Un ancien employé de Qatar 2022 fait face à une nouvelle action en justice pour remboursement de prêt | Coupe du monde 2022

Un ancien employé du comité d’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar, emprisonné pour des accusations de corruption contestées, fait face à de nouvelles poursuites judiciaires après que ses anciens patrons ont retenu son indemnité de départ, ce qui signifie qu’il ne remboursera pas son prêt, selon sa famille.

Abdullah Ibhais, un ancien responsable des médias, a été condamné l’année dernière à une peine de trois ans pour détournement de fonds publics – une accusation qui, selon lui, a été concoctée pour le punir d’avoir critiqué la gestion d’une grève des travailleurs migrants.

Ibhais fait maintenant face à la perspective d’un nouveau procès, et peut-être d’une nouvelle peine de prison, concernant un prêt bancaire qu’il ne peut plus rembourser parce que l’argent qui lui était dû à la fin de son emploi n’a pas été payé. Ibhais et sa famille affirment que retenir des fonds revient à exercer une pression financière, car il continue de prétendre que son emprisonnement découle de ses opinions sur le traitement des travailleurs migrants.

L’affaire a attiré l’attention de la communauté internationale depuis qu’Ibhais, un ressortissant jordanien, a été reconnu coupable de corruption en août dernier. Il a également mis en lumière les conditions auxquelles sont confrontés les travailleurs qui ont construit les stades de la Coupe du monde au Qatar au cours des six dernières années. Ibhais a perdu un appel contre sa condamnation en décembre et continue de clamer son innocence.

Un juge qatari a affirmé qu’Ibhais avait reçu un pot-de-vin lors d’un appel d’offres pour un contrat de médias sociaux. Cependant, aucune preuve n’a été soumise au tribunal qui l’a reconnu coupable. La preuve à l’appui de sa condamnation était un aveu fait par Ibhais, qu’il a depuis rétracté.

Les responsables qatariens nient tout élément politique au verdict et affirment qu’une procédure régulière a été suivie lors du procès et qu’il existe davantage de preuves qui ont été déposées devant le tribunal.

Des documents obtenus par le journal néerlandais NRC montrent que l’organe directeur de la Coupe du monde 2022, le Comité suprême pour la livraison et l’héritage, a écrit à Ibhais lorsqu’il a été licencié en juin 2020, affirmant que ses indemnités de licenciement seraient versées. Sa famille a déclaré au journal que cela ne s’était pas encore produit.

« Ils l’ont puni parce qu’il ne voulait pas dissimuler la misère des travailleurs migrants », a déclaré son frère, Ziyad Ibhais. Dix mois plus tôt, Ibhais avait été invité à ajouter son poids à l’affirmation selon laquelle une grève de 5 000 travailleurs migrants pour des salaires impayés n’était pas liée aux préparatifs de la Coupe du monde. Cependant, il a hésité et a refusé la pression croissante tout au long de la journée pour faire une déclaration mettant de la distance entre les organisateurs et la grève.

Il a été arrêté trois mois plus tard et conduit au siège d’une enquête criminelle. Malgré les tentatives de refonte des conditions de sécurité et de travail de la main-d’œuvre qui a préparé les stades du Qatar, les êtres humains disent qu’un certain nombre de changements commerciaux n’ont pas encore conduit à des améliorations tangibles.

Environ 90% de la population du Qatar de 2,6 millions d’habitants est composée d’étrangers, dont beaucoup d’ouvriers qui ont réussi pendant plus de cinq ans, souvent sous une chaleur torride, à terminer les stades et les infrastructures de soutien à temps pour la Coupe du monde qui commence le 21 Novembre.

READ  Qatar et Indonésie : liens culturels et objectifs géopolitiques

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x