L’extrême droite française teste l’appétit des électeurs aux élections régionales

L’extrême droite française teste l’appétit des électeurs aux élections régionales

La dirigeante d’extrême droite française Marine Le Pen prononce un discours à l’occasion des élections municipales de l’année prochaine dans un discours annuel à la fin de l’été devant ses partisans à Fréjus, en France, le 15 septembre 2019. REUTERS/Jean Paul Pelissier/ Fichier photo

  • Le Pen vise une victoire historique dans le sud de la France
  • Macron face à un défi avant les élections présidentielles de 2022
  • Le taux de participation à midi est l’un des plus bas de l’histoire

PARIS (Reuters) – Les électeurs français se sont rendus aux urnes dimanche lors d’une élection régionale qui mettra à l’épreuve l’attrait de la faible image de la leader d’extrême droite Marine Le Pen à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle.

Après une année et demie exténuante de confinements, de couvre-feux et de restrictions, le premier tour de dimanche risque d’être désastreux pour le président Emmanuel Macron, dont le parti devrait remporter l’une des 13 régions françaises.

Porté par une résurgence des problèmes d’ordre public pendant la campagne, malgré le fait que les régions françaises n’ont pas de pouvoirs de police, Le Pen espère bénéficier d’un rebranding qui a vu ses promesses abandonner le “Frexite” et la rhétorique incendiaire.

“Cela paraît moins extrême aux yeux des Français et moins dangereux pour la démocratie qu’il y a dix ans”, a déclaré à Reuters Brice Tintorier, analyste chez le sondeur Ipsos.

La meilleure chance de son parti Rassemblement national est dans le sud de la France, la région autour de Marseille et Nice, où un sondage prédit qu’un assistant de Le Pen, un ancien ministre conservateur, remportera la course même si tous les partis se mobilisent contre lui. pour lui.

READ  Channel 4 shows its first title from The Queen

Acquérir une région, pour la première fois, donnerait un coup de fouet à Le Pen à moins d’un an de l’élection présidentielle, et serait une gifle pour Macron, qui s’est présenté comme un rempart contre l’extrême droite.

“Si le choix est vraiment entre le Rassemblement national et le centre-droit, comme M. Macron, personnellement, je ne voterai pas (à l’élection présidentielle)”, a déclaré à Reuters le directeur Emmanuel Barrot, 61 ans, devant un bureau de vote à Paris.

“Je pense que nous devons accepter que le jeu est terminé, et nous devons commencer à préparer l’avenir et l’avenir reconstruit un véritable parti de gauche.”

faible inversion

La participation à midi a été l’une des plus faibles de l’histoire des élections françaises, à seulement 12,2 %, contre 16,3 % en 2015.

L’extrême droite devrait également faire bonne figure dans deux autres régions, autour de Calais dans le nord et en Bourgogne, aidée par une faible participation dans un pays dont l’attention se tourne vers les vacances d’été pour oublier la pandémie.

Dans le nord, Xavier Bertrand, tête de liste des conservateurs à l’élection présidentielle, affronte le porte-parole du parti Le Pen et ministre de la Justice dans le gouvernement Macron.

Le fait que le parti de Macron atteigne le seuil des 10% déterminera s’il peut forcer Bertrand à former une coalition pour vaincre l’extrême droite, ce qui saperait sa position de principal adversaire de Macron en 2022.

Cependant, la victoire de Bertrand augmenterait ses chances de devenir le candidat conservateur à la présidentielle. Les assistants de Macron considèrent l’ancien ministre de la Santé comme un rival qui saperait la base électorale de centre-droit du président.

READ  Les stades du Qatar 2022 nominés pour la compétition des stades 2020

Les résultats du premier tour de dimanche enverront les partis dans un revers frénétique pendant deux jours pour forger des alliances avant le tour final du 27 juin.

“Je suis venu voter pour que des partis totalitaires comme la France Insoumise (extrême gauche), les Verts ou le Rassemblement national ne gagnent pas”, a déclaré Vincent Thomas, un artiste de 52 ans qui votait également aux élections. Paris.

(Reportage par Michelle Rose) Montage par John Irish et Christina Fincher

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x