Ramaphosa s’engage à lutter contre le rapport d’impeachment et à se faire réélire

JOHANNESBURG – Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré samedi qu’il ne démissionnerait pas et contesterait plutôt un rapport parlementaire suggérant qu’il aurait peut-être illégalement dissimulé un crime dans sa ferme de gibier, mettant fin à des jours de spéculation sur le fait qu’il pourrait plutôt démissionner. Faire face à la responsabilité.

Le porte-parole de M. Ramaphosa, Vincent Magwenya, a déclaré dans un communiqué que le président entendrait l’appel de ses partisans au sein de l’ANC et resterait en fonction tout en poursuivant ses efforts pour se faire réélire à la tête du parti.

« Le président a accepté avec humilité, beaucoup de soin et d’engagement cette invitation à continuer à rendre service à son organisation, le Congrès national africain, et au peuple d’Afrique du Sud », dit M. Magwenya.

La décision du président de tenir bon a couvert les montagnes russes d’une semaine, alors que le rapport était publié et que M. Ramaphosa semblait pencher vers la démission. Mais ses conseillers les plus proches l’ont encouragé à résister aux accusations selon lesquelles il avait enfreint son serment d’office.

M. Ramaphosa n’est pas encore apparu en public depuis la publication du rapport mercredi et son bureau a déclaré qu’il parlerait bientôt à la nation. Il avait auparavant nié tout acte répréhensible et n’avait pas été accusé d’un crime.

Maintenant, M. Ramaphosa, un investisseur milliardaire qui était parmi les alliés préférés de Nelson Mandela et autrefois considéré comme un champion de la bonne gouvernance, devra rapidement réinitialiser sa campagne pour remporter un second mandat à la tête de l’ANC. Le parti, au pouvoir depuis la fin de l’apartheid en 1994, doit convoquer la conférence où il choisit ses dirigeants à Johannesburg dans moins de deux semaines. M. Ramaphosa avait une avance confortable dans le concours avant la publication du rapport.

READ  Des statues de la reine Victoria et de la reine Elizabeth renversées au Canada

Le rapport, rédigé par deux anciens juges et un avocat, a examiné les allégations selon lesquelles Ramaphosa aurait tenté de dissimuler le vol d’une grande quantité de devises américaines cachées dans un canapé d’un ranch de gibier qu’il possédait. Le président a nié tout acte répréhensible à la suite du vol de février 2020. Il a déclaré que 580 000 dollars payés par un homme d’affaires soudanais pour les 20 buffles avaient été volés, et il l’a signalé au chef du service de protection présidentielle, en supposant qu’un rapport officiel le ferait. Suivre. Il a également fait valoir qu’il ne recevait aucun salaire de la ferme de gibier et que c’était quelque chose qu’il dirigeait comme une passion.

Mais la commission a déclaré que l’histoire de M. Ramaphosa avait de nombreuses lacunes, jetant un doute sur le fait que l’argent volé provenait réellement de la vente des buffles. Le rapport indiquait que le président avait peut-être violé l’interdiction constitutionnelle aux fonctionnaires de faire des affaires privées et qu’il avait peut-être enfreint les lois anti-corruption qui l’obligeaient à signaler le vol à la police.

Les alliés du président ont publiquement rejeté les conclusions du rapport, affirmant qu’elles sont basées sur des spéculations et que rien n’indique que le président ait fait quoi que ce soit de mal. Son équipe juridique était occupée ce week-end à préparer un mémoire demandant au juge d’examiner et de disposer du rapport.

« Il est dans l’intérêt et la durabilité à long terme de notre démocratie constitutionnelle et au-delà de la présidence Ramaphosa qu’un rapport aussi clairement erroné soit contesté », a déclaré M. Magwenya.

Même si M. Ramaphosa jure de passer à autre chose, il fait toujours face à un destin précaire. Les dirigeants de l’ANC doivent se réunir dimanche et lundi pour discuter du rapport et décider de la position que l’organisation adoptera envers son dirigeant. Le Parlement doit débattre des conclusions du rapport mardi, et les analystes affirment que les députés voteront probablement pour tenir une audience de destitution.

READ  Deux sœurs japonaises, âgées de 107 ans, ont été certifiées comme les plus vieilles jumelles identiques du monde

M. Ramaphosa sera démis de ses fonctions si les deux tiers du parlement, qui est contrôlé par l’ANC, votent contre lui. Aucun président sud-africain n’a fait l’objet d’une audience de mise en accusation – et encore moins d’une mise en accusation – depuis les premières élections démocratiques du pays en 1994.

Bien que M. Ramaphosa puisse survivre au processus de destitution, il porte une réputation ternie qui pourrait entraver ses efforts pour conserver la direction de son parti et aider l’ANC à conserver une majorité électorale nationale lors des prochaines élections en 2024.

M. Ramaphosa est arrivé au pouvoir au Congrès national africain en 2017 et a assumé la présidence du pays l’année suivante, après que son prédécesseur, Jacob Zuma, ait été battu par un large éventail d’accusations de corruption.

M. Ramaphosa a entrepris de nettoyer les institutions considérées comme corrompues, notamment le bureau du procureur général de la nation et le service du revenu national. en octobre, Il a dévoilé plusieurs mesures anti-corruption Sur les recommandations d’une commission judiciaire, il a mené une enquête de trois ans sur la corruption publique, au cours de laquelle 300 témoins ont été interrogés.

Le programme de M. Ramaphosa au pays et à l’étranger lui a valu l’affection des dirigeants du monde entier. Il n’avait parfois pas peur de remettre en cause ce qu’il considérait comme l’attitude paternaliste de l’Occident envers l’Afrique. Et il a insisté pour que les vaccins Covid soient fabriqués sur le continent, et que les pays riches fournissent un soutien financier important aux pays pauvres pour passer à des sources d’énergie plus propres.

READ  Les Pays-Bas annoncent un assouplissement du verrouillage du COVID au milieu d'infections record

Chez lui, cependant, il a toujours été confronté à des vents contraires, en particulier au sein de son propre parti politique. Il devra traverser ces divisions s’il veut conserver le pouvoir dans Le Congrès, qui, selon les analystes, se traduira par une bataille serrée pour la première place de l’ANC.

Une faction de l’ANC composée de partisans de M. Zuma, l’ancien président, soutient depuis longtemps que M. Ramaphosa n’a pas fait grand-chose pour mettre en œuvre un programme visant à aider à élever les masses dans un pays où beaucoup sont au chômage et ont du mal à s’en sortir. Ils ont également remis en question le programme anti-corruption de M. Ramaphosa, l’accusant de l’utiliser comme couverture pour marginaliser ses détracteurs au sein du parti.

Mais les alliés de M. Ramaphosa le voient comme un rempart contre la corruption si répandue au sein de l’ANC qu’elle a conduit à une brèche significative dans le soutien électoral au parti. Si M. Ramaphosa démissionne, disent-ils, ceux qui sont motivés par l’enrichissement des ressources de l’État pourraient prendre le contrôle du parti.

L’un des partisans du président, Zamani Saul, ministre en chef de la province du Cap-Nord, a salué les efforts de M. Ramaphosa pour lutter contre la corruption, affirmant qu’il avait besoin de remporter un second mandat « afin de mener à bien sa mission et de mettre le pays dans la bonne direction ». « 

« Beaucoup de gens lui font confiance », a ajouté M. Saul.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x