Selon un rapport de l’ONU, Eric Prince a violé l’embargo sur les armes en Libye: rapport

Eric Prince, l’ancien chef de la société de sous-traitance de sécurité Blackwater, a envoyé des armes à un chef de milice libyen en violation de l’embargo sur les armes de l’ONU.

Rapport confidentiel de l’ONU envoyé au Conseil de sécurité et obtenu New York Times Prince semble avoir envoyé des mercenaires étrangers avec des armes telles que des avions d’attaque et des canonnières dans l’est de la Libye en 2019 pour soutenir Khalifa Haftar, le commandant qui se battait pour remplacer le gouvernement libyen internationalement reconnu.

Les mercenaires impliqués dans le complot auraient prévu d’assassiner certains dirigeants libyens.

Le rapport ajoute à la honte de Blackwater, qui a attiré les critiques internationales en 2007 lorsque ses sous-traitants ont tué 17 civils en Irak. Prince, ancien Marine et frère de l’ancien ministre de l’Éducation Betsy DeVosBetsy DeVosBiden fait face à un contrecoup de la gauche sur les prêts étudiants Lorsque Randi Weingarten fait écho à Betsy Devos Schumer, Warren présente un projet de loi appelant Biden à annuler sa dette de prêt étudiant, Il envoie souvent ses ressources en Afrique, y compris dans nombre de ses pays pauvres mais riches en ressources. C’était aussi de l’ex Président TrumpDONALD TRUMP: Impliquer les alliés de Trump dans la “ dé-culture ” en sanctionnant les sénateurs qui ont voté pour condamner l’administration Biden comme étant disposés à reprendre les négociations nucléaires avec l’Iran.Fervents partisans.

Prince n’a pas coopéré à l’enquête de l’ONU, mais son accusation de violation de l’embargo sur les armes autour de Haftar le rend vulnérable à d’éventuelles sanctions.

READ  Les Fidji seront dirigées par un organe des Nations Unies chargé des droits de l'homme, contre l'opposition russe et chinoise

Le rapport détaille l’implication de Prince dans le conflit en cours en Libye. La guerre oppose Haftar, un ancien actif de la CIA devenu un homme fort rebelle, au gouvernement soutenu par la communauté internationale à Tripoli.

Le gouvernement a été soutenu après le soulèvement du printemps arabe qui a tué Mouammar Kadhafi et poussé la nation dans le chaos.

Prince a fait son offre pour aider Haftar peu de temps après le début de la campagne féroce du chef rebelle pour le contrôle de Tripoli. Trump a également exprimé son soutien à Haftar quelques jours après la rencontre du prince et du commandant.

Alors que l’opération mercenaire en Libye s’est rapidement effondrée en raison d’un conflit entre Haftar et les forces, certaines ressources, dont une équipe de guerre électronique et plusieurs avions d’attaque, sont restées une fois les mercenaires partis.

La mission américaine auprès des Nations Unies, membre du Conseil de sécurité, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires de The Hill.

La dernière fois que Prince a été confronté à des allégations de violation du droit international, c’était en 2012, lorsqu’il a également été accusé d’avoir violé un embargo sur les armes sur l’envoi d’armes en Somalie.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x