L’Iran dit qu’il mettra fin aux inspections surprises de l’Agence internationale de l’énergie atomique si les termes de l’accord nucléaire ne sont pas respectés

Écrit par Parisa Hafizi

DUBAI (Reuters) – L’Iran a déclaré lundi qu’il interdirait les inspections surprises de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à partir de la semaine prochaine si d’autres parties à l’accord nucléaire de 2015 ne remplissaient pas leurs obligations, au mépris de l’espoir du président américain Joe Biden de raviver l’accord.

“Si d’autres ne remplissent pas leurs obligations avant le 21 février, le gouvernement est obligé de suspendre la mise en œuvre volontaire du protocole additionnel”, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh.

“Cela ne signifie pas mettre fin à toutes les inspections effectuées par l’Agence internationale de l’énergie atomique … toutes ces étapes peuvent être inversées si l’autre partie change de cap et remplit ses obligations”, a-t-il dit, faisant référence aux États-Unis.

L’administration Biden vise à ramener les États-Unis à l’accord nucléaire, que son prédécesseur Donald Trump a abandonné en 2018. Dans le cadre de cet accord, l’Iran a accepté de restreindre son programme d’enrichissement d’uranium en échange de la levée des sanctions.

Après la démission de Trump et la réimposition des sanctions, l’Iran a commencé à violer certaines restrictions de l’accord. Washington et Téhéran sont maintenant en désaccord sur la meilleure façon de restaurer l’accord, les deux parties exigeant que l’autre partie travaille d’abord pour revenir au respect.

Malgré l’affirmation publique de l’Iran selon laquelle Washington devrait faire le premier pas, plusieurs responsables iraniens ont déclaré à Reuters la semaine dernière que les difficultés économiques croissantes des sanctions américaines pourraient pousser Téhéran à faire preuve de flexibilité dans les conditions de la restauration de l’accord nucléaire.

READ  Des communistes et des observateurs signalent des abus lors des élections russes

Le ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, a déclaré la semaine dernière que Doha organisait des consultations pour aider à sauver l’accord, et les médias d’État iraniens ont déclaré qu’il rencontrerait lundi son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, à Téhéran.

“Nous saluons les efforts de pays amis comme le Qatar”, a déclaré Khatibzadeh. “Il y a eu des consultations entre Téhéran et Doha à différents niveaux.”

L’accord nucléaire a permis à l’Agence internationale de l’énergie atomique d’avoir un accès généralisé à la collecte d’informations sur les activités nucléaires de l’Iran. Mais en vertu d’une loi promulguée l’année dernière, le gouvernement iranien est obligé de révoquer cet accès le 21 février si les autres parties n’adhèrent pas à l’accord nucléaire.

L’Iran a longtemps nié avoir cherché à développer des armes nucléaires grâce à l’enrichissement d’uranium, bien que son ministre du renseignement ait déclaré la semaine dernière que la pression occidentale continue pourrait pousser Téhéran à répondre comme un “chat assiégé” et à poursuivre les armes nucléaires.

Mais Khatibzadeh a refusé, citant un décret religieux publié au début des années 2000 par le guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, interdisant la poursuite des armes nucléaires.

(Écrit par Parisa Hafizi, édité par Mark Heinrich)

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x