Peut-on être africain et français ? | des avis

Peut-on être africain et français ?  |  des avis

La semaine dernière, le parlement français était en émoi. Lors d’une session ordinaire, le représentant Carlos Martins Bilongo interrogeait le gouvernement au sujet d’un navire transportant des centaines de migrants sauvés de la Méditerranée et toujours bloqués en mer, lorsqu’il a été interrompu par Grégoire de Fornas, membre du parti d’extrême droite anti-immigration National faire la fête. Réunis. « Ils devraient retourner en Afrique », a crié de Fornas à Bilongo.

Des réactions de colère ont suivi de tout le spectre politique, beaucoup pensant que le commentaire était dirigé contre Bilongo lui-même, un Noir, dont les pronoms «il» et «ils» se prononcent de la même manière en français.

De Fournas a été suspendu pendant 15 jours et son salaire réduit malgré les protestations qu’il faisait référence aux personnes à bord du navire et non à Bilongo lui-même.

Il est facile de rejeter de Fournas comme une autre ignorance raciste de l’extrême droite française. Et c’est peut-être le cas. Cependant, lui et les politiciens libéraux qui défendent Bilongo, et même Bilongo lui-même, ont peut-être plus en commun qu’ils ne veulent l’admettre. Les pronoms n’étaient pas la seule chose qui risquait d’être mélangée.

Il semble que « Africain » et « Noir » aient également été mélangés. De toute évidence, à qui de Fornas faisait référence n’aurait pas été mis en doute si Bilongo avait été autre chose que Black. Personne n’aurait deviné que les migrants désespérés essayant d’atteindre l’Europe pouvaient être autre chose que des Africains. Cependant, les métaphores de tout le monde, et seulement celle-là, selon lesquelles les Noirs sont des Africains, et les Africains qui constituent la majorité des personnes immigrées en Europe, peuvent être facilement réfutées.

READ  Diffuser la culture de la lecture | Péninsule du Qatar

L’épisode évoque également un clash entre l’humoriste sud-africain et présentateur de télévision américain de fin de soirée Trevor Noah, et l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, quatre ans plus tôt.

Commentant la victoire de la France en Coupe du monde en Russie et le fait que 12 des 23 joueurs français étaient noirs, Noah a plaisanté : « L’Afrique a gagné la Coupe du monde ! Cela a rendu Aru furieux, qui a vu dans la blague de Noah une tentative de refuser les Français aux joueurs de la même manière que les coéquipiers d’aujourd’hui de Bilongo comprennent ce que de Furnas avait dit.

Maintenant, comme Noé plus tard expliquéLe contexte est tout. Son utilisation du mot « Africains » pour décrire les joueurs français ne serait pas comprise comme un déni de leur francité de la même manière qu’un politicien français raciste pourrait utiliser le mot « Africains » pour faire exactement cela. Mais il est allé jusqu’à critiquer l’idée que Français et Africain sont opposés. On peut se demander, si l’on peut être européen et français, pourquoi ne pas être africain et français ?

En acceptant tacitement l’hypothèse d’identité de de Fournas comme singulière et exclusive – c’est-à-dire que les Français ne peuvent pas être africains – les libéraux à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement français perpétuent par inadvertance l’idée que le français embourbé dans les attitudes coloniales d’assimilation est un « acte de civilisation ». Ils semblent également embrasser la perception impériale des peuples du continent africain comme possédant des identités rigides et inclusives.

Le monde façonné par le colonialisme des deux côtés de la Méditerranée et au-delà en est venu à être défini par la stricte logique européenne du « nous contre eux ». Le but de l’idée de l’assimilation française était de transformer les Africains en Français unidimensionnels, en les dépouillant de leurs histoires alternatives et des idées et notions d’identité que portaient leurs ancêtres.

READ  Al-Ittihad et Fred Foggia ont lancé le label de télé-réalité et dévoilé la «Méditerranée» avec BBCS et France TV - TBI Vision

Mais d’autres empires coloniaux étaient pareillement obsédés par l’organisation et la standardisation de l’identité. Comme l’écrivait feu le professeur Terrence Ringer dans papier A l’occasion du dixième anniversaire de son livre influent L’invention de la tradition : « Avant le colonialisme, l’Afrique était caractérisée par le pluralisme, la flexibilité et la pluralité des identités ; après cela, les identités africaines de « tribu », de genre et de génération ont été contraintes par la rigueur de traditions novatrices. »

L’influence de l’apostasie impériale a vu les techniques utilisées pour contrôler la population dans les colonies et rentrer au pays. L’identité est devenue la préoccupation de la gauche comme de la droite en Europe, portée par une immigration accrue. Des idées rigides sur ce que signifie être français, anglais, américain, etc., sont à la base de plaintes régulières à travers le monde occidental concernant l’incapacité des immigrants à s’intégrer, à adopter les coutumes locales et à apprendre les langues locales.

Il est ironique que tout ce remue-ménage au Parlement français soit un grand remue-ménage pour littéralement rien. Il est bien établi dans la science que chaque membre d’Homo sapiens est d’ascendance africaine, et plutôt que d’être encodé dans les gènes, la race, la nationalité et, comme nous l’avons vu, la tribu, sont des inventions sociales et politiques. Même l’africanisme, et son association aujourd’hui avec les Noirs codifiés dans le terme pseudo-analytique « Afrique subsaharienne » ou dans le moins politiquement correct « Afrique noire », est une invention coloniale.

Plutôt que d’accepter la base de l’impérialisme pour les identités exclusives et les versions étroites de l’humanité qu’ils représentent, nous devons les déconstruire. « Aujourd’hui, j’ai retrouvé mon teint. Je suis né en France. Je suis un député français », a protesté Bilongo.

READ  L'ambassade du Népal sensibilise à l'utilisation sûre des médias sociaux

Ce qu’il voulait dire, c’est que la couleur de sa peau était utilisée pour nier sa francité et qu’il n’était pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Mais tout comme il y a plusieurs façons d’être français, il y a plusieurs façons d’être humain. Cela inclut la possibilité d’être à la fois africain et français.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.

Emmy Tailler

"Spécialiste du voyage. Érudit typique des médias sociaux. Ami des animaux partout. Ninja zombie indépendant. Passionné de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x