Al-Sadr appelle à la dissolution de la Chambre des représentants et à la tenue d’élections anticipées | Nouvelles de protestation

Muqtada al-Sadr en Irak ordonne à ses partisans de poursuivre le sit-in à l’intérieur du parlement national et appelle à de nouvelles élections.

L’érudit islamiste populiste irakien Muqtada al-Sadr a exhorté ses partisans à poursuivre leur sit-in au sein du parlement national à Bagdad jusqu’à ce que ses demandes soient satisfaites, notamment la dissolution du parlement et la tenue d’élections anticipées.

Les remarques, prononcées par le dirigeant chiite dans une allocution télévisée depuis Nadjaf mercredi, pourraient prolonger l’impasse politique qui a maintenu l’Irak sans gouvernement élu pendant près de 10 mois.

Des milliers de partisans de Sadr ont pris d’assaut la zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des bâtiments gouvernementaux et des missions étrangères, le week-end dernier et ont pris le contrôle du bâtiment vide du parlement et organisé un sit-in continu.

Les partisans de Sadr ont installé un camp avec des tentes et des stands de nourriture autour du parlement.

Les partisans du leader populiste irakien Muqtada al-Sadr se rassemblent lors d’un sit-in au parlement au milieu d’une crise politique à Bagdad, en Irak [Khalid Al-Mousily/Reuters]

Ces mesures sont venues en réponse aux tentatives de ses opposants chiites, dont beaucoup sont proches de l’Iran – en particulier le cadre de coordination soutenu par l’Iran – de former un gouvernement avec des candidats au poste de Premier ministre qu’al-Sadr n’approuve pas.

Sadr a remporté le plus de sièges au parlement lors des élections d’octobre, mais n’a pas réussi à former un gouvernement qui exclut ses rivaux soutenus par l’Iran.

Il a retiré ses députés du Parlement et a plutôt exercé des pressions par le biais de manifestations et de sit-in parlementaires, bénéficiant de sa base populaire de millions de chiites irakiens de la classe ouvrière.

READ  Un professeur de droit en Espagne partage le système de triche de l'étudiant avec un stylo : "Qu'est-ce que c'est !"

Al-Sadr a réitéré lors de son discours qu’il était prêt à « martyriser » pour sa cause.

« Dissolvez le Parlement et organisez des élections anticipées », a déclaré Sadr.

Tu ne veux pas parler

Al-Sadr, qui dirigeait une milice anti-américaine et compte des millions de fidèles, a indiqué dans son discours qu’il n’avait « aucun intérêt » à négocier avec ses adversaires.

« Ne croyez pas les rumeurs selon lesquelles je ne veux pas de dialogue », a déclaré Al-Sadr.

« Mais nous avons déjà essayé et expérimenté le dialogue avec eux », a-t-il ajouté. « Il n’a rien apporté à nous ou à la nation – seulement la ruine et la corruption. »

Al-Sadr semblait désireux de montrer qu’il « ne cherchait pas à tirer un profit personnel de cette opération », a déclaré Dorsa Jabari d’Al-Jazeera à Bagdad.

« Il était catégorique sur le fait que la corruption est bien sûr présente à tous les différents niveaux de gouvernement, et il a dit qu’une façon de s’en débarrasser est d’organiser un autre tour d’élections pour faire venir un grand nombre de personnes », a-t-elle déclaré.

L’impasse entre Sadr et ses opposants a laissé l’Irak sans gouvernement pendant une période record dans l’ère post-Saddam Hussein.

Le Premier ministre sortant, Mustafa Al-Kadhimi, avait appelé à un « dialogue national » dans le but de rassembler toutes les parties pour dialoguer, et s’est entretenu mercredi avec le président Barham Salih.

Les deux hommes ont souligné l’importance d' »assurer la sécurité et la stabilité » dans le pays, selon l’agence de presse officielle irakienne.

Mais Jabbari a déclaré qu’il était désormais clair que Sadr et ses représentants ne participeraient à « aucune forme de dialogue national à ce stade ».

READ  La conférence de Bagdad est un tournant régional

Plus tôt mercredi, la mission des Nations Unies en Irak a appelé les dirigeants à donner la priorité à leur pays et à mettre fin à la longue lutte pour le pouvoir.

La mission des Nations Unies a averti que « le dialogue significatif entre toutes les parties irakiennes est maintenant plus urgent que jamais, car les événements récents ont montré le danger d’une escalade rapide dans ce climat politique tendu ».

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x