Un rapport de l’OBG indique que le Qatar entrave les problèmes économiques de Covid-19

Un rapport de l’OBG indique que le Qatar entrave les problèmes économiques de Covid-19

Malgré l’impact de Covid-19 sur les économies mondiales, le Qatar a réussi à résister aux défis économiques “les plus graves” associés à la pandémie, selon l’Oxford Business Group (OBG) dans son dernier rapport.

Le nouveau rapport Covid-19 a déclaré: «Grâce aux forces macroéconomiques préexistantes, le Qatar a connu la plus faible contraction du PIB du CCG en 2020, soutenu par des mesures fiscales et monétaires soutenant les secteurs faibles et des efforts pour maintenir des chaînes d’approvisionnement solides en matières premières.» . Rapport de réponse produit par OBG en partenariat avec la chaîne de supermarchés LuLu Hypermarket.
Le rapport, intitulé « Sécurité alimentaire au Qatar », a déclaré que l’économie qatarie est en mesure de connaître une forte reprise en 2021 alors que les restrictions de voyage sont lentement assouplies et que la demande refoulée est libérée dans l’économie nationale et mondiale.
Ceci, à son tour, stimulerait les ventes de biens de consommation, y compris les denrées alimentaires de haute qualité produites localement. Le rapport indique que la reprise serait facilitée par un programme national de vaccination efficace et efficace qui permettrait un retour progressif à la normale avant la pandémie.
L’OBG a également signalé que les pays du CCG ont déployé des efforts concertés pour prévenir les pénuries alimentaires liées à la pandémie.
La perturbation des flux commerciaux mondiaux causée par la pandémie a posé des défis majeurs à la sécurité alimentaire de la région du Golfe, qui se caractérise par une pénurie d’eau et un manque de terres arables.
“Cela souligne la nécessité pour les pays du CCG d’accélérer les programmes et priorités actuels de sécurité alimentaire, ainsi que de développer de nouvelles solutions aux défis les plus urgents”, indique le rapport.
Il a en outre déclaré que bien qu’il existe des zones de concurrence dans certains secteurs clés dans les pays du CCG, l’agriculture et la sécurité alimentaire sont un domaine particulier où la région peut bénéficier d’une coordination et d’une intégration renforcées pour relever les défis communs et améliorer la résilience de la région en réduisant la dépendance à l’égard des importations alimentaires.
Selon l’OBG, les efforts régionaux pour atteindre la sécurité alimentaire comprennent la localisation de la production, le projet de loi sur les réserves alimentaires, la création d’un réseau de sécurité alimentaire, les investissements dans les réserves alimentaires stratégiques et la sécurité de la chaîne d’approvisionnement.
Une plus grande concentration régionale sur l’autosuffisance a également émergé de la crise du COVID-19, alors que les pays du CCG fixent des objectifs de sécurité alimentaire et que la production agricole locale remplace de plus en plus les importations régionales ; Une loi à l’échelle du CCG sur les réserves alimentaires stratégiques a été proposée, basée sur des partenariats efficaces avec le secteur privé, la collecte de données et le contrôle continu du mouvement des marchandises entre les pays.
Le rapport indiquait que « la mise en place d’un réseau intégré de sécurité alimentaire pour les pays du Conseil de coopération du Golfe proposé par le Koweït incluait l’idée d’établir des autoroutes dans les centres douaniers des pays du Conseil de coopération du Golfe pour assurer la rapidité du dédouanement et de la livraison des denrées alimentaires. et des fournitures médicales.”
Il a également déclaré : « D’énormes investissements dans les infrastructures sont nécessaires pour conserver d’énormes stocks de céréales, d’aliments de base, de fruits, de légumes, de viande, de produits laitiers et de poisson jusqu’à un an, ainsi que des réservoirs adéquats d’eau douce.
« Les investissements étrangers dans l’agriculture ont été réalisés par le biais de partenariats et d’accords visant à sécuriser les terres agricoles dans les pays producteurs et l’accès à des ressources telles que les terres arables et l’eau pour cultiver des aliments. »
Le Qatar s’est classé 37e dans le classement des pays du Conseil de coopération du Golfe dans l’indice mondial de sécurité alimentaire pour 2020, après Oman qui se classait 34e et le Koweït 33e. L’Arabie saoudite se classait 38e sur la liste, tandis que les Émirats arabes unis et Bahreïn se classaient 42e et 49e respectivement.
Le Qatar avait déjà augmenté sa production alimentaire à l’approche de la pandémie et s’était classé premier au Moyen-Orient dans l’indice de sécurité alimentaire mondiale 2019, bien que cette position ait légèrement fléchi en 2020.
“Le classement général du pays a baissé en raison d’un degré inférieur de ressources naturelles et de résilience ; cependant, cela ne prend pas en compte les solutions innovantes en cours de développement pour surmonter les contraintes naturelles”, indique le rapport.

READ  Le général américain a déclaré que la plupart des évacués d'Afghanistan vers le Qatar se trouvaient désormais en Europe et aux États-Unis

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x