L’héritier de Lagardère conclut une trêve pour contrôler le groupe

L’héritier de Lagardère conclut une trêve pour contrôler le groupe

Arnaud Lagardère a conclu une trêve avec l’activiste hedge fund Amber Capital et deux des hommes les plus riches de France qui se battaient pour le contrôle des médias français et du groupe de distribution que son père avait fondé.

Confirmation des rapports précédents, l’héritier renoncera à la puissante influence que le statut juridique privilégié du Groupe Lagardère lui a conféré en tant que Une société en commandite par actionsCe qui lui a permis de mettre son veto à la plupart des décisions de l’entreprise malgré une participation de seulement 7%.

En échange d’accepter de convertir Lagardère en Une communauté anonyme, La société a annoncé mercredi qu’Arnaud Lagarder recevrait 10 millions de nouvelles actions supplémentaires dans la société, soit 7% de son capital. Il disposera également de trois sièges dans un nouveau conseil d’administration de 11 membres et d’un contrat pour occuper le poste de PDG pour une période de six ans.

L’accord est soumis à l’approbation des organisateurs et à un vote des actionnaires lors de l’assemblée annuelle du 30 juin, mais passera probablement parce que les principaux acteurs sont tous d’accord.

Cela signifiait également que la dissolution ou la vente de l’entreprise, qui faisait l’objet de discussions et de l’opposition de l’héritier, était probablement hors de propos à court terme.

Vivendi, contrôlée par le milliardaire Vincent Bollori et le premier actionnaire de Lagardère avec 29% du capital, était intéressé par l’éditeur de livres Hachette et Radio 1 Europe, tous deux actifs de Lagardère, selon des personnes proches du dossier.

Le fondateur de LVMH, Bernard Arnault, qui a investi l’année dernière dans une holding personnelle affiliée à Arnaud Lagarder et a acheté une participation directe de 8%, voudrait acheter des médias français influents, le Journal de Dimanche et le magazine Paris Match.

READ  Briefing de lundi - The New York Times

Le pouvoir au sein du nouveau conseil d’administration sera partagé par toutes les parties belligérantes: Vivendi disposera de trois sièges en tant qu’Arnault Lagarder, tandis qu’Amber, Arnoult et la Qatar Investment Authority disposeront chacun d’un siège.

Il faudrait une majorité des deux tiers des voix au conseil pour remplacer le PDG et les trois cinquièmes de toute vente d’actifs au-dessus de certains seuils.

Des personnes proches des pourparlers ont déclaré que la trêve était l’aboutissement de mois de discussions entre factions et était facilitée par l’ancien président Nicolas Sarkozy, membre du conseil d’administration de Lagarde. Le catalyseur a été la prochaine réunion des actionnaires au cours de laquelle Amber a de nouveau cherché à remplacer le conseil d’administration, et cela aurait pu être un succès puisqu’il s’est allié à Vivendi depuis l’été dernier.

Sarkozy, un confident d’Arnaud Lagarder et de Vincent Bollori, a encouragé les hommes à négocier une solution à la place.

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président joue un rôle majeur dans l’entreprise – Arnaud Lagardère a conseillé à Vincent Bolloré de devenir actionnaire avant l’assemblée annuelle de l’année dernière, pour éviter un précédent renversement du conseil d’administration par Amber.

Cela a fonctionné au début, mais s’est retourné contre lui car Bolloré a continué à acheter des actions juste en dessous du seuil de l’offre de rachat.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x