Droit européen des services numériques : européaniser la réglementation des médias sociaux ?

Droit européen des services numériques : européaniser la réglementation des médias sociaux ?

La Commission européenne a proposé un nouveau paquet de la loi sur les services numériques pour lutter contre les contenus en ligne illégaux et créer un « espace numérique plus sûr ». Joseph Downing Il examine comment le nouveau paquet législatif pourrait affecter la façon dont nous communiquons en ligne et si nous devrions nous inquiéter de la possibilité que les fonctionnaires de l’UE aient le pouvoir de fixer des normes concernant le contenu numérique illégal.

grande technologie Il a été blâmé pour de nombreux maux politiques et sociaux contemporains, notamment en alimentant la montée de la politique extrémiste et Diffuser de fausses informations Pendant la pandémie de Covid-19. La réponse de l’UE à ces préoccupations a été de rédiger un nouveau projet Droit des services numériques Un ensemble de lois qui vise à « créer un espace numérique plus sûr où les droits fondamentaux des utilisateurs sont protégés et où des conditions de concurrence équitables pour les entreprises sont créées ».

Toutefois, les mesures incluses dans le nouveau paquet – qui consiste en deux actions différentes, et Droit des services numériques et le Loi sur les marchés numériques – Voir quelques questions importantes. Il n’est pas clair non plus si l’activation et la mise en œuvre de la législation contribueront réellement à résoudre les problèmes qui existent dans les communications numériques.

Modifier le contenu

L’objectif principal de ce paquet est de lutter contre la diffusion de contenus illégaux et de désinformation en ligne. Cela a été un gros problème pendant un certain temps, mais voici deux problèmes principaux.

Premièrement, il y a des implications sur la liberté d’expression associées à l’établissement de normes européennes sur les contenus « illégaux ». On peut dire que le fait que ces critères soient décidés par des fonctionnaires non élus à Bruxelles crée un dangereux précédent. En fait, une législation similaire a récemment été proposée par le gouvernement d’Emmanuel Macron en France soustrait par la Cour suprême du pays au motif qu’elle présenterait un risque important pour la liberté d’expression.

READ  L'AFG College organise l'événement inaugural « Women, by Women »

Deuxièmement, les règles définissent un cadre permettant aux plateformes de travailler avec des professionnelsReporters de confiancePour sélectionner et supprimer du contenu. Cependant, la législation reste ambiguë sur la manière dont les individus gagneront en « confiance » et sur la manière dont ils seront formés ou retenus au fil du temps. Cela reproduit bon nombre des problèmes pour lesquels la gestion de la plate-forme a déjà été critiquée, à savoir qu’elle a tendance à être à la fois Cher et irresponsable.

Le fardeau commercial potentiel pour les entreprises de médias sociaux est énorme, et même Amendes maximales En cas de non-respect de la législation (6 % du bénéfice d’exploitation, même si les amendes réelles sont susceptibles d’être bien inférieures), il peut être considéré comme moins cher s’il est pris en compte comme un coût pour l’entreprise. Ceci pour ne pas mentionner Une modération énorme dans un contenu énorme prend des travailleurs humainsce qui est susceptible de se révéler un problème majeur en termes de formation et de rétention des employés, ainsi que de bien-être des employés.

Compléter les travailleurs humains avec des algorithmes et de l’intelligence artificielle semble être une alternative logique et plus sûre. Cependant, ces algorithmes ont été critiqués dans le passé pour Être trop opaque et manquer de transparenceainsi que pour Contenu préjudiciable manquant En raison des nuances de texte, d’image, de vidéo et d’audio qui composent le paysage des médias sociaux.

nouveau paquet Identifie Que ces processus doivent être transparents. Encore une fois, ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Les algorithmes trient également le contenu en Générer les revenus dont les médias sociaux ont besoin pour survivre Il est donc très sensible d’un point de vue commercial. Les plateformes investissent d’énormes sommes d’argent dans l’infrastructure humaine et machine nécessaire pour créer ces modèles complexes et il est très peu probable qu’elles soient disposées à divulguer ouvertement leurs secrets commerciaux.

READ  La Californie compte 11 économies plus importantes que le New Hampshire, le Luxembourg ou PepsiCo - Orange County Register

Migration de plate-forme et « agilité » pour les fausses nouvelles

Un autre problème important qui peut limiter considérablement l’efficacité de la nouvelle législation est la rapidité impressionnante des utilisateurs eux-mêmes. La réglementation des médias sociaux et la censure des plateformes visant à supprimer les contenus violents ou haineux n’ont rien de nouveau. Cependant, les utilisateurs ont fait preuve d’une grande ingéniosité pour contourner ces tentatives en migrant la plateforme.

Cela a été maintes fois prouvé par Pays islamique (Est et Influences alt-right et théories du complot, entre autres. Ces acteurs ont simplement une censure latérale en passant à d’autres applications comme Telegram. Le fait que de nombreuses théories du complot Prospérer sur les idées de victimisation et de persécution par « l’élite »ainsi qu’une paranoïa générale vis-à-vis des autorités Essayer d’empêcher les gens de découvrir la vérité, signifie qu’une surveillance accrue donne plus d’huile sur le feu. Alors que les plateformes de médias sociaux continuent de proliférer et de se développer, les contenus douteux pourront toujours trouver un foyer.

Il est difficile d’imaginer une situation dans le monde numérique d’aujourd’hui où les médias sociaux peuvent être laissés sans réglementation. Cependant, créer une réglementation efficace est très complexe et problématique. Il est facile de promettre un « espace numérique plus sûr » et de « protéger les droits des utilisateurs », mais il est beaucoup plus difficile de tenir ces promesses ou d’obtenir la conformité des grandes multinationales. Il reste à voir si le nouveau paquet législatif de l’UE peut réellement faire la différence dans ce contexte.

Réglementation européenne des médias sociaux ?

READ  Expliqué en direct : un glossaire de l'économie mondiale en difficulté, y a-t-il une crise du riz ?, VP Surveys

La loi sur les services numériques illustre également un aspect quelque peu troublant de la transition vers l’Europe. Cela est évident dans le cas de la France, où la Cour suprême française a annulé les précédentes tentatives d’Emmanuel Macron de légiférer dans ce domaine. La législation de l’UE, qui est très similaire à la législation française antérieure, a également été payé pour par Macron dans le cadre de son affirmation de la position de la France en Europe.

Ce faisant, Macron a effectivement utilisé les institutions législatives de l’UE pour renforcer et adopter des réglementations qui ont été rejetées par sa Cour suprême. C’est aussi problématique que la France le veut Maintenant, il doit adopter ses propres lois Pour se conformer à la nouvelle législation européenne. Ainsi, la France le paiera sur les plus hautes réglementations qu’elle a rejetées au niveau national.

Outre l’efficacité des tentatives de l’UE de réglementer les communications numériques, la nouvelle législation soulève donc des questions importantes sur le processus de transition vers l’Europe et le déficit démocratique de l’UE. On peut dire que ces questions sont tout aussi importantes que les problèmes que le paquet Digital Services Act vise à résoudre.


Remarque : cet article présente les opinions de l’auteur, et non la position d’EUROPP – European Politics and Politics ou de la London School of Economics. Crédit d’image en vedette : © Union européenne, 2022


Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x