Quatre ans après le vol et à quelques mètres du sol, l’équipage du pétrolier est toujours bloqué à bord

DUBAI (Reuters) – Près de quatre ans après le début de leur voyage en mer, l’équipage du pétrolier MT EPA de cinq hommes est si proche du rivage, mais toujours incapable de mettre le pied à terre.

Les yeux flous et vêtus de vêtements déchirés, les hommes sont submergés par l’épreuve qui les a tenus à l’écart de leurs familles et à bord du navire de 5 000 tonnes longtemps après que son propriétaire l’a abandonné dans le Golfe.

Ce qui a commencé comme une activité nautique régulière s’est transformé en ce que les hommes appellent un cauchemar, lorsque le propriétaire du pétrolier, Alco Shipping, a eu des problèmes financiers et a cessé de payer ses salaires il y a 32 mois.

L’équipage a été laissé à lui-même, comptant sur les dons d’organismes de bienfaisance qu’ils ont contactés pour obtenir de la nourriture et des produits d’hygiène.

Le pétrolier s’est échoué à Umm al-Quwain, l’un des sept émirats qui composent les Émirats arabes unis, fin janvier, après que des vagues turbulentes ont coupé les deux contrevenants et l’ont poussé à terre.

L’ingénieur indien Vinay Kumar a déclaré que la vie à bord du navire était difficile.

“Nous avons vu l’enfer pendant ce voyage”, a déclaré Kumar à Reuters lors d’une récente visite à bord du navire destroyer. “Nous sommes comme des esclaves … Nous demandons de la nourriture.”

Alco Shipping n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Mission to Seafarers, une organisation caritative qui fournit une aide d’urgence et un soutien aux gens de mer, fournit une aide alimentaire et des contrôles de santé réguliers aux marins depuis que leur navire a été abandonné pour la première fois.

READ  A third body was found in a Norwegian landslide; 7 is still missing

Le directeur régional de l’organisme de bienfaisance Andy Boerman, qui aide à la médiation des négociations entre les marins et Alco Shipping, a déclaré que l’équipage devait collectivement près de 230 000 $.

Bowerman a déclaré que la société venait de proposer de régler avec les marins pour 150 000 $, bien qu’il ne soit pas clair si l’équipage accepterait le montant inférieur.

Bowerman a déclaré que s’ils n’acceptaient pas l’offre, ils resteraient sur le navire jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée, car le navire fournissait son seul effet de levier contre la société.

Les lois maritimes signifient également que s’ils abandonnent le navire, ils peuvent être détenus et tenus pour responsables.

Pour Ni Win, un ingénieur du Myanmar, il y a une complication supplémentaire: son passeport, qui est toujours en possession de l’entreprise, a expiré en mer. Avec le récent coup d’État militaire chez lui, il ne sait pas comment obtenir un nouveau coup d’État.

“Pendant 43 mois, comment vous sentez-vous?” A déclaré l’ingénieur pakistanais Riasat Ali. «C’est comme si nous restions en prison – ils ne paient pas de salaire et ils ne nous renvoient pas à la maison».

(Couvert par Jacob Graves; Rapport supplémentaire par Tariq Fahmy; Écrit par Raya Chalabi; Édité par Mike Colette White)

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x