Scandale de corruption dans l’UE : Eva Kylie est libérée de prison et assignée à résidence

Scandale de corruption dans l’UE : Eva Kylie est libérée de prison et assignée à résidence

Eva Kaili, l’eurodéputée grecque qui est devenue le visage le plus célèbre d’un scandale de corruption engloutissant le Parlement européen, a été libérée mercredi après plus de quatre mois derrière les barreaux.

Son avocat, Sven Marie, a confirmé à Euronews que le législateur sera désormais assigné à résidence avec un bracelet électronique.

« Je ne ferai aucun autre commentaire au-delà du fait qu’il s’agissait d’une décision logique qui a pris beaucoup de temps à prendre », a déclaré Marie dans un bref communiqué.

Le Parquet fédéral belge a confirmé cette information.

La décision a été une surprise puisqu’elle a été annoncée un jour avant sa comparution devant un juge jeudi matin.

Kylie sera soumise à des audiences régulières pour prolonger ou supprimer la surveillance électronique.

La députée grecque a été arrêtée une première fois le 9 décembre, date à laquelle elle aurait été prise en flagrant délit et son immunité parlementaire a été immédiatement levée.

La femme de 44 ans a ensuite été inculpée de participation à une organisation criminelle, de corruption et de blanchiment d’argent, puis a été transférée à la prison de Haren, située à la périphérie de Bruxelles, dans le cadre de sa détention provisoire.

Son arrestation a envoyé une onde de choc à travers Bruxelles et a mis en lumière une enquête sur un système de cash-for-favorites qui impliquait des sommes d’argent « substantielles » et des cadeaux « importants » prétendument payés par le Qatar et le Maroc afin d’influencer l’élaboration des politiques européennes.

Les deux pays nient tout acte répréhensible.

La police belge a saisi plus de 1,5 million d’euros en espèces lors de dizaines de perquisitions à domicile et au bureau.

READ  Les Nations Unies demandent au personnel afghan de rester à la maison après que les talibans aient interdit aux femmes de travailler avec l'organisation

Au lendemain du scandale, Kylie supprimé de son poste de vice-présidente du Parlement européen et suspendue du parti, coup de théâtre pour une législatrice considérée comme Une étoile montante du cyclisme Et une personnalité médiatique.

L’homme de 44 ans reste un membre indépendant du MEP et a droit à un salaire après impôt de 7 146 € par mois.

Kylie était l’une des cinq personnes arrêtées et inculpées par les autorités belges, avec son partenaire domestique Francesco Giorgi, l’ancien député européen Pier Antonio Panzieri, le directeur de l’ONG Niccolò Vega Talamanca et le député belge Marc Tarabella.

Les quatre hommes avaient déjà été libérés de prison, faisant de Kylie le dernier accusé à bénéficier d’une libération conditionnelle.

Son équipe de défense, composée de l’avocat belge Sven Marie et de l’avocat grec Michalis Dimitrakopoulos, s’était fermement opposée au maintien en détention de Kylie et avait demandé sa libération.

« Eva Kylie est sortie de prison la tête haute et avec dignité. Elle n’a pas avoué des crimes qu’elle n’a pas commis », a déclaré Dimitracopoulos.

Elle se battra pour son innocence jusqu’au bout.

Dans une interview exclusive à Euronews Mardi, Marie a allégué que les enquêteurs n’avaient trouvé aucune nouvelle preuve pour étayer l’affaire contre Kylie et ont attaqué le bureau du procureur de district pour l’avoir gardée derrière les barreaux en tant que « trophée ».

« Mme Kylie a été élevée comme un symbole pour dire : ‘Même si vous occupez un poste élevé, vous resterez en prison.' » Mary a déclaré à Euronews : « Ne commettez pas de corruption car vous serez en prison pendant longtemps. « 

READ  Le ministère des Affaires étrangères: l'Iran salue le "changement de ton" de l'Arabie saoudite

Le parquet fédéral belge a refusé de commenter les accusations de l’avocat.

Il n’était pas immédiatement clair si Kylie passerait son assignation à résidence dans la même résidence que Francesco Giorgi, dont elle avait une fille de deux ans.

Giorgi travaillait comme assistant parlementaire, d’abord pour Pier Antonio Panzieri, le supposé meneur derrière le stratagème de corruption, et plus tard pour Andrea Cozzolino, un député européen italien luttant contre l’extradition d’Italie vers la Belgique.

Panziri a eu lieu en janvier Un accord avec les autorités par lequel il admet sa participation criminelle à la corruption et s’engage à partager des détails de « divulgation » sur le programme d’argent contre service.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x