Un ministre qatari déclare que les États du Golfe et l’Iran devraient s’entendre sur une formule de dialogue

DUBAI (Reuters) – Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, a déclaré jeudi que les États arabes du Golfe et l’Iran devaient s’entendre sur une formule pour répondre aux préoccupations et apaiser les tensions régionales.

Le cheikh Mohammed a également salué les mesures prises par la Turquie, alliée de Doha, pour réformer les relations avec l’Arabie saoudite et l’Égypte, et a exhorté les deux pays arabes à continuer de communiquer avec Ankara.

“La région a besoin de ressentir une certaine stabilité et elle a besoin de tous les acteurs de la région pour coopérer et avoir un dialogue pour calmer toutes ces tensions”, a-t-il déclaré à Reuters.

Il a déclaré: “Le Conseil de coopération du Golfe doit s’asseoir avec l’Iran et convenir d’une formule régionale entre nous pour répondre aux préoccupations du Conseil de coopération du Golfe et à toutes les préoccupations de l’Iran également.”

L’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite étaient enfermés dans une rivalité qui a éclaté lors de guerres par procuration dans toute la région.

Des responsables saoudiens et iraniens ont eu des pourparlers le mois dernier en Irak dans le but d’apaiser les tensions alors que les États-Unis et Téhéran tentent de relancer l’accord nucléaire de 2015 dont Washington s’est retiré en 2018 sous le président de l’époque, Donald Trump, qui a réimposé les sanctions contre l’Iran.

Téhéran a répondu en violant plusieurs restrictions nucléaires.

L’Arabie saoudite s’est opposée à l’accord nucléaire entre les puissances mondiales et l’Iran pour ne pas avoir abordé le programme de missiles de Téhéran et son comportement régional.

READ  Novak Djokovic a remporté une victoire facile au premier tour de l'Open d'Australie: Sportsnaut

Le Qatar entretient de bonnes relations avec l’Iran et la Turquie, parmi les facteurs qui ont poussé Riyad et ses alliés arabes à rompre tous leurs liens avec Doha en 2017.

En janvier, l’Arabie saoudite a annoncé un accord entre les quatre pays, qui comprend également l’Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis, pour mettre fin au différend avec le Qatar.

Le ministre turc des Affaires étrangères devrait se rendre en Arabie saoudite pour des entretiens la semaine prochaine. Cette visite fait suite aux pourparlers de la Turquie cette semaine avec l’Égypte, qui visent également à normaliser les relations.

“Je suis sûr que tous ces acteurs se rencontreront, et cela aura un grand impact sur la stabilité régionale”, a déclaré le ministre qatari.

(Couverture de Ghaida Ghantous à Dubaï, édité par Matthew Lewis)

Antoinette Lefurgey

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x