Le Ghana confirme le premier foyer du virus hautement contagieux de Marburg

Un agent de santé en tenue de protection transporte des déchets à éliminer à l’extérieur du service d’isolement alors que les victimes du virus mortel de Marburg sont soignées dans la ville d’Uige, dans le nord de l’Angola.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

DAKAR (Reuters) – Le Ghana a officiellement confirmé deux cas de virus de Marburg, une maladie hautement contagieuse similaire à Ebola, a annoncé dimanche le service de santé du Ghana, après que deux personnes ont été testées positives pour le virus au début du mois.

Les tests au Ghana sont revenus positifs le 10 juillet, mais les résultats ont été vérifiés par un laboratoire au Sénégal afin que les cas puissent être considérés comme confirmés, selon l’Organisation mondiale de la santé. Lire la suite

« D’autres tests à l’Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, ont confirmé les résultats », a déclaré le service de santé du Ghana dans un communiqué.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Elle a déclaré que le GHS s’efforçait de réduire tout risque de propagation du virus, notamment en isolant tous les contacts identifiés, dont aucun n’a montré de symptômes jusqu’à présent.

Il s’agit de la deuxième éruption de Marburg en Afrique de l’Ouest. Le premier cas de virus dans la région a été découvert l’année dernière en Guinée, et aucun autre cas n’a été identifié.

« Les autorités sanitaires (ghanéennes) ont réagi rapidement et ont commencé à se préparer à une éventuelle épidémie. C’est une bonne chose car sans action immédiate et décisive, Marburg peut facilement devenir incontrôlable », a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

READ  SpaceX lance une mission de ravitaillement vers la station spatiale

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que les deux patients de la région d’Ashanti, dans le sud du Ghana, avaient développé des symptômes tels que diarrhée, fièvre, nausées et vomissements avant de mourir à l’hôpital.

Il y a eu des dizaines d’épidémies majeures de virus de Marburg depuis 1967, principalement en Afrique australe et orientale. Les taux de mortalité ont varié de 24% à 88% lors des épidémies précédentes en fonction de la souche du virus et de la gestion du cas, selon l’Organisation mondiale de la santé.

L’Organisation mondiale de la santé affirme qu’il est transmis aux humains par les chauves-souris frugivores et se propage entre les humains par contact direct avec les fluides corporels, les surfaces et les matériaux des personnes infectées.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage par Alessandra Prentice et Nelly Peyton) Montage par Frank Jack Daniel et Daniel Wallis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x