Recours collectif alléguant une inconduite sexuelle par un cardinal et un grand prêtre du Québec

Dans ce procès, une femme identifiée comme « P » allègue que le cardinal Marc Ollé l’a touchée contre son gré et l’a forcée à avoir des relations sexuelles avec un autre prêtre, le père Léopold Maniraparosha.

F a déclaré avoir rencontré Oelet lors d’un dîner en 2008 alors qu’elle travaillait comme apprentie dans l’archidiocèse de Québec, selon le procès. Elle a allégué dans le procès que plus tard dans la soirée, elle « a senti ses mains se poser sur ses épaules et commencer à lui masser vigoureusement les épaules. F a regardé pour voir que le cardinal Marc Oulet se tenait derrière elle en train de lui masser les épaules. Le cardinal Marc Oulet lui sourit et frappe sur le dos avant de partir ».

Lors d’un autre incident en 2008, F a de nouveau été en contact avec Ole, selon le procès. Un autre prêtre a demandé s’il connaissait « F », selon le dossier, « et il a répondu très fort qu’ils se connaissaient bien. Puis le cardinal Marc Ole a embrassé la lettre F, bien qu’ils ne se soient vus qu’une seule fois. Ou deux fois auparavant, Il la saisit fermement et la frappe avec ses mains dans le dos », selon le procès.

F a affirmé que l’une des dernières fois qu’elle avait eu des contacts avec Ollet était en février 2010. Selon le procès, Owlette lui a dit qu’il pouvait l’embrasser à nouveau car « il n’y a pas de mal à se gâter un peu ».

F a dit qu’elle n’avait rien dit parce qu’elle craignait que son stage et sa future carrière ne dépendent d’Oleh, selon le procès.

READ  Le Royaume-Uni affirme que les actions de la Russie à la centrale électrique de Zaporizhzhya sont susceptibles de compromettre sa sécurité et sa sûreté

Après avoir assisté à une répétition d’agression sexuelle, « F » a commencé à avoir des flashbacks de ce qu’elle a dit avoir vécu avec le cardinal Marc Ollet, selon le procès. Réalisant que les interactions d’Ole avec elle constituaient un attouchement à caractère sexuel sans son consentement et donc une agression sexuelle, selon le procès, elle a décidé d’en parler à son nouveau partenaire et à quelques-uns de ses amis.

Un de ces amis lui a conseillé de parler au Comité consultatif sur les agressions sexuelles sur les mineurs et les personnes vulnérables de l’Église catholique du Québec au sujet de ces agressions sexuelles, selon le procès.

Dans un communiqué publié vendredi par le bureau de presse du Vatican, Ole a nié avoir fait « des gestes inappropriés en personne ».

La déclaration d’Ole a déclaré: « Après avoir pris connaissance des fausses accusations portées par la plaignante (Q), je nie fermement avoir fait des gestes inappropriés envers sa personne, et je considère l’interprétation et la publication de ces accusations comme une diffamation. » « Si une enquête civile doit être ouverte, j’entends y participer activement jusqu’à ce que la vérité soit établie et que mon innocence soit reconnue. »

Une enquête préliminaire a été menée par le père, a indiqué Matteo Bruni, directeur du bureau de presse du Vatican, dans un communiqué. Jacques Serveis, SI, a conclu, à la demande du pape, qu' »il n’y a pas d’éléments pour engager un procès contre le cardinal Ole pour agression sexuelle ».

« Après de nouvelles consultations pertinentes, le pape François a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments pour ouvrir une enquête judiciaire sur l’agression sexuelle du cardinal Ollie sur la personne F », a déclaré Bruni dans le communiqué.

READ  2 idées de looks essentielles dans votre garde-robe

Le diocèse catholique de Québec a reconnu les allégations faites dans la poursuite contre le cardinal Ollet, mais a déclaré qu’il n’avait aucun commentaire.

De plus, dans la poursuite, « F » a décrit des agressions sexuelles par un autre prêtre du diocèse de Québec, le père Léopold Maniraparosha.

F a allégué qu’elle avait été forcée d’accomplir des actes sexuels sur Manirabrocha alors qu’elle était employée du diocèse, indique le procès. Elle a affirmé dans le procès que Maniraparosha l’avait un jour emmenée dans sa bibliothèque et lui avait expliqué qu’il s’attendait à ce qu’elle ait des relations sexuelles orales avec lui. « F » s’est conformé à ses exigences et ne voit pas d’autre issue.

À environ 15 occasions différentes, selon le procès, Maniraparosha l’a agressée sexuellement dans divers endroits, y compris l’église et la propriété de l’hôtel.

L’archidiocèse de Québec a confirmé que Manirabrocha demeure un prêtre catholique et a déclaré: « Mais il est hors service en raison d’une suspension depuis le début avril. Donc, tant que toute la question n’est pas réglée, il ne peut avoir aucune implication pastorale auprès du peuple. « 

Le cardinal Marc Ollier est l’un des cardinaux les plus éminents du Vatican depuis plus d’une décennie. Son nom a été évoqué lors du conclave de 2013 pour être un pape potentiel, selon un reportage de CNN de cette époque.

Il dirige le Bureau des évêques du Vatican depuis 2010. Le bureau est responsable de l’audit et de la supervision des évêques catholiques du monde entier et travaille en étroite collaboration avec le pape François. Le cardinal Ole rencontre habituellement le pape chaque semaine pour le tenir au courant des développements dans son bureau, selon les brochures publiées sur les réunions du pape.

READ  Le leader maori Roeri Waititi expulsé du Parlement néo-zélandais après la performance de Hakka

En 2019, à l’âge de 75 ans, Ole a présenté sa démission au pape François comme l’exige la loi du Vatican, mais François ne l’a pas acceptée, CNN confirmant qu’Ole était toujours en fonction.

La Gendarmerie royale du Canada, dans un courriel à CNN, a déclaré qu’elle n’était pas en mesure de confirmer s’il y avait eu une enquête criminelle et que les enquêtes étaient généralement confirmées si et quand il était recommandé que des accusations criminelles soient portées contre quelqu’un.

CNN a contacté le directeur des poursuites criminelles et criminelles de la ville de Québec concernant d’éventuelles enquêtes criminelles et a été informé par courriel qu’ils n’ont aucune information publique sur l’affaire pour le moment.

SNAP, le Pastoral Abuse Survivors Network, qui fournit un soutien aux victimes d’abus sexuels dans les institutions depuis 30 ans, a publié une déclaration disant : « Nous saluons le courage de toutes les victimes impliquées dans cette affaire pour se manifester et espérons qu’elles pourront obtenir Nous sommes particulièrement conscients qu’étant donné l’importance de l’homme qu’elle a accusé, la victime présumée du cardinal Ollett fera sans aucun doute l’objet d’un examen public intense, et nous sommes conscients qu’il lui a fallu beaucoup de courage. »

Nicola Rotolo de CNN a contribué à ce rapport.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x