Nicolas Sarkozy, l’ancien président de la France, a été condamné pour corruption

Lundi, un tribunal parisien a inculpé l’ancien président français Nicolas Sarkozy de corruption et d’abus d’influence.

La décision a abouti à l’un des nombreux enchevêtrements juridiques de longue date qui ont abouti à M. Sarkozy, 66 ans, qui a dirigé la France de 2007 à 2012 et reste populaire auprès des conservateurs.

La condamnation de M. Sarkozy n’était que la deuxième fois dans l’histoire récente qu’un ancien président français était condamné pour un crime.

Il a été reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir illégalement des informations sur une autre affaire judiciaire contre lui auprès d’un juge en échange de promesses d’user de son influence pour obtenir un poste prestigieux pour le juge.

Il a été condamné à trois ans de prison avec sursis pendant deux de ces années. Cependant, on s’attendait généralement à ce que M. Sarkozy fasse appel, un processus qui retarderait la décision.

Lundi, un tribunal n’avait condamné qu’un seul président de l’histoire de la France moderne: Jacques Chirac, condamné en 2011 pour détournement de fonds et détournement de fonds publics alors qu’il était maire de Paris. M. Chirac a été le premier chef d’État français jugé depuis que le maréchal Philippe Pétain a été reconnu coupable de trahison à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour sa coopération avec l’Allemagne nazie.

Cependant, Chirac a été jugé par contumace en raison de sa mauvaise santé mentale, et l’année dernière, Sarkozy est devenu le premier président français à assister physiquement à son procès depuis 1945.

Sarkozy, qui a perdu sa candidature à la réélection en 2012 et a lancé une tentative de retour ratée en 2016, a nié les actes répréhensibles dans le réseau complexe d’affaires d’inconduite financière qui le tourmentent depuis qu’il a quitté ses fonctions.

READ  Vinales est "surpris" de tester la moto du Qatar à long terme sur un vieux vélo

Il doit être jugé plus tard ce mois-ci dans une affaire distincte liée à sa campagne électorale de 2012, dans laquelle il a été accusé d’avoir outrepassé les restrictions strictes sur ses dépenses électorales. L’affaire la plus longue et la plus grave contre lui comprend des accusations selon lesquelles sa campagne de 2007 a reçu un financement libyen illégal de la part du gouvernement de l’homme fort maintenant décédé, le colonel Mouammar Kadhafi.

D’autres affaires contre M. Sarkozy ont été abandonnées, dont une dans laquelle il était accusé d’avoir manipulé un héritier de la fortune L’Oréal Cosmetics pour financer sa campagne électorale de 2007.

La décision est intervenue dans un climat politique chaud en France alors que le pays se prépare pour les élections présidentielles de 2022.

M. Sarkozy est en bons termes avec le président Emmanuel Macron, qui a récemment poussé la France vers la droite et exerce toujours une grande influence sur le principal parti politique français, Les Républicains. Avec l’élection présidentielle qui approche à grands pas et aucun candidat de premier plan en vue, la bénédiction de M. Sarkozy est largement recherchée par les responsables du parti.

L’affaire de lundi, connue sous le nom d ‘«affaire d’écoute électronique», a été la première contre lui à aboutir finalement à un procès, dans lequel M. Sarkozy – un avocat de formation – a utilisé tous les recours juridiques dont il disposait pour achever la procédure.

Bien que les deux affaires soient distinctes, l’affaire d’écoute électronique est née de l’enquête sur la Libye, qui a débuté en 2013 et a incité les enquêteurs à mettre sur écoute les téléphones de M. Sarkozy et de son avocat, Thierry Herzog.

READ  Cyril Hanneh menacé de poursuites par M6, animateur et producteur de Touche pas à mon poste, répond sur Twitter

Grâce à des écoutes téléphoniques, ont affirmé les procureurs devant le tribunal, les enquêteurs ont découvert en 2014 que MM. Sarkozy et Herzog utilisaient des lignes téléphoniques secrètes et que les deux avaient discuté des moyens d’obtenir des informations classifiées sur une autre affaire impliquant l’ancien président qui se déroulait en France. . La plus haute cour d’appel.

Les procureurs ont déclaré que Sarkozy avait illégalement recherché des informations auprès de Gilbert Azibert, alors juge à la Cour, notamment en promettant d’user de son influence pour obtenir un emploi pour le juge à Monaco.

La mission ne s’est jamais concrétisée, mais selon la loi française, les procureurs n’ont pas à prouver qu’un accord corrompu a été exécuté pour obtenir une condamnation – seulement cela a été accepté. Lors du procès, qui s’est déroulé en novembre et décembre, les procureurs ont accusé Sarkozy d’avoir conclu un “pacte de corruption” avec M. Azibert, une accusation qu’il a réfutée avec véhémence.

La défense de Sarkozy avait demandé au tribunal de rejeter l’ensemble de l’affaire, arguant que l’écoute électronique de ses appels téléphoniques avec M. Herzog était illégale et que les plaignants prenaient des parties de la conversation occasionnelle hors de leur contexte pour reconstituer une affaire défectueuse.

Le tribunal a également inculpé M. Osebert et M. Herzog.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x