Certains craignent pour l’économie d’Ottaway à la suite du projet de loi 96

Certains craignent pour l’économie d’Ottaway à la suite du projet de loi 96

Certaines entreprises et communautés d’Ottawa se disent prêtes à se conformer aux modifications controversées de la loi 96 sur la langue française, mais préviennent que cela pourrait avoir un prix.

Le projet de loi 96 propose d’abolir tout statut bilingue pour une municipalité québécoise dont moins de 50 % des citoyens ont l’anglais comme langue maternelle.

Les juridictions qui n’ont pas ce statut doivent fournir des services uniquement en français, à quelques exceptions près.

Le projet de loi inquiète certains chefs d’entreprise du Québec quant aux effets potentiels sur l’économie de la province. Des dizaines de personnes ont signé une lettre ouverte publiée en ligne vendredi, appelant le gouvernement à suspendre la loi.

« C’est bien de protéger la langue française… Je soutiens tout », a déclaré Nicolas Roy, homme d’affaires et PDG de la société de gestion des ressources humaines Epsy.

Alors qu’il soutient sans réserve les principes et les fondements de la loi, Roy a tout de même signé la lettre.

« Je pense que nous devrions mieux examiner l’impact qu’une telle loi pourrait avoir sur les petites et moyennes entreprises », a-t-il déclaré.

charge « trop ​​lourde »

Roy a déclaré que les exigences linguistiques strictes du projet de loi font du Québec un endroit moins attrayant pour travailler que les autres provinces. Il s’agit également d’un obstacle au recrutement de personnes de l’extérieur du Canada, a-t-il ajouté, car elles devront réussir à apprendre le français dans les six mois suivant l’immigration.

À une époque où les entreprises québécoises ont déjà du mal à attirer des travailleurs qualifiés et envisagent une récession potentielle, Roy a déclaré que ce genre d’obstacles pourrait avoir des effets dévastateurs.

READ  La boulangerie française Delifrance ouvre demain à Dacca

« C’est un fardeau [that’s] dit Roy.

Dans la communauté de l’ouest du Québec de Mansfield y Pontefract, le projet de loi pourrait affecter les nombreux touristes anglophones et villégiateurs qui arrivent chaque printemps et été, a déclaré la mairesse Sandra Armstrong.

Armstrong a déclaré que la petite municipalité, à 120 kilomètres au nord-ouest d’Ottawa, est « vraiment une communauté francophone » et fonctionne presque entièrement en français. Il en va de même pour ses voisins, Fort Cologne et Ile-de-Grand Calumet, a-t-elle ajouté.

Armstrong a déclaré que la fourniture de services aux touristes anglophones est essentielle à l’économie locale.

« Pour l’instant, nous continuerons à les servir en français ou en anglais pour les aider. Ensuite, nous verrons ce que le gouvernement demande vraiment à chaque municipalité à ce sujet », a déclaré Armstrong.

« Il ne faut pas se cacher que nous devons respecter cette loi. »

L’avocat Gabriel Polikin dit qu’il s’attend à contester plusieurs éléments du projet de loi 96. (CBC/Radio Canada)

Le ministre promet de soutenir les entreprises

Le ministre québécois de l’Immigration et du Travail, Jean Paulet, était à Ottawa vendredi et, interrogé sur l’impact du projet de loi 96 sur les petites et moyennes entreprises locales, il a déclaré qu’elles seraient soutenues pendant la mise en œuvre de la loi.

Boulet a déclaré que le gouvernement soutiendrait le passage aux lieux de travail français uniquement par l’intermédiaire du Québec français, qui fournira des services d’apprentissage de la langue française.

La franchise québécoise devrait entrer en vigueur le 1er juin 2023.

Cependant, Gabriel Poliken, avocat au cabinet d’avocats d’Ottawa Ulthuis van Ert, a déclaré que le projet de loi 96 pourrait «aller trop loin au sens constitutionnel».

Poliquin a déclaré que le projet de loi est un amendement important à la Charte de la langue française au Québec, et certains aspects de la charte ont déjà été contestés devant les tribunaux.

Poliquin a dit qu’il s’attend à ce que le projet de loi 96 soit également contesté, peut-être en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés ou de la Loi constitutionnelle.

« Même si certaines dispositions de la loi survivent à ces contestations judiciaires, cela ne signifie pas nécessairement qu’elles sont de bonnes idées ou des idées pratiques du point de vue de la politique publique », a déclaré Poliken.

Les modifications des lois relatives aux lois du projet de loi 96 entreront en vigueur progressivement d’ici 2025.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x