Les législateurs européens exhortent la France, l’Allemagne et l’Italie à abandonner le soutien de l’Arctique au GNL 2

LONDRES (Reuters) – Un groupe de députés européens du Parti vert a exhorté mercredi les dirigeants allemands, français et italiens à ne pas soutenir le projet russe de GNL dans l’Arctique en raison des préoccupations liées au changement climatique.

Le projet de 21 milliards de dollars, mené par le producteur de gaz russe Novatek et avec un soutien international, dont la compagnie pétrolière française Total, devrait être lancé en 2023 et que la pleine capacité de production de GNL atteindra près de 20 millions de tonnes par an en 2026 .

L’appel des législateurs intervient au lendemain de la déclaration de l’Agence internationale de l’énergie pour lutter contre le réchauffement climatique conformément aux objectifs de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Tous les investissements dans de nouveaux projets de combustibles fossiles doivent cesser.

Dans une lettre Ici Aux gouvernements français, allemand et italien, 39 législateurs d’environ 250 de ces pays au Parlement européen ont appelé ces pays à suspendre tout projet de financement du projet Arctic LNG.

“Nous exhortons les gouvernements français, allemand et italien à refuser de soutenir ce projet et à établir une nouvelle norme en mettant fin à tout soutien au financement des exportations pour les combustibles fossiles avant la COP26”, lit-on dans la lettre. La COP26 est le prochain sommet des Nations Unies sur le climat, qui se tiendra en Écosse en novembre.

Marie Toussaint, l’un des deux sites, a déclaré à Reuters que le projet était “une déviation environnementale, économique et sociale et doit être arrêté immédiatement”.

READ  Le fils de Joe Biden est visé par une enquête sur sa situation fiscale

Reuters a rapporté en septembre que Beverance en France, Euler Hermes en Allemagne et SACE en Italie figuraient parmi les prêteurs internationaux soutenus par l’État, envisageant un soutien financier d’environ 9,5 milliards de dollars pour le projet.

La SACE a refusé de commenter, tandis que Bpifrance a déclaré qu’elle travaillait pour le compte du gouvernement français. Le gouvernement français n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le gouvernement allemand, qu’Euler Hermes a reporté ses demandes en la matière, a déclaré mercredi qu’il avait reçu une demande de garantie de crédit à l’exportation liée à Arctic LNG 2, et que celle-ci était toujours en cours d’examen.

(Rapport Simon Jessup). Edité par Jean Harvey

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x