Un groupe missionnaire catholique remercie la France et les États-Unis pour le retour en toute sécurité des otages haïtiens

Publié en:

Un groupe missionnaire a annoncé vendredi que les religieux catholiques restants qui avaient été enlevés en Haïti au début du mois d’avril avaient été libérés, y compris un prêtre et une religieuse français.

La libération du clergé a été annoncée par l’Association des prêtres de Saint Jacques, qui a déclaré que les victimes n’étaient pas blessées mais n’a fourni aucune information sur le fait qu’une rançon avait été payée pour garantir leur liberté.

Dans sa note, l’association religieuse a remercié les ambassadeurs de France et des Etats-Unis pour «leur contribution diplomatique sobre et efficace».

Au total, 10 personnes ont été enlevées à Croix-de-Bouquet, une ville au nord-est de la capitale Port-au-Prince, le 11 avril, dont sept religieux – dont trois avaient déjà été libérés le 23 avril.

Le clergé était un groupe de quatre prêtres et une religieuse d’Haïti, ainsi qu’un prêtre et une religieuse de France. Les trois non-religieux étaient membres de la famille d’un prêtre haïtien qui ne faisait pas partie des kidnappés.

“Nos cœurs sont remplis de joie parce que nous avons retrouvé nos collègues, sœurs et membres de la famille du Père Jean-Anil Joseph en bonne santé”, a déclaré l’association missionnaire dans un communiqué.

Le ministère des Affaires étrangères à Paris s’est félicité de la nouvelle. «Nous remercions tous les acteurs qui ont contribué à cet heureux aboutissement, en particulier l’Église catholique haïtienne, de l’avoir mobilisée», a déclaré un porte-parole du ministère lors d’un point de presse.

L’archevêque de Port-au-Prince a salué la libération du clergé, mais a indiqué que la nation était confrontée à des problèmes croissants.

READ  L'émir du Qatar accueille le vice-président vénézuélien en visite officielle

“Notre conviction sera plus grande quand nous verrons que nous vivons dans un pays où il n’y a pas d’enlèvements”, a déclaré Max Leroy Messidor. “Notre conviction sera plus grande lorsque nous vivons dans un pays où chacun peut aller où bon lui semble et quand il le souhaite. vouloir.”

Manifestations et remaniement gouvernemental

La majorité catholique Haïti, le pays le plus pauvre des Amériques, a été en proie à l’insécurité et aux catastrophes naturelles.

Les enlèvements contre rançons se sont intensifiés ces derniers mois à Port-au-Prince et dans d’autres provinces, reflétant l’influence croissante des gangs armés dans ce pays des Caraïbes.

À la suite des enlèvements commis par le clergé, l’Église catholique a ouvertement critiqué «l’inaction» du gouvernement, indiquant clairement qu’elle prévoit de jouer un rôle plus direct dans la résolution des énormes défis auxquels l’île est confrontée.

C’est la paille qui a brisé le dos du chameau pour de nombreux Haïtiens de plus en plus mécontents, qui sont descendus dans la rue pour protester, forçant Juvenil Moise, le président largement critiqué du pays, à annoncer un remaniement ministériel.

Moise était au pouvoir par décret après avoir reporté les élections législatives prévues pour 2018 et après des différends sur la date d’expiration de son mandat.

Les États-Unis ont renouvelé jeudi leur soutien à Haïti pour la tenue d’élections tardives, mais ont déclaré qu’ils ne soutenaient pas un référendum constitutionnel après que les législateurs américains aient averti que voter cette année ne ferait que provoquer plus de troubles.

(Avec AFP)

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x