Un journaliste du Cachemire, lauréat du Pulitzer, dit qu’il lui est interdit de voyager à l’étranger | actualité liberté de la presse

Sana Irshad Matu a déclaré à Al Jazeera qu’elle avait été empêchée de se rendre à Paris pour assister au lancement d’un livre et d’une exposition de photographies.

Une photojournaliste lauréate du prix Pulitzer du Cachemire sous administration indienne a déclaré qu’elle avait été empêchée de voyager à l’étranger par les autorités indiennes qui n’avaient pas donné de bonnes raisons pour son refus.

Sana Irshad Matto a déclaré à Al Jazeera qu’elle devait se rendre à Paris depuis New Delhi samedi pour lancer une exposition de livres et de photographies en tant que l’une des dix lauréates de la Serendipity Arles Grant 2020.

Mattu, un résident de Srinagar, a remporté les prix Pulitzer avec trois autres membres de l’agence de presse Reuters pour leurs photos sur la crise des coronavirus en Inde.

« Mon vol était prévu pour samedi après-midi. Au service de l’immigration, j’ai été écarté et on m’a dit d’attendre trois heures. J’ai continué à demander des raisons aux autorités jusqu’à ce que je rate le vol », a déclaré le jeune homme de 28 ans.

Matto a déclaré qu’on lui avait dit plus tard qu’elle ne pouvait pas voyager à l’étranger. « Mais ils n’ont donné aucune explication », a-t-elle déclaré.

« C’est fou, il n’y a rien contre moi. Un responsable m’a dit que je devrais vérifier la cause depuis le Cachemire d’où venaient les instructions. Je ne comprends pas pourquoi j’ai été arrêté », a déclaré Sana à Al Jazeera par téléphone depuis l’aéroport de New Delhi. .

« Je suis très déçu. J’attendais cette opportunité depuis longtemps. »

Mattu a partagé sur Twitter des photos de ses billets et de son passeport portant les mots « Annulé sans préjudice » par les autorités indiennes de l’immigration.

Les journalistes et les observateurs ont critiqué cette décision, la décrivant comme un « schéma inquiétant ».

Le Comité pour la protection des journalistes a déclaré que le gouvernement indien « devrait immédiatement mettre fin à sa pratique consistant à empêcher les journalistes cachemiris de voyager à l’étranger ».

« L’interdiction de voyager fait partie d’un schéma systématique de harcèlement contre les journalistes cachemiris qui sont de plus en plus confrontés à des arrestations arbitraires, des poursuites judiciaires frivoles, des menaces, des attaques physiques et des raids depuis août 2019 », a-t-il écrit sur Twitter.

Ces dernières années, un certain nombre de journalistes et militants indiens ont affirmé que les autorités indiennes les avaient empêchés de voyager à l’étranger.

En avril de cette année, Akar Patel, l’ancien chef d’Amnesty International en Inde, a déclaré qu’il avait été interdit de voyager aux États-Unis en raison d’une affaire pénale déposée contre le bureau indien de la Commission des droits de l’homme en 2019.

Les autorités ont déclaré que Patel était inclus dans la « circulaire de surveillance » du Bureau central d’enquête, qui interdit à toute personne recherchée par les forces de l’ordre de voyager à l’étranger.

Il y a quelques jours, l’éminente journaliste indienne Rana Ayyub s’est vu refuser l’embarquement sur son vol pour Londres où elle devait prendre la parole lors d’un événement concernant le ciblage des journalistes en Inde. Elle a ensuite été autorisée à voler après avoir saisi un tribunal.

Patel et Ayyub sont très critiques à l’égard du gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi.

En 2019, le journaliste cachemirien Jawhar Gilani a allégué qu’il avait été interdit à l’aéroport de New Delhi de se rendre en Europe.

READ  Quatre ans après le vol et à quelques mètres du sol, l'équipage du pétrolier est toujours bloqué à bord

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x