La police française utilise des gaz lacrymogènes contre des manifestants pro-palestiniens à Paris

La police française utilise des gaz lacrymogènes contre des manifestants pro-palestiniens à Paris

La police française a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants qui ont défié l’interdiction gouvernementale des rassemblements pro-palestiniens et sont descendus dans les rues de Paris contre le bombardement israélien de la bande de Gaza assiégée.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans la région de Barbès, au nord de Paris, pour exprimer leur solidarité avec les Palestiniens samedi.

Paris a annoncé jeudi l’interdiction de la marche, invoquant les craintes d’une répétition des violents affrontements qui ont éclaté lors de manifestations pro-palestiniennes dans la capitale en 2014.

Samedi, la police a fermé de larges rues ainsi que des rues étroites, que certains manifestants ont été forcés de reculer.

Certains manifestants ont jeté des pierres ou tenté d’ériger des barrières avec des blocs de construction.

La police a poursuivi les groupes pour empêcher les manifestations de se diriger vers la place de la Bastille, comme prévu.

“Voulez-vous m’empêcher de montrer ma solidarité avec ma famille, alors même que mon village est bombardé?” A déclaré un réfugié palestinien portant une chemise “Palestine libre”.

Israël a bombardé la bande de Gaza assiégée à plusieurs reprises ces derniers jours.

Au moins 139 Palestiniens, dont 39 enfants et 22 femmes, ont été tués et près de 1 000 autres ont été blessés depuis lundi.

La mairesse Anne Hidalgo a salué l’interdiction des manifestations à Paris, la qualifiant de “sage” décision.

Mais le chef de l’Association des Palestiniens d’Ile-de-France a accusé le gouvernement d’attiser les tensions avec l’interdiction.

Walid Atallah a déclaré: “S’il y avait de réels risques de troubles publics et de graves problèmes, ils l’auraient immédiatement interdit”.

READ  La légendaire TV Netflix embauche l'exec Jennifer Breslow

Il a dit: “Ils l’ont interdit à la dernière minute – c’est inacceptable.”

Un tribunal parisien a confirmé l’interdiction vendredi, affirmant que «le contexte international et national» justifiait les craintes d’agitation «qui pourraient être dangereuses ou pires qu’elles ne l’étaient en 2014».

Mais aucun incident n’a été signalé car des milliers de personnes se sont rassemblées pour manifester dans plusieurs autres villes dont Montpellier, Toulouse et Bordeaux.

Des manifestations similaires ont eu lieu en Allemagne et au Danemark cette semaine, au cours desquelles la police s’est affrontée avec des manifestants et a arrêté plusieurs personnes.

Des milliers de personnes ont défilé samedi à Londres et à Madrid en solidarité avec les Palestiniens.

Beaucoup accusent Paris d’être pro-Israël dans l’agression actuelle contre la bande de Gaza assiégée.

Selon une publication électronique américaine, Electronic Intifada (EI), malgré ses prétentions à être un bastion de la liberté d’expression, la France est l’un des pays les plus répressifs au monde contre les partisans des droits des Palestiniens.

Elle a ajouté que Paris était également engagée dans une campagne raciste et anti-islam d’incitation et de répression contre les musulmans de France.

Le président Emmanuel Macron lui-même a longtemps été critiqué pour sa rhétorique anti-islam et sa politique anti-musulmane.

L’année dernière, il a suscité la controverse après avoir fait des déclarations insultantes envers l’islam et défendu la publication de caricatures insultant le prophète Mahomet (que Dieu le bénisse et lui accorde la paix) au nom de la «liberté d’expression».

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x