“The French Dispatch” astucieusement idiot de Wes Anderson Livraison délicieusement dense

“The French Dispatch” astucieusement idiot de Wes Anderson Livraison délicieusement dense

Le nouveau film du scénariste et réalisateur Wes Anderson, “La Dépêche française”, Elle se positionne comme une lettre d’amour à la presse.

Mais alors qu’il s’agit d’un magazine américain fictif se déroulant en France dans les années 1960 – largement inspiré par l’amour d’Anderson pour The New Yorker – “The French Dispatch” parle davantage de l’amour d’Anderson pour la nouvelle.

Trois récits relativement brefs qui constituent la chair du film – trois et demi si vous regardez bien – et n’ont rien à voir avec le journalisme lui-même. Bien que cela puisse être un problème pour ceux qui ont passé notre vie à travailler, ce ne sera probablement pas très important pour les fans d’Anderson et le public en général.

“The French Dispatch” montre Anderson – l’auteur de films étranges et merveilleux dont “The Royal Tenenbaums”, “Moonrise Kingdom” et “The Grand Budapest Hotel” – au sommet de sa puissance.

Tout dans ce travail est aussi intense qu’on peut l’imaginer Wes Anderson, de la superbe écriture à la souris unique aux plans incroyablement riches qui se succèdent. (Nous n’avons même pas fait attention à l’utilisation par Anderson du rapport d’aspect quatre x trois irritant étant donné à quel point il est habile à systématiquement mettre au carré.)

Le film regorge également de talents d’acteur exceptionnels, car plusieurs membres de la distribution ont déjà travaillé avec Anderson, à commencer par la narratrice Anjelica Huston et dont l’un de ses piliers, Bill Murray.

Murray dépeint le rédacteur en chef du magazine né au Kansas, Arthur Howitzer Jr., qui rassemble à titre posthume son équipe soigneusement conçue de journalistes talentueux pour rédiger sa nécrologie – et procède à l’interruption de la sortie de The French Dispatch.

READ  La série League of Legends de Netflix commence le 6 novembre

Arthur était fidèle aux journalistes qu’il avait amenés dans le giron et les laissait s’en tirer avec des choses comme accumuler de grosses factures d’hôtel lors d’un rendez-vous. Il avait une règle : “Ne pleure pas” – comme indiqué au-dessus de la porte de son bureau.

Wally Woludarsky, à gauche, Bill Murray et Owen Wilson dans une scène de “The French Dispatch”. (Avec l’aimable autorisation de Scout Pictures)

Dans cet espace, plusieurs personnes, dont le dessinateur (Jason Schwartzman d’Anderson), l’éditeur d’histoire (Fisher Stevens, “Short Circuit”) et la rédactrice (Elizabeth Moss, “The Handmaid’s Tale”) ont tendu la main pour préparer le deuil et pleurer leur chef qu’il est tombé.

Le film commence alors à raconter l’histoire 3.5 susmentionnée, en commençant par l’intrépide journaliste cycliste du magazine, Herbsaint Sazerac (Owen Wilson, un autre film d’Anderson), proposant une visite de la ville française fictive qui abrite le magazine, Ennui-sur-Blasse. (Il a été tourné à Angoulême, dans le sud-ouest du pays, et de nombreux habitants de la ville travaillaient comme figurants.)

Timothée Chalamet et Lina Khoudri apparaissent dans une scène de “The French Dispatch”. (Avec l’aimable autorisation de Scout Pictures)

Ensuite, nous passons au “chef-d’œuvre concret”, le premier – et au moins dans une vue – le meilleur des trois histoires intitulées tirées des pages du magazine. Raconté dans une conférence par JKL Berensen (Tilda Swinton de “The Grand Hotel Budapest”), critique d’art à Dispatch, concerne le peintre criminel aliéné, Moses Rosenthaler (Benicio del Toro, et Tony Revolori en tant que jeune homme). Moïse réalise un exploit tandis que la gardienne de prison, Simone (Léa Seydoux de Mourir pas le temps), se tient nue pour lui. Son talent attire l’attention de l’antiquaire Julian Cadazio (Adrien Brody, “The Darjeeling Limited” pour Anderson), qui espère vendre de grandes pièces rentables à des collectionneurs du Kansas.

READ  Le bon, la chauve-souris et le truand au cinéma Drive-in DFI

Espérons qu’il n’y ait pas grand-chose à suggérer que la récompense amusante du conte soit évoquée dans son titre.

Moins engageants mais pas sans moments sont Revisions to Manifesto, dans lesquels l’essayiste solitaire Lucinda Kremnitz (Francis McDormand de “Moonrise Kingdom”) fait la chronique de la révolution de la jeunesse de la ville. La neutralité journalistique de Lucinda est remise en question, surtout après qu’elle a commencé une liaison avec le révolutionnaire Zeffirelli (Timothée Chalamet de “Dune”) et a modifié les écrits de Zeffirelli.

Elle dit au jeune homme surpris : « Dis-le ainsi : ce n’est pas la première déclaration que j’ai revue pour la linguistique.

“The French Dispatch” se termine par une “salle à manger privée du commissaire de police” complexe et intrigante, narrée dans un talk-show (animé par un personnage interprété par Liev Schreiber) par l’écrivain culinaire Roebuck Wright (Jeffrey Wright, l’interprète le plus fort du film), qui se souvient de chaque mot le met sur la page. (Roebuck fait une référence mentale lorsque l’intervieweur l’interrompt, et quelques instants plus tard, lorsqu’on lui a demandé s’il se souvenait où il l’avait mis, il a répondu : « Bien sûr, idiot d’oie. »)

Dans The French Dispatch, Jeffrey Wright dépeint un écrivain culinaire qui peut se souvenir de chaque mot qu’il a mis sur papier. (Avec l’aimable autorisation de Scout Pictures)

L’épreuve complexe impliquant l’enlèvement du fils du commissaire chargé de résoudre les crimes comprend également Edward Norton (“Royaume du Lever de la Lune”), Willem Dafoe (Anderson “La vie aquatique avec Steve Zissou”) et Sawers Ronan (“Grand Hotel Budapest” ).

Et les meilleurs films d’Anderson, comme le drame à venir de 2012 “Moonrise Kingdom”, ont plus de cœur que The French Dispatch. Anderson est plus soucieux de générer une absurdité intelligente que de vous amener à vous associer à l’un de ces personnages, y compris Arthur, qui est vu ici et là via des flashbacks.

READ  Raymond Cauchtier, dont la caméra a capté la Nouvelle Vague, est décédé à 101 ans

Cependant, il y a tellement de choses à apprécier avec ce film que la vraie histoire est que vous vous éloignez et que vous voulez le revoir. Ainsi de suite.

Expédition française

où: théâtres.

lorsque: 29 octobre.

classification: R pour nudité graphique et quelques références sexuelles et langage.

la durée du spectacle : 1 heure et 43 minutes.

Étoiles (sur quatre) : 3.5

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x