Exclusif: plus de détails émergent sur les séries de streaming Netflix et le Tour de France

Exclusif: plus de détails émergent sur les séries de streaming Netflix et le Tour de France

Plus de détails sont apparus sur la « série documentaire » Netflix Tour de France avec l’émission proposée qui devrait être diffusée en mai 2023.

Le projet comprend huit équipes de WorldTour : Jumbo-Visma, EF Education-EasyPost, Quick-Step Alpha Vinyl, Groupama-FDJ, Ineos Grenadiers, Ag2r Citroën, Alpecin-Fenix ​​​​et Movistar.

Alors que Movistar, Jumbo-Visma, BikeExchange-Jayco et Quick-Step ont tous expérimenté différents projets individuels ces dernières années, ce projet Netflix, avec ASO, sera la première fois qu’une équipe de tournage dédiée aura un accès complet au-delà des scènes sur la tournée est si grande.

La série a le potentiel d’être un énorme succès grâce à ses 200 millions d’abonnés Netflix, avec un grand potentiel pour ouvrir le Tour de France et le sport à un tout nouveau public. Il existe également un potentiel de promotion important pour les équipes participantes et leurs sponsors.

Lire aussi :

L’équipe nationale des Emirats Arabes Unis, Tadej Poujacar, double vainqueur du Tour de France, s’est exclu du projet lorsqu’il l’a contacté VéloActualitésUn porte-parole de la société a déclaré : « Il est vrai que l’équipe des Émirats arabes unis, comme de nombreuses autres équipes, a été approchée pour participer à l’émission. Cependant, les conditions pour être les champions de la première saison n’ont pas été convenues. Nous aimons l’idée générale, mais nous ne sommes pas obligés de nous précipiter dans quoi que ce soit. La porte est ouverte pour une participation future.

VéloActualités Affichez un document de plusieurs pages décrivant un certain nombre de facteurs importants concernant le projet. Netflix, surnommé « docu-series », devrait couvrir la totalité des coûts proposés de 8 millions d’euros (8,7 millions de dollars) impliqués dans la réalisation de la série, et il y aura huit épisodes de 35 minutes au total.

READ  Le Qatar Charity Rituals Fund est salué par les familles

Chaque épisode fournira des images des coulisses et du contenu exclusif dans le but d’ouvrir le sport à un large public à travers le monde.

Netflix a diffusé une émission de style similaire sur le monde de la Formule 1 intitulée « Drive to Survive » et les documents qu’elle a visionnés VéloActualités Vous jouez directement sur le fait que le cyclisme a une offre incroyable et unique qui bénéficiera de la même manière que la série de Formule 1 l’a montré.

Comme pour « Drive to Survive », la série de docu sera produite par Box to Box Company.

Plusieurs pages du document principal remis à un certain nombre d’équipes potentielles décrivent les principaux objectifs de la série. Le projet espère avant tout « toucher de nouvelles populations peu familiarisées avec le cyclisme professionnel et habituées à consommer le sport autrement ».

D’autres objectifs incluent « fournir un contenu supplémentaire sans précédent pour attirer et fidéliser les fans » et « augmenter les profils publics des meilleurs coureurs et les élever au rang de célébrité ».

Le cyclisme a fait d’importants progrès en termes de mondialisation du sport, et d’énormes progrès ont été réalisés dans certains domaines comme le cyclisme féminin. Bien qu’il n’y ait pas de plans actuels pour diffuser la série documentaire du Tour de France Femmes, les documents vus par VeloNews font quelques points clés qui impressionneront sans aucun doute un certain nombre d’équipes du WorldTour.

Par exemple, le projet Netflix a l’opportunité d’améliorer significativement la visibilité du sponsoring pour les marques et entreprises associées à ce sport. Le document affirmait que 73 millions de nouveaux fans de F1 avaient été amenés via la série « Drive to Survive ». Selon le document, 77 % de ces nouveaux fans avaient entre 16 et 35 ans, dont 50 % étaient des femmes.

gains à long terme

Samedi, Patrick Lefevre, responsable de Quick-Step, a utilisé sa chronique dans les médias belges pour indiquer qu’il avait accepté presque à contrecœur de faire participer son équipe au projet et qu’il aurait besoin d’une importante somme d’argent d’ASO/Netflix pour refais-le.

READ  DFC lance les célébrations de la rentrée

Cependant, pour de nombreuses équipes participantes, la récompense financière initiale sera considérée comme une victoire à court terme. VeloNews s’est entretenu avec des équipes qui estiment que la prise de conscience du parrainage du projet l’emporte de loin sur la petite incitation monétaire offerte par des frais uniques.

Outre les 8 millions d’euros initiaux que Netflix est sur le point d’avaler, la plateforme de streaming a également accepté de payer des frais de licence de 1 million d’euros (1,09 million de dollars). Ce million sera réparti entre plusieurs actionnaires avec ASO et France Télévisions à hauteur de 250 000 € (273 000 $) chacun.

Les huit équipes se partageront ensuite les 500 000 € restants de huit manières, donnant à chaque équipe 62 000 € (67 000 $).

Alors que la « série docu » se concentrera sur les événements évidents de juillet, l’ensemble du projet consistera en 12 semaines de tournage. Chaque équipe ouvrira ses portes à quatre semaines de tournage en préparation du Tour.

Cela comprendra des entretiens individuels, l’accès à des sessions de service d’équipe et des images des coulisses des camps d’entraînement d’équipe. Il y aura une sorte de tir d’essai sur le Tour de France lors du Critérium du Dauphiné en juin avant que la série ne s’intensifie en juillet.

Pendant le Tour de France, chaque équipe aura deux employés Netflix intégrés à tout moment. Cela fournira quatre points principaux de couverture potentielle : les hôtels des équipes, les bus des équipes, les voitures des directeurs sportifs, les séquences filmées et les signaux radio. Il n’y a pas une seule mention de Fillon dans tout le document et le rôle de l’organisation au sein du projet n’est pas clair.

READ  Les stades du Qatar 2022 nominés pour la compétition des stades 2020

Une fois la tournée terminée, Netflix a suggéré quatre autres semaines de tournage avec trois personnes travaillant avec chacune des huit équipes. Il transportera les images sur les parcours de Team Services et mènera des entretiens individuels avec les coureurs et le personnel de l’été.

Emmy Tailler

"Spécialiste du voyage. Érudit typique des médias sociaux. Ami des animaux partout. Ninja zombie indépendant. Passionné de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x