Zone protégée de déversement de pétrole en Équateur en Amazonie, selon le gouvernement

QUITO, 31 janvier (Reuters) – L’éclatement d’un oléoduc en Équateur a provoqué une marée noire dans une zone protégée de la forêt amazonienne du pays, a annoncé lundi le ministère de l’Environnement, ajoutant que l’exploitant de l’oléoduc s’exposerait à des poursuites judiciaires.

Un éboulement suite à des pluies dans la zone de Piedra Fina a provoqué la rupture d’une partie de l’oléoduc de pétrole brut lourd de l’OCP vendredi soir, provoquant une marée noire qui a affecté la flore et la faune de la région, ont annoncé les autorités.

Opérateur OCP Equateur mentionné samedi qu’il avait cessé de pomper du brut. Dimanche, il a indiqué avoir engagé trois entreprises spécialisées pour effectuer des travaux de nettoyage et d’assainissement.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Depuis 2020, l’érosion régressive qui progresse le long de la rivière Coca a causé des problèmes à la fois au pipeline privé OCP et au pipeline SOTE appartenant à l’État.

En décembre, les deux pipelines ont suspendu le pompage en raison du problème, ce qui a conduit le gouvernement déclarer force majeure sur la majorité des contrats d’exportation et de production de pétrole du pays.

La zone touchée s’étend sur environ 21 000 mètres carrés (226 000 pieds carrés), la plupart d’entre eux dans la zone protégée du parc national de Cayambe Coca, qui est habitée par le coati des montagnes de l’ouest, un parent des ratons laveurs ; le cerf brocket rouge; des espèces d’oiseaux, dont le coq de roche des Andes et divers amphibiens, a indiqué le ministère de l’Environnement.

READ  20 personnes retrouvées mortes sur un bateau à la dérive aux îles Turques et Caïques

Le gouvernement a engagé des poursuites judiciaires et administratives contre OCP Equateur, a indiqué le ministère, ajoutant qu’il avait demandé à l’entreprise de mener une enquête détaillée pour mesurer l’impact du déversement.

Du pétrole a été trouvé sur les rives de la rivière Coca, selon les communautés vivant dans la région. La rivière avait déjà été touchée par un important déversement de pétrole en avril 2020 après l’éclatement des pipelines OCP et SOTE en raison des effets de l’érosion régressive.

« Une fois de plus, nous avons été pollués et nous nous battons contre l’OCP », a déclaré à Reuters Patricia Vargas, qui dirige la communauté Panduyaku dans la province équatorienne de Sucumbios.

« Le pétrole recouvre déjà les rives de la rivière Coca et nous appelons à une action immédiate », a-t-elle déclaré.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage d’Alexandra Valencia Écriture d’Oliver Griffin Montage de Rosalba O’Brien

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x