Soudan. Au moins quatre manifestants anti-coup d’État abattus lors d’une descente des forces de sécurité sur les radiodiffuseurs

L’association a indiqué dans un communiqué que les autorités avaient tiré à balles réelles et des gaz lacrymogènes sur la foule à Omdurman, à environ 25 kilomètres au nord-ouest de la capitale. Elle a ajouté qu’un certain nombre de personnes avaient été blessées et transportées à l’hôpital.

Dans les vidéos publiées par des groupes d’activistes, on peut voir des foules de manifestants courir à travers des colonnes de fumée blanche de gaz lacrymogène et être dispersées par les bruits de tirs présumés.

Le conseil a appelé « tous les médecins et spécialistes » à prendre en charge les blessés graves, et a appelé les « milices » à entraver la circulation des ambulances et retarder l’arrivée des équipes médicales auprès des blessés.

CNN a contacté les autorités pour commentaires.

Les manifestations de jeudi marquent le 11e jour de manifestations de masse contre le régime militaire depuis le coup d’État du 25 octobre. Les Centers for Disease Control and Prevention ont signalé qu’au moins 52 personnes ont été tuées par les forces de sécurité depuis lors.

L’ambassade des États-Unis à Khartoum a renouvelé son soutien à “l’expression pacifique des aspirations démocratiques et à la nécessité de respecter et de protéger les individus qui exercent la liberté d’expression”, dans un tweet mercredi soir.

“Nous appelons à une discrétion excessive dans l’usage de la force et exhortons les autorités à s’abstenir de recourir à la détention arbitraire”, a-t-elle déclaré.

Les manifestants condamnent le coup d'État militaire du 25 octobre à Khartoum, au Soudan, jeudi.

Les manifestations de jeudi ont éclaté alors que les forces de sécurité soudanaises cherchaient à censurer certains diffuseurs et à les empêcher de les couvrir, selon les témoignages de plusieurs médias.

READ  Le conseil militaire provocateur refuse de faire pression pour permettre à Condé de quitter la Guinée

La chaîne Al Arabiya a déclaré dans une série de tweets que les autorités avaient fait une descente dans les bureaux de la chaîne saoudienne Al Arabiya et de sa sœur Al Hadath, confisqué du matériel et agressé des travailleurs à Khartoum jeudi.

Al-Arabiya a déclaré que “les forces de sécurité soudanaises ont fait une descente dans les bureaux d’Al-Arabiya et de la chaîne Al-Hadath et ont confisqué (d) du matériel”.

Et un autre tweet de la chaîne Al-Arabiya a écrit sur Twitter : “Blessures parmi les employés d’Al-Arabiya et d’Al-Hadath à la suite de l’attaque des forces de sécurité soudanaises”. Les forces de sécurité soudanaises ont attaqué les correspondants d’Al-Arabiya, Lina Yaqoub et Nizar Al-Baqdawi, et battu des photojournalistes et des producteurs.

Plus tôt dans la journée, une chaîne de télévision basée au Qatar a déclaré que ses reporters étaient interdits de couvrir les manifestations.

Lors d’une émission télévisée en direct jeudi, la correspondante d’Al Sharq News, Sally Othman, a présenté ses excuses aux téléspectateurs, affirmant qu’elle ne pouvait pas continuer à émettre parce que les autorités soudanaises l’en empêchaient.

Osman a déclaré à l’antenne : “… Oups, je ne peux pas continuer à faire des reportages, les autorités viennent de m’interdire de continuer, oups.”

Quelques heures plus tard, ‘Al-Sharq News’ a déclaré que des agents de sécurité les avaient arrêtés et avaient publié la photo d’Othman avec la lettre.

L’ambassade américaine à Khartoum a condamné les violences de jeudi, ajoutant : “Nous condamnons également les violentes attaques des services de sécurité soudanais contre les médias et les journalistes, et exhortons les autorités à protéger la liberté de la presse”.

READ  Apparemment, la perte de poids de Kim Jong Un n'a pas affecté son jugement

Les tensions montent

Les services Internet ont été gravement perturbés depuis le coup d’État et la couverture téléphonique reste inégale. Bien que la vie quotidienne se soit presque arrêtée lorsque le coup d’État s’est produit, les magasins, les routes et certaines banques ont depuis rouvert.

Le coup d’État est intervenu après des mois d’escalade des tensions dans le pays, des groupes militaires et civils se partageant le pouvoir au cours des années qui ont suivi l’éviction d’al-Bashir. Depuis 2019, Il a gouverné le Soudan Grâce à une alliance fragile entre les deux.

Tout cela a changé lorsque l’armée a effectivement pris le contrôle, dissolvant le Conseil de souveraineté pour le partage du pouvoir et le gouvernement de transition, et détenant temporairement le Premier ministre Abdalla Hamdok.

Chef d’état-major de l’État, le lieutenant-général Abdel Fattah Al-Burhan. Hamdok ramené le mois dernier dans le cadre d’un accord entre les dirigeants militaires et civils.

En vertu de l’accord conclu entre Hamdok et Al-Burhan, Hamdok est redevenu le chef du gouvernement de transition, qui a été formé pour la première fois après le renversement du puissant président Omar al-Bashir en 2019.

Le Cabinet, dissous le 25 octobre, sera rétabli, les dirigeants civils et militaires se partageant le pouvoir. La constitution sera amendée pour définir le partenariat civilo-militaire au sein du gouvernement de transition.

Mais l’accord comprend également une restructuration non encore spécifiée, selon Mudawi Ibrahim, un haut responsable de l’Initiative des forces nationales, qui a aidé à négocier les pourparlers, et s’est heurté à une résistance au Soudan.

READ  Le G20 s'accorde sur des objectifs climatiques clés sur les limites du réchauffement climatique et le financement du charbon, mais manque d'engagements fermes

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x