Connect with us

Hi, what are you looking for?

Uncategorized

Pourquoi les descendants des esclaves de France se battent encore pour leur mémoire

Pourquoi les descendants des esclaves de France se battent encore pour leur mémoire

175 ans que la France a enfin aboli l’esclavage. Mais pour les descendants de centaines de milliers d’hommes et de femmes réduits en esclavage dans les anciennes colonies françaises, l’histoire n’est pas loin.

Mon grand-père était le fils d’Abdine. « Je ne suis que la troisième génération de ma famille à ne pas être esclave », déclare Emmanuel Jourdain, dont les ancêtres ont été transportés d’Afrique pour travailler dans ce qui était alors la colonie française de la Guadeloupe.

« C’est une histoire très moderne, complexe et douloureuse pour ceux qui descendent d’esclaves. »

Gordian est le président du Comité de mars 98. 98 cmFondée à la suite d’une manifestation historique qui appelait l’Etat français à reconnaître son histoire esclavagiste.

Cette marche qui est venue jusqu’à 40 000 personnes Dans les rues de Paris le 23 mai 1998, il a contribué à pousser le gouvernement français à reconnaître la traite des esclaves comme un crime contre l’humanité, ce qu’il a fait en 2001.

Et en 2017, la France a déclaré le 23 mai Journée nationale de commémoration des victimes de l’esclavage colonial : plus d’un million de personnes victimes de la traite d’Afrique vers les colonies françaises, et des générations de personnes nées de celles-ci, avant que le commerce ne soit finalement aboli en 1848.

Aujourd’hui, quatre de ces anciennes colonies – la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane française et la Réunion – sont des départements français d’outre-mer, ce qui signifie que les milliers de citoyens français qui vivent aujourd’hui descendent de personnes asservies par la France.

Une journée pour les esclaves et leurs descendants

La France l’a vraiment Deux jours pour commémorer l’esclavage. L’autre, le 10 mai, commémore la traite négrière, l’esclavage et l’abolition de l’esclavage.

READ  Beaux châteaux en France que vous pouvez visiter

Mais pour Gordian et d’autres descendants d’esclaves, cela seul ne suffisait pas.

« Avec tout crime contre l’humanité, les victimes doivent toujours être respectées », a-t-il déclaré à RFI, soulignant que les deux journées devaient recevoir la même reconnaissance.

Cela ne s’est pas toujours produit. Alors que le 10 mai voit habituellement les hauts responsables du gouvernement français Dépôt de couronnes Lors d’une cérémonie officielle à Paris, les commémorations du 23 mai ont tendance à être moins importantes et principalement dirigées par les descendants eux-mêmes.

Bien sûr, cela ne les rend pas moins importants – au contraire, c’est le contraire.

A Paris, les festivités de la journée verront des personnes déposer des fleurs à leurs ancêtres esclaves au ministère français de l’Outre-mer, dans le cadre d’une cérémonie annuelle appelée « Limyè ba Yo– une phrase créole qui signifie à peu près « mettons-la sous les projecteurs ».

« Ce qui m’étonne de plus en plus, c’est que nous voyons des familles venir avec de jeunes enfants et dire: » Mettez la fleur « , dit Gordian.

« Peut-être qu’ils ne comprennent pas tout à fait pourquoi ils font cela, mais ils voient des gens autour d’eux pleurer, rire et réfléchir, et ils voient d’autres personnes comme eux déposer des fleurs.

« Cela leur permet de voir qu’ils ont leur propre identité et culture au sein de l’identité nationale. »

Invitation à commémorer

Mais le CM98 milite également pour un mémorial permanent aux victimes de la traite négrière française, que l’association souhaite voir occuper une place de choix dans le centre de Paris.

