Qatar : les premières élections législatives ont enregistré un taux de participation de 63,5%

Les citoyens qatariens ont voté pour la première fois lors des élections de samedi dernier pour un conseil consultatif, un processus qui a déclenché un débat local sur l’inclusion électorale et la citoyenneté.

Les Qataris se sont rendus aux urnes pour sélectionner 30 membres du Conseil consultatif de 45 membres, qui rédige les lois, approuve les budgets de l’État, discute des questions clés et conseille l’émir au pouvoir, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani.

L’État du Golfe a introduit pour la première fois des projets d’élections législatives dans sa constitution de 2003, mais les autorités ont reporté le vote à plusieurs reprises.

Bien que la mesure tant attendue semblait viser à donner aux Qataris plus de voix sur la façon dont ils sont gouvernés, le Conseil de la Choura n’a pas son mot à dire en matière de politique de défense, de sécurité, d’économie et d’investissement.

Bien que 28 femmes aient été initialement autorisées à se présenter aux élections, des candidats masculins ont été élus pour les 30 sièges, selon un décompte rapporté par les médias locaux.

Les responsables ont déclaré que le taux de participation était d’environ 63,5%.

nouvelle expérience

Comme d’autres États arabes du Golfe, le Qatar interdit les partis politiques. Les travailleurs étrangers sont plus nombreux que les ressortissants qataris dans ce petit mais riche pays de 2,8 millions, soit près de neuf pour un.

La Coupe du monde 2022 a généré une pression pour des réformes dans le pays héréditaire.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, a qualifié le mois dernier le vote de nouvelle « expérience », et a déclaré que depuis la première année, l’assemblée ne pouvait pas être appelée à jouer « le plein rôle d’aucun parlement”.

READ  Les soldats français mettent en garde contre une "guerre civile" pour faire face aux sanctions Nouvelles | DW

Critiquer la loi électorale du Qatar

Des groupes de défense des droits ont critiqué la loi électorale du Qatar, qui établit une distinction entre les citoyens qatariens nés et naturalisés et empêche ces derniers de participer aux élections.

Le système exclut des milliers de personnes de la course ou du vote, ce qui a déclenché des manifestations tribales mineures qui ont conduit à plusieurs arrestations.

Dans un rapport publié le mois dernier, le groupe international de défense des droits humains Human Rights Watch a qualifié le système de « discriminatoire ».

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x