Trudeau nomme une femme autochtone à la Cour suprême du Canada | Canada

Justin Trudeau a nommé une femme autochtone à la Cour suprême du Canada, lors d’une nomination historique après des décennies de critiques sur le manque de représentation autochtone au plus haut tribunal du pays.

Vendredi, le Premier ministre a annoncé que Michel Obonswain avait été sélectionné pour occuper un poste vacant à la Cour.

Membre de la congrégation abénakise de la Première Nation d’Odanak, Obonswain est juge à la Cour suprême de justice de l’Ontario à Ottawa depuis 2017. Elle a également enseigné le droit à l’Université d’Ottawa et a auparavant travaillé pour les services juridiques de la GRC. et Canada Courrier.

Franco-Ontario a été embauché après le prochain départ à la retraite du juge Michael Moldavier.

« Je suis convaincu que la juge Obonsauen apportera des connaissances et des contributions inestimables au plus haut tribunal de notre pays », a déclaré Trudeau dans un communiqué, ajoutant qu’elle avait été sélectionnée dans le cadre d’un processus « ouvert et non partisan ».

Contrairement aux audiences sur la terre brûlée aux États-Unis, où les opinions d’un juge sont fortement contrôlées et où les sénateurs utilisent souvent le processus pour lancer leurs ambitions politiques, le processus canadien est moins controversé.

Le Comité parlementaire de la justice se réunira la semaine prochaine pour entendre le ministre de la Justice et le président du Comité consultatif indépendant sur les nominations à la magistrature de la Cour suprême du Canada. Obonswein répondra ensuite aux questions du Comité et du Sénat.

Dans lequel Enquête sur les candidaturesObonswain a décrit comment son identité autochtone au Canada a façonné sa vie professionnelle et juridique, y compris avoir été victime de discrimination et ridiculisée en tant que jeune fille autochtone qui a grandi à l’extérieur de la réserve.

« Je crois que mon expérience en tant que femme, parent, avocate, chercheuse et juge francophone des Premières Nations me donne une compréhension et un aperçu vivants de la diversité du Canada parce que moi et mon expérience de vie faisons partie de cette diversité », a-t-il déclaré.

Il a également souligné l’importance de déstigmatiser les problèmes de santé mentale et la nécessité d’un système juridique « inclusif » et « miséricordieux » pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Vendredi, le ministre de la Justice David Lamty a qualifié la nomination de « moment historique » pour la Cour suprême.

Pendant des décennies, les groupes autochtones ont plaidé pour la justice, qui est une façon différente de comprendre la loi.

« La Cour suprême du Canada a toujours oublié quelqu’un pour interpréter les lois canadiennes d’un point de vue autochtone – mais plus maintenant », a déclaré Elmer St-Pierre, président national du Conseil des peuples autochtones, dans un communiqué.

Les peuples autochtones sont depuis longtemps confrontés à la discrimination, au racisme et aux préjugés dans le système de justice canadien, ce qui a entraîné une représentation accrue de notre peuple dans les tribunaux et les prisons. Les gouvernements doivent continuer à veiller à ce que les voix autochtones aident à établir, interpréter et appliquer les lois. »

La nomination d’Obonswein est une deuxième date d’audience historique. En 2021, Trudeau a choisi Mahmoud Gamal sur le banc, Cela a fait de lui la première personne de couleur à être juge à la Cour suprême.

READ  L'Italien Mario Draghi se rend en Algérie alors que son pays vise à s'éloigner du gaz naturel russe

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x