Une femme a forcé la bonne à prendre une douche devant elle

Rosediana Abdel Rahim. (Photo : Yahoo News Singapour / Wan Ting Koh)

SINGAPOUR – Une femme qui a forcé sa femme de chambre à se déshabiller et à prendre une douche devant elle mardi 17 août a été condamnée à 15 mois et deux semaines de prison.

Rezdiana Abdul Rahim, 33 ans, a également été condamnée à verser à la victime 2 500 dollars d’indemnisation, faute de quoi elle devrait passer 11 jours supplémentaires derrière les barreaux.

L’agresseur a été condamné le mois dernier à l’issue d’un procès pour six chefs d’accusation de mauvais traitements infligés à une employée de maison étrangère.

Les charges retenues contre lui insultent la pudeur de la femme de chambre de 21 ans ; recours à la force criminelle en la poussant dans la salle de bain; Il lui a fait du mal aux yeux en mettant de la poudre sur son visage ; menacer de nuire à la famille de la bonne; pincer et donner des coups de pied aux parties génitales de la victime ; et de ne pas lui donner suffisamment de repos entre le 29 septembre et le 12 décembre 2017.

Rosediana est en liberté sous caution de 10 000 $, dans l’attente d’un appel contre la condamnation et la peine.

à propos de l’affaire

La victime travaillait chez Rosediana du 29 septembre au 12 décembre 2017, après quoi elle a été renvoyée au bureau de la bonne. Pendant cette période, elle n’a eu aucun jour de vacances. Outre les tâches ménagères, elle s’est également occupée des enfants de Rosdiana, qui sont des jumeaux de neuf ans.

READ  L'envoyé de l'UA dit que l'Afrique du Sud n'enverra plus de vaccins J&J en Europe

Elle devait se rendre presque quotidiennement chez la mère de Rosediana pour s’occuper des enfants pendant que Rosediana et son mari étaient au travail.

La victime dormait à des heures irrégulières et tardives, parfois après 1 heure du matin. Elle se réveillait entre cinq et six heures du matin.

Malgré le manque de repos, on m’a empêché de faire des siestes pendant la journée. Elle a d’abord dormi sur un lit d’appoint, mais a ensuite dû dormir sur le tapis de la chambre des enfants.

Plus tard, Rosediana a fait dormir la victime sur le sol à l’extérieur des toilettes communes. Mais la victime a préféré dormir sous le placard du salon. On ne lui a donné ni couverture ni oreiller.

Rosediana a jeté le batik qu’elle se couvrait et a dit qu’il sentait mauvais. Rosediana s’est également débarrassée des vêtements de la bonne et d’une serviette, apparemment pour la même raison. Elle a ensuite acheté de nouveaux vêtements à la bonne mais a déduit le coût du salaire de la victime, qu’elle n’a pas donné à la victime.

Une semaine après le début de son travail, la victime a déclaré à Rosediana qu’elle ne souhaitait pas continuer car elle estimait que cette dernière était féroce. Rosediana a alors demandé le numéro de téléphone des parents de la victime, et a exigé une compensation monétaire parce qu’elle n’a pas eu la bonne “gratuitement”.

Après l’appel téléphonique, le père de la victime a supplié la bonne de continuer son travail car il n’avait pas assez pour l’indemniser. Et donc la victime a continué à travailler pour l’agresseur.

READ  Pour punir l'Arabie saoudite en "interdisant Khashoggi", Biden a annulé un plan mis en place sous Trump

En novembre 2017, Rosediana a dit à sa victime qu’elle sentait mauvais et a insisté pour que la femme de ménage lui montre comment il pleuvait et s’est séchée sans serviette, que l’agresseur avait jetée.

Rosediana a ensuite traîné la bonne jusqu’aux toilettes et l’a aspergée d’eau alors qu’elle était encore entièrement habillée. Ensuite, l’agresseur a mis du shampoing sur la tête de la victime et a exigé qu’elle se déshabille. La bonne s’exécuta.

Une fois, le mari de Rosediana est entré dans la pièce et la bonne a essayé de se couvrir. Mais Rosediana a déclaré à la victime que son mari “ne serait pas intéressé”. Effrayée, la bonne pleura et resta silencieuse.

Puis Rosediana a insisté pour que la victime se sèche dans la pièce, où se trouvait son mari, sans serviette.

Lors d’un autre incident, la famille de Rosediana et la victime se préparaient à rester dans un hôtel pendant trois jours lorsque l’agresseur a qualifié la victime de “laide”. Rosediana a ensuite versé de la poudre pour bébé sur le visage de la bonne et l’a empêchée de retirer la poudre. Elle a également menacé de nuire à la famille de la bonne.

A l’hôtel, le reste de la famille partage un lit tandis que la victime dort sur le sol de la chambre froide. Rosediana a même interdit à la bonne d’utiliser la serviette de bain pour se couvrir.

Après un autre acte d’abus, le mari de Rosediana a transféré la victime à l’agence de femme de chambre et l’a déposée le 12 décembre 2017.

La bonne n’avait aucune idée qu’elle le rendrait, et elle n’avait aucun objet avec elle. À l’agence, elle a dénoncé les actes d’abus et a été amenée au poste de police pour déposer un rapport.

READ  As aftershocks hit Croatia, recovery from earthquakes is slow and dangerous

Restez informé lors de vos déplacements : rejoignez la chaîne Telegram de Yahoo Singapore sur http://t.me/YahooSingapour

Histoires liées :

Une femme reconnue coupable d’avoir forcé une femme de ménage à se doucher sous ses yeux, autres accusations

Une femme est jugée pour avoir forcé la femme de ménage à se doucher devant elle, lui arrachant sa chemise devant son mari

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x