Rapport Verdi: L’équipe nationale américaine boitille vers la Coupe du monde au Qatar

avec Ligue de football Pendant le repos international et Coupe du monde 2022 Juste au coin de la rue, le rapport Verde vous est présenté sous le nom de Red White & Blue Report cette semaine. restez à l’écoute Chronique d’Austin Au cours de l’hiver pour couvrir et analyser la Coupe du monde, vous n’irez nulle part ailleurs.

Hey, au moins ils sont éligibles?

C’est à peu près ce que nous sommes venus faire avec Équipe nationale masculine de football des États-Unis En route vers la finale de la Coupe du monde qui doit débuter le 20 novembre au Qatar. Au strict minimum, et contrairement à il y a quatre ans, les stars and stripes ne regarderont pas l’événement sportif le plus célèbre du monde depuis leur canapé à la maison. Ils seront de la partie… Ils n’ont pas l’air de faire beaucoup de bruit quand ils arrivent.

La semaine dernière, l’équipe américaine a choisi le pire moment possible – en dehors de la Coupe du monde elle-même – pour compiler les pires 180 minutes de football du cycle actuel de quatre ans. Deux no-shows complets et absolus : la première défaite 2-0 contre Japon Vendredi dernier, les Américains n’ont marqué aucun tir au but, puis mardi un match nul tiède sans buts Arabie Saoudite À l’intérieur d’un stade pratiquement vide à Murcie, en Espagne. Entraîneur Greg Berhalter Certainement pas heureux.

« Je pense que si nous allons noter tout le monde, ce que je vais dire en général, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont joué à leur niveau normal dans ce camp. Et c’est exactement la situation », dit Berhalter. « Donc, vous pouvez me poser des questions sur l’arrière central, l’arrière latéral, les attaquants, le milieu de terrain – à qui vous voulez demander, je dirais que nous sommes en dessous de nos niveaux normaux. »

READ  La colère révèle que la Russie est en concurrence avec le Qatar, l'Arabie saoudite, les États-Unis et d'autres pour organiser une énorme bataille avec Joshua `` dosser '' (vidéo) - RT Sport News

Donc… personne n’était bon. excellent. C’étaient des matchs amicaux, oui, mais c’étaient aussi les 180 dernières minutes du match pour les États-Unis avant d’atterrir à Doha en novembre. Je ne ressens rien de tel. Au cours d’une année typique de Coupe du monde, le football américain organise généralement trois matches amicaux « d’adieu » très médiatisés à domicile dans les semaines qui précèdent immédiatement le début du tournoi. Ce sont d’énormes événements, généralement dans des stades de la NFL, qui créent une atmosphère animée qui ressemble plus à un environnement de Coupe du monde que dans n’importe quel endroit européen neutre.

Mais ce n’est pas une année type pour une Coupe du monde. Les joueurs devraient retourner dans leurs équipes de club pour les matchs dès ce week-end avant que le Winter Mundial n’interrompe les ligues nationales du monde entier. La majorité de l’équipe aux États-Unis est basée en Europe, qui a exigé que les matchs se jouent de l’autre côté de l’étang pour plus de commodité.

En théorie, c’est un bon problème d’avoir plus d’Américains talentueux qui participent aux ligues européennes de premier plan que jamais auparavant. Mais ce talent ne s’est pas traduit par des résultats inspirants depuis la victoire 2-0 Mexique Dans les éliminatoires de la Coupe du monde plus d’un an avant le début du tournoi proprement dit. Il y a des problèmes dans la défense centrale. Remarquablement, Berhalter n’a pas été en mesure d’identifier un remplaçant approprié pour Miles Robinson, qui a subi une déchirure d’Achille en mai. Il y a des problèmes avec l’attaque, car les États-Unis ne semblent pas avoir été plus près d’identifier l’attaquant principal qu’ils ne l’étaient lorsque le cycle a commencé il y a quatre ans. Ces problèmes ne sont plus implémentés. Ce sont des missions incomplètes et de mauvais augure pour leur long séjour dans le golfe Persique.

READ  Farrell dit que l'Irlande est toujours en lice pour le titre du Championnat des Six Nations

Pour un peu d’optimisme, les fans peuvent consulter le rapport actuel sur les infections aux États-Unis et voir des noms majeurs comme Tim Wea Et le Younes Moussa, deux bâtisseurs d’équipe qui seront en bonne santé d’ici le début du tournoi. Il y a aussi – faute d’un meilleur mot – la magie de la Coupe du monde, où des choses inattendues se produisent tous les quatre ans. En ce moment, les États-Unis ont besoin de toute la magie possible.

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x