L'Observatoire du Qatar

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici.

Critique de Star Wars: Visions Volume Deux | programme télé

Dans cette nouvelle anthologie de courts métrages se déroulant dans l’univers de Star Wars, un prisonnier se lance dans un voyage audacieux depuis la mine de Kyber ; une jeune fille qui découvre une grotte hantée ; une pilote de chasse stellaire en herbe qui court à contrecœur avec sa mère; et son ancien maître rencontre un ancien apprenti Sith.

diffusion sur : Disney +

Épisodes diffusés : 9 sur 9

Malgré tous les ajouts constants, l’univers de Star Wars peut donner l’impression qu’il devient de plus en plus petit ; À quelques exceptions près, il peut y avoir des rendements décroissants aux mêmes coins de la galaxie. Star Wars : Visions est un régal indispensable: il est complet non seulement avec ses histoires uniques et contiguës, mais aussi comment chaque court métrage autonome donne vie aux bizarreries et aux idiosyncrasies de la production d’un studio d’animation. Après une excellente première saison entièrement consacrée à l’animation, la seconde élargit son champ d’action, attirant des rôles d’animateurs internationaux travaillant sur une variété de médias. Cela semble encore plus urgent, de nombreux studios trouvant des homologues du monde réel pour leur représentation de la vie sous occupation forcée, mélangeant leurs cultures avec la franchise.

Un exemple convaincant est “In The Stars”, une utilisation ingénieuse de l’animation CG conçue pour ressembler au stop motion, du studio chilien PunkRobot, qui raconte l’histoire d’indigènes luttant contre l’appropriation des ressources impériales. Pour The Spy Dancer du Studio La Cachette, la domination impériale ressemble à une prise de contrôle nazie de la France. Le film se déroule dans un théâtre où les interprètes sont secrètement des rebelles, leurs mouvements gracieux et leur personnalité dynamique un déguisement d’angoisse et de colère cachées contre l’Empire.

READ  Lupin Part 2 de Netflix est un programme de streaming TV

Ces extraits brillants redonnent pour la plupart à Star Wars un aspect frais.

Produit par la société irlandaise Cartoon Saloon, “Screecher’s Reach” – un point culminant de la saison – suit un groupe d’enfants qui fuient l’atelier de Dickens, suit des histoires sur un fantôme dans les collines, et l’épisode passe à des lieux étonnamment effrayants. Incroyablement bien fait, il apporte des échos du folklore irlandais ainsi que des motifs visuels de studio, les lignes austères de l’usine contrastant avec un sous-texte environnemental trouvé dans une direction artistique distincte.

Le format d’anthologie permet également des histoires légères: “I’m Your Mother”, d’Aardman de Bristol, est à faible enjeu, fantaisiste et doux comme on pouvait s’y attendre, et plein d’anarchie intelligente et brevetée en studio. Autre long métrage, le studio sud-africain Triggerfish, Aau’s Song, est un conte coloré pour enfants avec de subtils clins d’œil à la robe plissée de Ndebele avec la texture feutrée de ses personnages. C’est gratifiant de voir de nouvelles réflexions culturelles sur cet univers, non seulement dans les codes anticoloniaux, mais aussi dans le fonctionnement de certaines bandes sonores sur des instruments traditionnels des pays d’origine des studios.

Même les maillons les plus faibles ont quelque chose à offrir : le design étonnamment coloré du studio “Sith” d’El Guiri élève une histoire assez standard. S’il y a un problème fédérateur, ce sont les notes mineures sur la répétition, que l’on retrouve également dans le tome 1. Chaque court-métrage est distinct, mais il y a des moments de chevauchement narratif : les films successifs soulèvent des questions sur l’extraction des cristaux de kyber, et il n’y en a pas un mais trois cas de jeunes filles séparées de leur famille pour devenir apprenties. De tels moments peuvent être créés Visions C’est moins nourrissant, mais c’est bref. Cette anthologie pour la plupart pétillante redonne à Star Wars une touche de fraîcheur, réinterprétant son mélange unique de fantasy et d’opéra spatial.

READ  Les parcs à thème de Doha Festival City rouvriront demain

Bien que Star Wars: Visions puisse parfois sembler répétitif, ces frustrations sont légères face aux idiosyncrasies glorieuses de … eh bien, le travail visuel des différents animateurs ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *