Un derviche français communique via Zoom

Un derviche français communique via Zoom

L’une des rares derviches féminines au monde, Rana Gorgani a ouvert le soufisme à un public plus large, et elle établit maintenant des connexions spirituelles surprenantes via Zoom grâce à la pandémie.

Jerjani, un franco-iranien de 37 ans, considérait le spin – une sorte de «méditation émouvante» à travers laquelle les mystiques cherchent à communiquer avec le divin – comme quelque chose qui devrait rester à huis clos.

Bien qu’elle ait grandi en France, elle a commencé à pratiquer la pratique en visitant l’Iran, un endroit où les soufis sont souvent persécutés par les autorités et dansent en général.

Vous n’avez jamais eu l’intention de jouer le spin en public – et c’était une affaire d’hommes. Mais il y a dix ans, elle a décidé de partager sa beauté avec la foule du festival de Montpellier.

“Après quelques minutes, j’ai paniqué et je me suis arrêté pendant quelques secondes. J’avais l’impression d’avoir enfreint certaines règles”, se souvient-elle. Mais j’ai recommencé à me retourner, j’ai entendu un rugissement d’applaudissements et je me suis dit: «Tout va bien».

Quand les gens sont venus la voir après le spectacle, les larmes aux yeux, pour la remercier – elle a réalisé que c’était quelque chose qu’elle voulait poursuivre à plein temps.

Le vortex soufi, parfois connu sous le nom arabe «Sama» (qui signifie «écouter»), voit les interprètes tourner dans de larges robes distinctives dans un tour rythmique qui reflète le mouvement de la terre autour du soleil. C’est plus qu’une simple danse, a dit Gerjani – «C’est une prière, un acte de consécration à Dieu.»

READ  Les Archives nationales conservent les films de l'éminent réalisateur Uttar Yossiliani après numérisation en France

Partie traditionnelle du soufisme, en particulier en Turquie, en Iran et en Afghanistan, elle n’est généralement pratiquée que par les femmes séparées des hommes. Mais pour Georgiani, dans le soufisme – une approche plus focalisée et spiritualiste de l’islam fondée par des adeptes du poète spirituel du 13ème siècle Jalal al-Din Rumi – l’âme n’est ni masculine ni féminine.

Elle a dit qu’être femme et derviche «n’entre pas en conflit avec la spiritualité». “En Europe, j’ai la chance de pouvoir m’exprimer artistiquement et librement.”

Ses parents ont fui l’Iran après la révolution et lors de sa première visite là-bas à l’âge de 14 ans, Jarjani s’est intéressée au soufisme. Depuis, elle a participé à de nombreuses célébrations en Iran et en Turquie, mais surtout en secret.

Désormais, l’épidémie s’est imposée à sa performance en ligne, mais elle a été «touchée et affectée» par le nombre de personnes qui l’ont contactée pour en savoir plus sur Sama.

Sa première classe de Zoom, lors du premier arrêt de la France, a attiré une centaine de personnes et les chiffres ont continué de croître à mesure qu’il se produit à chaque nouvelle et pleine lune.

À sa grande surprise, l’expérience a été «si intense» que les participants ont dit qu’ils avaient désespérément besoin de sens et de connexion. «Je pense que j’ai aidé certaines personnes à se révéler quelque chose», dit-elle.

Bien qu’elle soit enracinée dans ses études d’anthropologie de la musique et de la danse, elle aimait néanmoins mélanger les bandes sonores, choisissant non seulement la musique traditionnelle soufie, mais aussi le piano live et même les mélodies traditionnelles françaises comme Jacques Braille.

READ  Why do "Bachelor" contestants end up wearing the same dresses?

Elle a dit: «Partout où je trouve un état de grâce».

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x