READ  Gregg Popovich s'envole pour la France (pour rendre visite à Wimpy ?)

président Emmanuel Macron Ils ont exprimé leur soutien à l’idée lorsqu’elle a été proposée en 2018, mais aucune des conceptions ne répondait à une exigence centrale du CM98 : le mémorial doit inclure les noms de près de 200 000 personnes officiellement libérées dans les colonies françaises des Caraïbes et de l’océan Indien sous l’abolition de 1848.

Le Mémorial du Morne de la Mémoire, qui affiche 1 480 noms donnés aux esclaves affranchis après leur abolition, se trouve aux Abymes, près de Pointe-à-Pitre, sur l’île française d’outre-mer de la Guadeloupe. © AFP – Nicolas Dern

Le projet est depuis au point mort, ce que Gordian espère renverser.

« La France se dit pays des droits de l’homme – et il est vrai qu’en 1789 une loi a été votée déclarant que les gens naissent libres et égaux devant la loi. En 1789. Sauf qu’en 1848, 59 ans plus tard, mes grands-parents étaient encore esclaves par la France », dit-il.

France Il a aboli l’esclavage dans ses colonies pour la première fois en 1794 – pour le rétablir en 1802.

« En créant un monument, la République française peut dire : « Oui, il y a eu un échec », dit Gordian. « Et tous les gens que la France a asservis à tort, en mettant tous leurs noms sur un monument, que pour moi – et pour la France, c’est une compensation. Une grande symbolique.

Histoire nationale, Histoires de famille

Outre les mémoriaux publics, son association œuvre tout au long de l’année pour inciter les descendants d’esclaves à mieux connaître leurs ancêtres.

Cela les aide à retracer leur histoire familiale, qui est souvent incomplète en raison de documents manquants ou de générations de silence.

READ  Mises à jour en direct entre l'Irak et le Qatar : score, informations sur la diffusion, alignements et comment regarder la Coupe du golfe Arabique | 15/01/2023

« On ne m’a jamais parlé de l’esclavage à l’école », dit Jordan. « Personne n’en a parlé. »

Les gens tiennent une banderole sur laquelle on peut lire : « Descendants d’esclaves et fiers de nos ancêtres ! » Lors d’un rassemblement à la mémoire des victimes de l’esclavage, le 23 mai 2018 à Paris. © AFP – FRANÇOIS GUILLOT

Il n’a pris connaissance de son histoire que grâce à son père : fait inhabituel pour l’époque, il a partagé l’histoire de son grand-père, arrivé Guadeloupe Un esclave devenu plus tard un homme libre.

Cependant, sa mère n’en a jamais parlé une seule fois. « L’histoire est très douloureuse et très honteuse », déclare Jordan.

Ce n’est que récemment qu’il a pu remplir les deux côtés de son arbre généalogique; Au total, il comptait 32 femmes et hommes réduits en esclavage parmi ses ancêtres immédiats.

Il dit de lui-même et des autres descendants : « Ils ne sont plus nos esclaves. « Ce ne sont que des parents – des parents que nous apprenons à connaître et que nous apprenons à aimer. »

Gordian voit de plus en plus de jeunes hommes venir dans son association à la recherche de leurs ancêtres.

Bien que ce qu’il trouve puisse être dérangeant, « ce que je vois, c’est que ça calme les gens », dit-il.

« Ils sentent qu’ils peuvent vivre plus facilement avec cette date. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

Tech

Parallèlement à la mise à niveau de la puce A15 et plus encore, l’iPhone SE bénéficie d’une amélioration de la batterie par rapport à...

entertainment

Leblanc a écrit jusqu’à 20 volumes de Lupin ainsi que quelques romans qui ont été adaptés au fil du temps dans diverses émissions de...

World

ROME (AP) – Une voiture conduite par une personne apparemment malade mentale s’est précipitée à travers la porte du Vatican jeudi soir, devant les...

Uncategorized

Julian Grimaud, de West Palm Beach, et son fils de quatre ans et demi Luca ont une surprise pour ses parents, qui vivent en...

Copyright © 2020 ZoxPress Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.