Premier ministre désigné Saad Hariri poursuit ses efforts pour former un gouvernement, pour obtenir le soutien égypto-français lors de sa coordination avec les Émirats.

Hariri est arrivé à Paris depuis Abu Dhabi, où il a passé quelques jours après une visite au Caire, au cours de laquelle il a rencontré le président Abdel Fattah El-Sissi.

Il n’est pas clair dans quelle mesure les efforts du Qatar sont en ligne avec les initiatives franco-égyptiennes, en particulier après l’amélioration récente des relations de Doha avec le Caire et Riyad.

Après sa rencontre avec le président libanais Michel Aoun, lors d’une conférence de presse à Beyrouth, le ministre qatari des Affaires étrangères a déclaré que la politique de son pays “n’est pas d’apporter un soutien financier, mais (de fournir cet appui) à travers des projets … qui feront la différence. dans le pays … l’économie. “

Il a ajouté que “cette question nécessite un gouvernement indépendant avec qui travailler”, soulignant que “une fois le gouvernement formé, l’Etat du Qatar est prêt à étudier toutes les options”.

Il a souligné: “Nous parlons d’un programme économique intégré pour soutenir le Liban”.

Dans une déclaration à l’issue de la réunion, la présidence libanaise a exprimé son “appréciation pour l’assistance et les opportunités d’emploi fournies par l’Etat du Qatar aux Libanais qui y résident, compte tenu des conditions économiques difficiles que traverse le Liban”.

Le ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, s’exprimant après sa rencontre avec le président libanais Michel Aoun au palais présidentiel de Baabda, au Liban, le 9 février 2021 (Reuters)

Le ministre qatari des Affaires étrangères a souligné que l’intervention du Qatar ne se fera pas au détriment de l’initiative française. “Nous ne cherchons pas à saper l’initiative française, mais nous travaillons plutôt à achever les efforts internationaux visant à former un gouvernement libanais”, a-t-il déclaré.

READ  Questions / réponses du candidat: la France et Gelbmann participent au second tour du maire de Flower Mound

Mais il n’a pas caché la volonté de Doha d’accueillir des négociations libano-libanaises sur le modèle des pourparlers de 2008.

En réponse à la question de savoir si des efforts de médiation qataris similaires sont en cours actuellement, le ministre des Affaires étrangères a déclaré: “Il n’y a pas d’initiative pour inviter des politiciens à Doha maintenant”, mais les Libanais sont toujours les bienvenus à Doha.

Après une grave crise politique qui a culminé en mai 2008, des affrontements entre le Hezbollah et ses alliés d’une part et les partisans d’un gouvernement calculé à l’époque avec la majorité anti-syrienne d’autre part, Doha a accueilli une conférence de dialogue à laquelle ont participé des représentants de divers pays. Fêtes libanaises.

L’accord de Doha a abouti à l’élection de Michel Suleiman à la présidence et à la formation d’un gouvernement dans lequel le Hezbollah et ses alliés seraient bloqués par un tiers, selon ce que le parti radical avait exigé dès le départ et rejeté par d’autres.

Mais le rôle du Qatar a progressivement diminué au fil des ans, en particulier avec l’escalade des tensions entre Doha et les autres États du Golfe, menés par l’Arabie saoudite.

Les observateurs libanais affirment que le rôle du Qatar bénéficiera d’un solide soutien de la part des parties libanaises, en particulier du Hezbollah, qui bénéficiait auparavant de ses fonds, y compris une aide aux efforts de reconstruction après la guerre de 2006.

Les liens étroits entre le Qatar et l’Iran encourageront également le Hezbollah à accueillir les investissements qataris au Liban.

Malgré la pression internationale menée par la France, les forces politiques libanaises n’ont pas été en mesure, depuis l’explosion du port, de former un gouvernement capable de mettre en œuvre les réformes demandées par la communauté internationale pour apporter son assistance.

READ  La société japonaise Mizuho arrête le service aux guichets automatiques qui mangent des cartes

Les efforts de Hariri, qui a été chargé de former le gouvernement le 22 octobre, n’ont jusqu’à présent donné aucun résultat tangible, au milieu des divisions politiques et des accusations mutuelles entre lui et le président d’entraver les efforts pour former le gouvernement.

Le président français Emmanuel Macron, qui s’est rendu à Beyrouth à deux reprises après l’attentat de Beyrouth pour tenter de faire avancer les efforts de réforme, a annulé une troisième visite qui devait avoir lieu à la fin de l’année en raison de son infection par le coronavirus.

La semaine dernière, six mois après l’explosion, Paris a jugé “inacceptable que le Liban soit toujours sans gouvernement qui gérerait la crise sanitaire et sociale et commencerait à mettre en œuvre les réformes structurelles nécessaires à la reprise et à la stabilité du pays”.

Depuis l’été 2019, le Liban fait face à sa pire crise économique. Cela a entraîné une dépréciation de la monnaie locale de plus de 80% de sa valeur par rapport au dollar. Cela a également exacerbé l’inflation et des dizaines de milliers de Libanais ont perdu leur emploi et leurs sources de revenus.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x