Connect with us

Hi, what are you looking for?

Uncategorized

Trois fois le risque des soins intensifs pour hommes

Publié le mercredi 09 décembre 2020 à 16:11

Les hommes atteints de Sars-CoV-2 sont trois fois plus susceptibles que les femmes d’entrer en soins intensifs, et ils sont également plus susceptibles d’en mourir, selon une étude qui remet en question les différences biologiques entre les deux. Les genres.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les experts ont constaté un plus grand nombre de cas graves chez les hommes.

Pour obtenir des informations plus précises, les auteurs de cette étude publiée mercredi dans la revue Nature Communications ont analysé les données de 46 pays et 44 états aux États-Unis du 1er janvier au 1er juin, soit 3,1 millions de cas confirmés de Covid-19.

Selon ces données, il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes en termes de contamination, «exactement» la moitié des cas confirmés sont des hommes.

En revanche, la probabilité qu’un homme malade soit hospitalisé en réanimation est trois fois (2,84 fois) plus élevée que celle d’une femme, et la probabilité de décès est également plus élevée (1,39 fois).

Ce phénomène est «global», à quelques exceptions près, l’étude qui explique cette situation le confirme principalement par des facteurs biologiques.

Sur la base d’autres études déjà publiées, les auteurs indiquent que les femmes produisent naturellement plus d’interférons de type 1, une substance qui limite la réponse immunitaire anormale («tempête de cytokines») mentionnée dans les figures Critical Cases of Covid-19. Il produit également plus de cellules T qui tuent les cellules infectées.

READ  La France possède les meilleurs campings sauvages d'Europe : voici 5 autres sites incroyables pour apprendre les ficelles du métier

La présence de l’hormone «féminine» estradiol chez la femme offre également une meilleure protection contre l’infection. Au contraire, selon l’étude, la testostérone réduira la réponse immunitaire chez les hommes.

Au-delà de cette «vraie différence biologique», les auteurs invoquent également la possibilité de comorbidités plus importantes chez les hommes.

Mais ils soulignent un manque de données pouvant être utilisées pour évaluer le rôle de ces facteurs supplémentaires. Cependant, ils notent qu’il n’y a pas de différence significative entre les sexes au niveau mondial pour les deux maladies courantes qui augmentent le risque de formes sévères de Covid: l’hypertension artérielle et le diabète.

Même si d’autres études sont nécessaires, selon l’étude, « ces données ont des implications pour la gestion clinique de Covid-19 ».

« Ces données peuvent aider les cliniciens à réaliser que le sexe est un réel facteur de risque pour les formes aiguës de soins aux patients », a déclaré à l’AFP le Dr Kate Webb de l’Université du Cap en Afrique. Du sud, ce qui soulève également des ramifications potentielles pour les vaccins.

« D’autres vaccins (…) ont montré des réponses différentes selon le sexe. Il reste à voir si c’est le cas avec le Sars-CoV-2, mais nous espérons que notre étude souligne la nécessité d’inclure le sexe comme variable dans la recherche sur les vaccins. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

Tech

C’est enfin là ! La conférence mondiale annuelle des développeurs d’Apple débutera lundi avec le discours d’ouverture traditionnel à 10h00 PST. Lors de cet...

entertainment

Les fans attendent depuis près de deux mois pour savoir si la série fantastique de Netflix est dent sucrée Il obtient une deuxième saison,...

World

ROME (AP) – Une voiture conduite par une personne apparemment malade mentale s’est précipitée à travers la porte du Vatican jeudi soir, devant les...

Uncategorized

Julian Grimaud, de West Palm Beach, et son fils de quatre ans et demi Luca ont une surprise pour ses parents, qui vivent en...

Copyright © 2020 ZoxPress Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.