L’Ukraine et la Russie s’affrontent devant un tribunal international pour une affaire de génocide

Un aperçu de la Cour internationale de Justice à La Haye, Pays-Bas, le 9 décembre 2019. REUTERS/Eva Bleiver

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

LA HAYE (Reuters) – L’Ukraine demandera lundi à la Cour suprême des Nations Unies de rendre une décision d’urgence demandant à la Russie de mettre fin à son invasion, arguant que la justification de Moscou pour l’attaque est basée sur une mauvaise interprétation de la loi sur le génocide. Lire la suite

Bien que les décisions de justice soient contraignantes et que les États les suivent généralement, ils n’ont aucun moyen direct de les faire respecter.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’une « action militaire spéciale de la Russie » était nécessaire « pour protéger les personnes qui ont été victimes d’intimidation et d’extermination » – c’est-à-dire celles dont la première ou la seule langue est le russe – dans l’est de l’Ukraine. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le procès intenté en Ukraine fait valoir que l’allégation de génocide est incorrecte et, en tout cas, ne fournit pas de justification légale à l’invasion.

L’affaire devant la Cour mondiale, officiellement connue sous le nom de Cour internationale de Justice, porte sur l’interprétation du Traité de 1948 sur la prévention du génocide, que les deux pays ont signé. Le traité spécifiait la Cour internationale de justice comme instance de règlement des différends entre les signataires.

La semaine dernière, le conseil d’administration de l’Association internationale des spécialistes du génocide a publié une déclaration disant que Poutine « abusait du terme ‘génocide' ».

READ  L'administration Biden indemnise certaines des victimes du "syndrome de La Havane" à hauteur de 187 000 dollars

« Il n’y a absolument aucune preuve de génocide en Ukraine », a déclaré à Reuters la présidente de l’association, Melanie O’Brien.

L’ambassade de Russie à La Haye n’a pas immédiatement répondu aux questions de Reuters sur l’affaire.

La Cour internationale de Justice peut ordonner des « mesures provisoires » accélérées en quelques jours ou semaines pour empêcher la situation de se détériorer avant d’examiner le fond d’une affaire, ou si elle est compétente.

L’Ukraine a demandé des mesures provisoires au tribunal en 2014 après l’annexion de la Crimée par la Russie, et la Cour internationale de justice a ordonné aux deux parties de ne pas aggraver le différend.

Les audiences commencent à 10h00 (09h00 GMT) et l’Ukraine présente son dossier. La Russie doit répondre mardi.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage de Stephanie Van den Berg) Montage par Kevin Levy

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x