Qui a payé ce manoir au Canada? Les Haïtiens demandent des réponses

M. Célestine a déclaré qu’il possédait également une station de radio appelée Model FM, qu’il a démarrée dans une zone rurale mais qui s’est développée au point de l’installer dans une banlieue de la capitale, Port-au-Prince. La gare dispose d’un petit bureau discret dans le faubourg de Pétionville, sans signalisation. Lors des deux visites du Times, le bureau était fermé, ou il y avait une personne qui ne pouvait fournir aucune information sur la station – pas même la liste des prix publicitaires.

M. Celestine a dit qu’il possède également une compagnie de gaz appelée Petrogas Haïti, mais selon sa propre description, il semblait violer l’interdiction légale de profiter des fonds de l’État. Alors que les politiciens sont autorisés à posséder des entreprises, la constitution les empêche de conclure des contrats avec l’État, que M. Celestine a déclaré avoir acquis pour quatre ans par le biais de l’entreprise.

Alors que la colère monte, l’unité anti-corruption du gouvernement haïtien Lancé une Demande d’achat La maison de Célestine au Canada en février. La Gendarmerie royale du Canada, la force de police nationale, a déclaré qu’elle ne pouvait pas révéler si elle enquêtait également sur l’accord. Mais en vertu de la réglementation canadienne, l’achat aurait dû soulever un drapeau rouge Gary ClémentAncien chef de l’unité de la GRC enquêtant sur le blanchiment d’argent.

En tant que sénateur, Célestine est considéré comme une « personne politiquement exceptionnelle » pendant son règne. Règlements canadiens sur le blanchiment d’argent, ce qui signifie que les institutions financières sont tenues de faire preuve de diligence raisonnable pour déterminer la source de tout fonds transféré supérieur à 100 000 $. M. Clément a expliqué que ces règles s’appliqueraient également à Mme Célestine en tant qu’épouse d’une « personne politiquement exposée ».

READ  Les résultats finaux du vote montrent un revers majeur pour le Netanyahu israélien

M. Celestine a dit que tout sur l’achat était au-dessus du podium. “Si je n’avais pas été propre, j’aurais eu beaucoup de problèmes avec les banques à Miami”, a-t-il ajouté, notant qu’il transférait régulièrement entre 20 et 30 millions de dollars en Turquie pour acheter du fer pour ce qu’il a décrit comme l’un des son argent. sociétés d’importation. “J’aurais peur si mon argent n’était pas propre.”

Mais M. Celestine et son avocat à Montréal, Alexandre Bergevin, ont refusé de répondre aux questions de suivi ou de fournir les noms de son entreprise ou de sa ferme importatrice. Son épouse, qui est conseillère au consulat d’Haïti à Montréal depuis 2019, n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x