La sœur de Kim met en garde les États-Unis contre une « crise de sécurité plus meurtrière »

La sœur influente du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a averti mardi les États-Unis qu’ils seraient confrontés à une « crise de sécurité encore plus meurtrière » alors que Washington fait pression pour que les Nations Unies condamnent le dernier essai de missile balistique de la Corée du Nord.

L’avertissement de Kim Yo Jong est intervenu quelques heures après que l’ambassadrice américaine Linda Thomas Greenfield a déclaré lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU que les États-Unis distribueraient une proposition de déclaration présidentielle condamnant les lancements de missiles interdits par la Corée du Nord et d’autres activités déstabilisatrices. Après la réunion, Thomas Greenfield a également lu une déclaration de 14 pays soutenant une action visant à limiter les progrès de la Corée du Nord sur ses programmes d’armement.

Kim Yo Jong, largement considérée comme la deuxième personne la plus puissante de Corée du Nord après son frère, a critiqué les États-Unis pour avoir publié ce qu’ils ont appelé une « déclaration commune dégoûtante avec des agitateurs comme la Grande-Bretagne, la France, l’Australie, le Japon et la Corée du Sud ».

Kim a comparé les États-Unis à un « chien qui aboie possédé par la peur ». Elle a déclaré que la Corée du Nord considérerait la déclaration dirigée par les États-Unis comme « une violation flagrante de notre souveraineté et une grave provocation politique ».

« Les États-Unis doivent réaliser que peu importe à quel point ils cherchent désespérément à désarmer (la Corée du Nord), ils ne pourront jamais nier (la Corée du Nord) son droit à l’autodéfense, et que plus ils sont déterminés à affronter (la Corée du Nord), il a déclaré dans un communiqué cité par les médias d’État que « la Corée du Nord) agit et sera confrontée à une crise de sécurité encore plus meurtrière ».

READ  Limitation de vitesse à Paris : la ville freine avec une règle de 30 km/h

La réunion de lundi du Conseil de sécurité de l’ONU s’est tenue en réponse au lancement vendredi par la Corée du Nord d’un missile balistique intercontinental, qui faisait partie d’une série provocatrice d’essais de missiles cette année qui, selon les experts, sont conçus pour moderniser son arsenal nucléaire et accroître son influence dans la future diplomatie. . Le test de vendredi comprenait le missile Hwasong-17 le plus puissant, et certains experts affirment que le lancement réussi à un angle prononcé s’est avéré capable de frapper n’importe où sur le continent américain s’il était lancé sur une trajectoire standard.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité, les États-Unis et leurs alliés ont vivement critiqué le lancement de l’ICBM et ont appelé à des mesures pour freiner les programmes nucléaires et de missiles de la Corée du Nord. Mais la Russie et la Chine, toutes deux membres du Conseil de sécurité disposant du droit de veto, se sont opposées à toute nouvelle pression et sanction contre la Corée du Nord. En mai, les deux pays ont opposé leur veto à une tentative menée par les États-Unis de durcir les sanctions contre la Corée du Nord pour ses précédents essais de missiles balistiques, qui sont interdits par les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

La Corée du Nord a déclaré que ses activités de test étaient des répétitions légitimes de son droit à l’autodéfense, en réponse à des exercices militaires réguliers entre les États-Unis et la Corée du Sud, qu’elle considère comme des répétitions d’invasion. Les responsables de Washington et de Séoul affirment que les exercices sont de nature défensive.

READ  L'OTAN affirme que la Russie s'est regroupée pour tenter de s'emparer du Donbass ukrainien

Kim Yo Jong a déclaré que le fait que le lancement de l’ICBM par la Corée du Nord ait été discuté au Conseil de sécurité « applique manifestement deux poids deux mesures » par l’organe de l’ONU car il « ferme les yeux » sur les exercices militaires américano-sud-coréens. Elle a déclaré que la Corée du Nord ne tolérerait aucune tentative de porter atteinte à son droit à la légitime défense et prendrait « la contre-réponse la plus ferme jusqu’au bout » pour protéger sa sécurité nationale.

Lundi, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Choe Son Hui, a qualifié le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, de « marionnette des États-Unis ».

On craint que la Corée du Nord ne procède bientôt à son premier essai nucléaire en cinq ans.

Le statut de la capacité nucléaire de la Corée du Nord reste entouré de secret. Certains analystes disent que la Corée du Nord possède déjà des missiles nucléaires qui peuvent frapper à la fois les États-Unis continentaux et ses alliés la Corée du Sud et le Japon, mais d’autres disent que le Nord est encore à des années d’avoir de tels missiles.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x