Bagdad : Plus de 100 blessés dans des affrontements, des manifestants prennent d’assaut le parlement irakien

Des foules de manifestants en colère fidèles aux puissants Clerc Muqtada al-Sadr Ils ont pris d’assaut la zone de sécurité où se trouvent les bâtiments du gouvernement, bien que les forces de sécurité aient utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour les disperser.

Et l’agence de presse irakienne (INA) a rapporté que les manifestants ont ensuite pris d’assaut le bâtiment du parlement. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux semblaient montrer des personnes agitant le drapeau irakien alors qu’elles passaient devant la sécurité à travers les portes du Parlement.

Au moins 125 personnes ont été infectées, dont 100 civils et 25 militaires, selon le ministère de la Santé du pays.

La Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI) a qualifié la récente escalade des tensions d' »extrêmement inquiétante ».

La Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) a déclaré dans un tweet sur Twitter : « Les voix de la raison et de la sagesse sont essentielles pour prévenir de nouvelles violences. Tous les acteurs sont encouragés à désamorcer au profit de tous les Irakiens ».

Le Premier ministre sortant Mustafa al-Kadhimi a exhorté les manifestants à être « calmes, patients et rationnels » dans un discours télévisé samedi.

« Nous devons tous coopérer pour arrêter ceux qui accélèrent ce problème, et tout le monde devrait très bien savoir que le feu de la sédition brûlera tout le monde », a déclaré Al-Kazemi.

Le Premier ministre a expliqué que la solution est possible grâce à un dialogue constructif en disant : « Le dilemme est politique et sa solution est politique, et la solution est possible grâce à un dialogue sincère et constructif et à des concessions au profit de l’Irak et des Irakiens ».

READ  Le Pendjab est terminé, Rahul Gandhi et Priyanka rencontrent Sachin Pilot pour régler les affaires du Rajasthan: The Tribune India

Les manifestations ont commencé après que Muhammad Shia al-Sudani a été officiellement nommé à la tête du pays lundi par l’Organe de coordination, la plus grande alliance chiite au parlement irakien.

Les manifestants vus ici le 30 juillet ont franchi la zone verte fortement fortifiée de Bagdad pour la deuxième fois cette semaine.

Sa nomination fait suite à la démission massive du bloc parlementaire de Sadr, un groupe de plus de 70 législateurs qui s’est retiré du conseil au pouvoir le mois dernier dans une apparente démonstration de force après des mois d’impasse politique.

L’Irak peine à former un nouveau gouvernement Depuis les élections législatives d’octobre; Les propres tentatives d’Al-Sadr de former un gouvernement ont échoué dans le passé face à l’opposition de blocs rivaux.

Il a ajouté : « Si la masse thoracique demeure, [in parliament] « Un obstacle à la formation d’un gouvernement, tous les députés du bloc sont honorablement prêts à démissionner du parlement », a déclaré Sadr dans un discours télévisé en juin.

L’ecclésiastique, qui se positionne contre l’Iran et les Etats-Unis, est très populaire. Le succès de son bloc lors du vote d’octobre menaçait de marginaliser les blocs chiites alignés sur l’Iran qui avaient longtemps dominé la politique du pays riche en pétrole.

Des manifestants irakiens prennent d'assaut le Parlement, dénonçant la nomination d'un nouveau Premier ministre

Al-Sadr a déclaré mercredi aux manifestants dans le bâtiment du parlement que leur « message » avait été reçu et qu’ils devaient rentrer chez eux.

« Une révolution de réforme et de rejet de l’injustice et de la corruption. Votre message est arrivé. Vous avez terrifié les corrompus. Priez et rentrez chez vous en toute sécurité », a-t-il écrit sur Twitter.

Le gouvernement du Premier ministre sortant Al-Kazemi a également publié une déclaration appelant les manifestants sadristes à « se retirer immédiatement de la zone verte », à préserver la propriété publique et privée et à se conformer aux instructions des forces de sécurité.

READ  Le débat du Premier ministre britannique s'interrompt après l'évanouissement du présentateur - Date limite

Al-Kazemi a ajouté que « les forces de sécurité s’engageront à protéger les institutions de l’État et les missions internationales et à prévenir toute perturbation de la sécurité et de l’ordre ».

Aqeel Najm a rapporté de Bagdad, Hamdi Al-Khashali a rapporté d’Atlanta et Iyad Kurdi a rapporté de Gaziantep. Obaidah Nafaa de Dubaï et Alex Stampo de Hong Kong ont contribué au reportage. Écrit par Ivana Kutsova à Londres.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x