La chance de Biden de mettre fin au chaos frontalier

Environ 8 000 demandeurs d’asile honduriens ont tenté d’organiser une sorte de fête de bienvenue pour le président Joe Biden ce mois-ci. Leurs efforts pour atteindre la frontière sud des États-Unis ont été repoussés dans au moins deux convois grâce aux accords que le président Trump a conclus avec le Mexique et le Guatemala pour utiliser la force pour intercepter les étrangers illégaux. Mais l’Amérique centrale est toujours un chaudron bouillant de ceux qui souhaitent immigrer pour travailler aux États-Unis

M. Biden doit maintenant élaborer sa propre stratégie. Davantage de ressources peuvent aider à la frontière pour traiter les demandes. Mais sans de nouvelles incitations pour les immigrants à suivre la loi, les États-Unis resteront fortement dépendants de la militarisation de la politique d’immigration au Guatemala et au Mexique pour contenir l’inévitable afflux d’étrangers illégaux.

Les Honduriens semblent avoir logiquement conclu que, avec le retour au pouvoir des démocrates, les restrictions à l’asile sous Trump seraient sûrement levées. Cependant, le 17 janvier, NBC News a rapporté qu’un haut responsable de la transition de Biden a déclaré que son message aux immigrants était que “ce n’est pas le moment de faire le voyage”. Le même responsable a également déclaré qu’ils “doivent comprendre qu’ils ne pourront pas venir aux États-Unis immédiatement”.

De douces paroles d’avertissement n’ont en rien découragé les immigrés partis le 15 janvier. Le 18 janvier, ils s’étaient livrés à de violents affrontements avec la Garde nationale guatémaltèque et la police nationale. Les mères pleuraient par terre, tenant leurs enfants, tandis que les jeunes hommes bloquaient les routes, jetaient des pierres et essayaient de se frayer un chemin au-delà de la loi.

READ  Snow continues to spread

Rapports du front Dire Des milliers seraient revenus. Mes sources disent que les autres se sont divisés en groupes plus petits qui continuent de se déplacer vers le nord. La Maison Blanche a déclaré au cours du week-end que le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador – mieux connu sous le nom d’AMLO – avait Convenu Continuer à travailler pour «freiner le flux» d’étrangers illégaux d’Amérique centrale au Mexique. S’ils atteignent la frontière américaine, l’administration Biden a averti que le traitement prioritaire irait à ceux déjà sur la liste d’attente pour l’asile.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x